Language   

Les électeurs

Gaston Couté
Language: French (Beauceron)

List of versions


Related Songs

La Paysanne
(Gaston Couté)
Nos chansons
(Eugène Bizeau)
Ils ont voté
(Léo Ferré)


‎[1899]‎
Versi di Gaston Couté.‎
Il primo a mettere in musica questa poesia fu nel 1930 tal E. Boyer, compositore afferente il Théâtre ‎Sarah-Bernhardt di Parigi, oggi Théâtre de la Ville. In seguito l’hanno interpretata Vania Adrien ‎Sens, Bernard Meulien, Claude Féron e Christian Deschamps, tra gli altri.‎




Cazzo, le città sono già tappezzate di faccioni!‎
Ah ! bon Guieu qu'des affich's su' les portes des granges !
C'est don' qu'y a 'cor queuqu' baladin an'hui dimanche
Qui dans' su' des cordieaux au bieau mitan d'la place ?
Non, c'est point ça !... C'tantoût on vote à la mairie
Et les grands mots qui flût'nt su' l'dous du vent qui passe :
Dévouement !... Intérêts !... République !... Patrie !...
C'est l'Peup' souv'rain qui lit les affich's et les r'lit...

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
S'en vont aux champs, ni pus ni moins qu'tous les aut's jours
En fientant d'loin en loin l' long des affich's du bourg.)

Les électeurs s'en vont aux urn's en s'rengorgeant,
‎" En route !... Allons voter !... Cré bon Guieu ! Les bounn's gens !...
C'est nous qu'je t'nons à c't'heur' les mâssins d'la charrue,
J'allons la faire aller à dia ou ben à hue !
Pas d'abstentions !... C'est vous idé's qui vous appellent...
Profitez de c'que j'ons l'suffrage univarsel ! "

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
Pàtur'nt dans les chaum's d'orge à bell's goulé's tranquilles
Sans s'ment songer qu'i's sont privés d'leu's drouéts civils.)

Y a M'sieu Chouse et y a M'sieu Machin coumm' candidat.
Les électeurs ont pas les mêm's par's de leunettes :
‎- Moué, j'vot'rai pour c'ti-là !... Ben, moué, j'y vot'rai pas !...
C'est eun' foutu crapul' !... C'est un gas qu'est hounnéte !...
C'est un partageux !... C'est un cocu !... C'est pas vrai !...
On dit qu'i fait él'ver son goss' cheu les curés !...
C'est un blanc !... C'est un roug' !... - qu'i's dis'nt les électeurs :
Les aveug'els chamaill'nt à propos des couleurs.

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
S'fout'nt un peu qu'leu' gardeux ait nom Paul ou nom Pierre,
Qu'i' souét nouer coumme eun' taupe ou rouquin coumm' carotte
I's breum'nt, i's bél'nt, i's glouss'nt tout coumm' les gens ' qui votent
Mais i's sav'nt pas c'que c'est qu'gueuler : " Viv' Môssieu l'maire ! " )

C'est un tel qu'est élu !... Les électeurs vont bouére
D'aucuns coumme à la nec', d'aut's coumme à l'entarr'ment,
Et l'souér el' Peup' souv'rain s'en r'tourne en brancillant...
Y a du vent ! Y a du vent qui fait tomber les pouéres !

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
Prenn'nt saoûlé' d'harb's et d'grains tous les jours de la s'maine
Et i's s'mett'nt pas à chouér pasqu'i's ont la pans' pleine.)

Les élections sont tarminé's, coumm' qui dirait
Que v'là les couvraill's fait's et qu'on attend mouésson...
Faut qu'les électeurs tir'nt écus blancs et jaunets.
Pour les porter au parcepteur de leu' canton ;
Les p'tits ruissieaux vont s'pard' dans l'grand fleuv' du Budget
Oùsque les malins péch'nt, oùsque navigu'nt les grous.
Les électeurs font leu's courvé's, cass'nt des cailloux
Su'la route oùsqu' leu's r'présentants pass'nt en carrosses
Avec des ch'vaux qui s'font un plaisi' - les sal's rosses ! -
De s'mer des crott's à m'sur' que l'Peup' souv'rain balaie...

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
S'laiss'nt dépouiller d'leu's oeufs, de leu' laine et d'leu' lait
Aussi ben qu's'i's -z- avin pris part aux élections.)

Boum !... V'là la guerr' !... V'là les tambours qui cougn'nt la charge...
Portant drapieau, les électeurs avec leu's gâs
Vont terper les champs d'blé oùsqu'i'is mouéssounn'ront pas.
‎- Feu ! - qu'on leu' dit - Et i's font feu ! - En avant Arche !-
Et tant qu'i's peuv'nt aller, i's march'nt, i's march'nt, i's marchent...
‎...Les grous canons dégueul'ent c'qu'on leu' pouss' dans l'pansier,
Les ball's tomb'nt coumm' des peurn's quand l'vent s'cou' les peurgniers
Les morts s'entass'nt et, sous eux, l'sang coul' coumm' du vin
Quand troués, quat' pougn's solid's, sarr'nt la vis au persoué
V'là du pâté !... V'là du pâté de peup' souv'rain !

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
Pour le compte au farmier se laiss'nt querver la pieau
Tout bounnment, mon guieu !... sans tambour ni drapieau.)

‎...Et v'là !... Pourtant les bét's se laiss'nt pas fer' des foués !
Des coups, l' tauzieau encorne el' saigneux d'l'abattoué...
Mais les pauv's électeurs sont pas des bét's coumm's d'aut'es
Quand l'temps est à l'orage et l'vent à la révolte...

‎ I's votent !...‎

Contributed by Dead End - 2013/1/3 - 15:38




Language: Italian

Traduzione italiana / Traduction italienne / Italian translation / Italiankielinen käännös:
Riccardo Venturi, 07-03-2020 17:04

Fa abbastanza impressione ripigliare questa pagina di sette anni fa, e vedere il serissimo e autorévole faccione di Mariomònti. Sembra un secolo fa; ve la ricordate, che so io, la Fornero...? Qualche decennio prima di Léo Ferré e di Ils ont voté (canzone che trovo tra gli “Extra” e che vado immediatamente a togliervi: del resto ce la avevo messa io stesso, all'indomani di una delle periodiche farse elettorali), Gaston Couté fa un ottimo ritrattino di una competizione municipale di un qualche piccolo centro di chissà quale Sologne o Beauce, perfettamente applicabile (ancora oggi) ad analoghi centri di un qualche Molise, Mugello o Monferrato. Ritrattino, o quadretto, in cui colpisce assai la continua comparazione con il bestiame -a tutto favore del bestiame, che perlomeno gode della caratteristica di esserlo veramente). Però, a volte, pure le bestie s'incazzano; il toro piglia a cornate il macellatore, e il bestiame umano fa la rivoluzione. O, almeno, la faceva qualche tempo fa, e persino senza Twitter, Whatsapp e Instagram (non nomino più nemmeno Facebook, perché sta diventando una cosa obsoleta, da vecchi). [RV]
GLI ELETTORI

Azz..! Diobòno quanti manifesti sulle porte de' granai !
C'è ancora qualche saltimbanco, oggi che è domenica,
Che balla su delle corde nel bel mezzo della piazza?
No, niente affatto...! Fra poco si vota pe' i' sindaco
E volan paroloni come scoregge al vento: [1]
Lealtà...! Interessi!... Repubblica !... Patria! …
E i' Popolo Sovrano legge e rilegge i manifesti...

(Le vacche, le pecore,
Le oche e i tacchini
Scendono in campo [2] né più e né meno come gli altri giorni
Cacherellando qua e là lungo i tabelloni elettorali del paese.)

‎Gli elettori vanno alle urne tutti impettiti,
“Su, andiamo!... Andiamo a votare! Su, diosagràto, brava gente...!
Per ora siamo noi a avere il coltello dalla parte del manico, [3]
So' io che fo andà' a destra oppure a sinistra ! [4]
No astensionismo!... Le vostre idee vi chiamano,
Approfittate che ci abbiamo i' suffragio universale!”

(Le vacche, le pecore,
Le oche e i tacchini
Pascolan tranquilli negli orzai [5] a gran bocconate
E non pensano neanche un po' che son privi de' diritti civili.)

Il signor Tizio e il signor Caio si sono candidati.
Gli elettori non hanno lo stesso par d'occhiali:
“Io voto pe' quello..” “No, io 'un lo voto...!,
Quello è una schifosa canaglia...! Lui invece è onesto...!
Quell'altro è un comunista..! [6] Un cornuto..! No unn'è vero!
Dice che manda a scuola i su' figlioli da' preti...!
Quello è bianco...! Quell'altro è rosso!...” Questo dicono gli elettori :
Ciechi che lèticano sui colori.

(Le vacche, le pecore,
Le oche e i tacchini
Se ne fregano se i su' padroni si chiaman Rossi o Bianchi,
Che siano neri come talpe o arancioni come carote,
Muggiscono, belano, fanno qua qua proprio come quelli che votano,
Però a gridare 'Evviva il signor Sindaco!' non ci pensan nemmeno.)

‎Alla fine un tale viene eletto...! Gli elettori vanno a farsi una bevuta,
Qualcuno come a un matrimonio, qualcun altro come a un funerale,
E, la sera, i' Pòpolo Sovrano torna a casa barcollando...
Tira vento ! Tira vento e fa cascar le pere ! [7]

(Le vacche, le pecore,
Le oche e i tacchini
S'ingozzano d'erba e di chicchi ogni giorno della settimana
E non frignano mica perché han la pancia piena.)

E come si suol dire, son finite le elezioni,
Ecco, la semina è fatta e si aspetta il raccolto...
Ora gli elettori devon tirar fuori quattrini d'oro squillante [8]
E portarli all'esattoria circondariale ;
I rivoletti si perdono nel gran fiume del Bilancio
Dove pescano i furbastri e navigano i potenti.
Gli elettori sgobbano e faticano, fan gli stradini
Sulla strada dove i loro rappresentanti passano in carrozza
Con cavalli che provan gusto, quei ronzini di merda!,
A seminar cacate mentre i' Pòpolo Sovrano gliele spazza...

(Le vacche, le pecore,
Le oche e i tacchini
Si lascian prendere le uova, la lana e il latte
Come se avessero preso parte alle elezioni).

‎Bùm! Ecco la guerra...! I tamburi suonano la carica...rataplàn!
Con la bandiera in mano, gli elettori e i loro figli
Vanno a pesticciare i campi di grano, e addio raccolto.
Gli dicon: “Fuoco!”. E fanno fuoco. “Avanti in marcia!”
E marciano, marciano, marciano finché ce la fanno.
Gli obici vomitano quel che ci hanno dentro in pancia,
Cadon le palle come susine quando il vento scuote i susini. [9]
S'accumulano i morti e, sotto di loro, il sangue cola come vino
Quando tre o quattro pugni saldi stringon la vite al torchio.
Ecco un pasticcio...! Ecco un pasticcio di Pòpolo Sovrano !

(Le vacche, le pecore,
Le oche e i tacchini
Per conto del fattore si fanno ammazzare
buoni buoni, santoddìo...ma senza tamburi e bandiere!)

‎E eccoci qua...! Eppure il bestiame, a volte, mica si fa infinocchiare !
A volte il toro incorna il macellatore del mattatoio...
Ma i poveri elettori però 'un so' mica bestie comellàrtre
Quando tira buriana, e spira vento di rivolta...

E vanno a votà' !

‎‎
[1] Traduzione parecchio libera, ma in fondo nemmeno troppo.

[2] Ovviamente non ho resistito, qui, a tradurre un semplice “se ne vanno nei campi” con il più classico “scendere in campo” berlusconiano. Come diceva Oscar Uàild, “l'unico modo per resistere alle tentazioni, è cedervi” (ma cosa non avrà detto, Oscar Uàild...?)

[3] Anche qui una resa “ad sensum” con un'espressione italiana corrente. In Beauceron la cosa è conseguentemente rustica: “tenere i manici dell'aratro”.

[4] À dia et à hue “a destra e a sinistra” è un'espressione nata dal gergo dei carrettieri. Si noti: n'entendre ni à dia ni à hue “non sentire ragioni”.

[5] Traggo questa voce dalla mia vita, in quanto casa mia al Formicaio, Marina di Campo, Isola d'Elba, si trova esattamente in Via dell'Orzaio (n° 8).

[6] Qui bisognava far di necessità virtù e attingere alle quérelles elettorali di casa nostra. Altrimenti, si fosse voluto tradurre coscienziosamente il francese partageux, sarebbe abbisognata una chilometrica cosa del genere: fautore della spartizione delle terre e dell'uguaglianza sociale, o, al limite per abbreviare, fautore della riforma agraria.

[7] Da tenere presente che poire significa anche “scemo, idiota”.

[8] I “quattrini bianchi e giallini” del testo originale devono tener conto che il jaunet era proprio un'antica moneta d'oro.

[9] Da tenere anche presente che secouer qqn. comme un prunier significa “strapazzare qualcuno, dare una scrollone”.

2020/3/7 - 17:04




Language: French

Version française – LES ÉLECTEURS – Marco Valdo M.I. – 2013
Chanson de Gaston Couté – 1899 – en beauceron ou en orléanais, comme on voudra... Ce n'était pas du français d'Île de France, ni du patois, d'ailleurs.

Couté parlait et écrivait du Couté, comme on parlait chez lui, comme parlaient les gens de chez lui du côté de Meung. Mais le français commun évolue - tout comme les autres français parlés et écrits par les gens de langue française (en Europe, en Afrique, en Amérique, en Asie, en Océanie... et je ne sais où encore). J'ai donc établi une version en français d'aujourd'hui, tel qu'il est connu ici en Wallonie...

Marco Valdo M.I.

Putain, les villes sont déjà couvertes de sales gueules ! (Les élections arrivent !)
LES ÉLECTEURS

Ah ! Bon dieu tant d'affiches sur les portes des granges !
Y a-t-il encore quelque baladin aujourd'hui dimanche
Qui danse sur des cordes au milieu de la place ?
Non ce n'est pas ça ! Tantôt, on vote à la mairie
Et les grands mots qui flûtent sur le dos du vent qui passe
Dévouement !... Intérêts !... République !... Patrie !...
C'est le peuple souverain qui lit les affiches et les relit.

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
S'en vont aux champs, comme les autres jours
En fientant de loin en loin au long des affiches du bourg.)

Les électeurs s'en vont aux urnes en se rengorgeant,
‎" En route !... Allons voter !... Sacré bon Dieu ! Les bonnes gens !...
C'est nous qui tenons pour le moment les manches de la charrue,
Je vais la faire aller à dia ou bien à hue !
Pas d'abstentions !... C'est vos idées qui vous appellent...
Profitez de ce que nous avons le suffrage universel ! "

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Paissent dans les chaumes d'orge à belles goulées tranquilles
Sans seulement songer qu’ils sont privés de leurs droits civils.)

Il y a Monsieur Chose et Monsieur Machin qui sont candidats.
Les électeurs n'ont pas les mêmes paires de lunettes :
‎Moi, je voterai pour celui-là !... Et bien, moi, pour lui, je ne voterai pas !
C’est une foutue crapule !… C’est un gars qu’est honnête !...
C'est un partageux !... C'est un cocu !... C'est pas vrai !...
On dit qu'il fait élever son gosse chez les curés !...
C'est un blanc !... C'est un rouge !... – qu'ils disent les électeurs :
Les aveugles se chamaillent à propos des couleurs.

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Se foutent un peu que leurs gardiens s’appellent Paul ou Pierre,
Qu'ils soient noirs comme des taupes ou rouquins comme des carottes
Ils beuglent, ils bêlent, ils gloussent comme les gens qui votent
Mais ils ne savent pas ce que c'est que gueuler : " Vive Monsieur le Maire ! " )

C'est un tel qui est élu !... Les électeurs vont boire
D'aucuns comme à la noce, d'autres comme à l'enterrement,
Et le soir, le peuple souverain s'en retourne vacillant...
Y a du vent ! Y a du vent qui fait tomber les poires !

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Se soûlent d'herbes et de grains tous les jours de la semaine
Et ne se mettent pas à pleurer car ils ont la panse pleine.)

Les élections sont terminées, comme qui dirait
Voilà les semailles faites et on attend la moisson...
Il faut que les électeurs sortent des écus blancs et jaunets.
Pour les porter au percepteur de leur canton ;
Les petits ruisseaux vont se perdre dans le grand fleuve du Budget
Où les malins pêchent, où naviguent les gros.
Les électeurs font leurs corvées, cassent des cailloux
Sur la route où leurs représentants passent en carrosses
Avec des chevaux qui se font un plaisir – les sales rosses ! -
De semer des crottes à mesure que le Peuple souverain balaie...

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Se laissent dépouiller de leurs œufs, de leur laine et de leur lait
Comme s'ils avaient pris part aux élections.)

Boum !... Voilà la guerre !... Voilà les tambours qui sonnent la charge...
Portant drapeau, les électeurs avec leurs gars
Vont écraser les champs de blé où ils ne moissonneront pas.
Feu ! - qu'on leur dit - Et ils font feu ! – En avant Marche !
Et tant qu'ils peuvent aller, ils marchent, ils marchent, ils marchent...
‎Les gros canons dégueulent ce qu'on leur pousse dans le ventre
Les balles tombent comme des prunes quand le vent secoue les pruniers
Les morts s’entassent et, sous eux, le sang coule comme du vin
Quand trois ou quatre poings solides serrent la vis au pressoir.
Voilà du pâté !... Voilà du pâté de peuple souverain !

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les -dindons
Pour le compte du fermier se laissent crever la peau
Tout bonnement, mon dieu !... sans tambour ni drapeau.)

Et voilà... Pourtant les bêtes ne se laissent pas faire, des fois
Des coups, le taureau encorne le tueur de l'abattoir...
Mais les pauvres électeurs sont pas des bêtes comme les autres
Quand le temps est à l'orage et le vent à la révolte...

‎Ils votent !...‎

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2013/1/3 - 23:25


Note da Gaston Couté (1880-1911) le gâs qu'a mal ‎tourné...

An'hui - An'huy = Aujourd'hui.
Baladin = Nomade, romanichel.
Branciller = Vaciller en marchant.
Breumer = Mugir.
Courvées = Les corvées, c'est-à-dire les travaux sur les chemins ruraux et vicinaux exécutés par les ‎gens de la campagne pour s'acquitter, en nature, des taxes spéciales sur ces chemins.
Mâssins = Les mancherons de la charrue.
Pansier = Le gros ventre de la femme enceinte.
Terper = Trépigner, tasser.‎

Dead End - 2013/1/3 - 15:41


Désolé, dit Lucien l'âne, je crois vraiment que les baladins sont tous simplement ce qu'on appelle aujourd'hi des "artistes de rue" et qu'on appelait généralement, des jongleurs, des saltimbanques et même, des comédiens.
Voir la chanson de Gilbert Bécaud Les Baladins.
La Ballade des Baladins – Gilbert Bécaud - 1953

Paroles: Louis Amade. Musique:   1953

Les baladins qui serpentent les routes
Viennent de loin parmi les champs de blé
Les bonnes gens regardent et les écoutent
Et les étoiles leur parlent de danser
Les vieux châteaux dressés du fond du Moyen Age
Semblent guider leurs pas légers comme un matin
Et parmi les donjons perchés dans les nuages
Des princesses leur font des signes avec les mains
Mais les gars de vingt ans qui ressemblent à des dieux
Insouciants et joyeux parmi leurs rondes folles
Passent sous les donjons sans dire une parole
Ils ne regardent pas les bras tendus vers eux

Danse donc, joli baladin
C'est la ballade, c'est la ballade
Danse donc, joli baladin
C'est la ballade d'Arlequin

Les baladins qui serpentent les routes
Qui sont-ils donc dans leur costume d'or ?
Des vagabonds ou des dieux en déroute ?
Ils n'ont que des chansons pour seul trésor
Quand ils n'auront plus soif, ayant bu à la brume
Ils danseront pieds nus sur des fils argentés
Que cinq mille araignées tisseront sous la lune
D'une branche de houx jusqu'aux sapins gelés
Ils sont accompagnés dans la ronde divine
Par les enfants des rois aux longs cheveux bouclés
C'est un cortège bleu de mille mandolines
Où flottent un peu partout des voiles de mariée

Danse donc, joli baladin
C'est la ballade, c'est la ballade
Danse donc, joli baladin
C'est la ballade de l'Arlequin

C'est ainsi que l'on vit le plus grand mariage
De la fille du vent avec un arlequin
Mais tout cela n'était qu'un fragile mirage
Et je reste tout seul avec mes lendemains

Ohé les baladins
Vous partez ?...
Emmenez-moi.


Lucien Lane

Ceci dit, je n'ai rien contre les romanichels et les nomades, lesquels sont rarement des baladins...

Lucien Lane - 2013/1/3 - 22:12


@ Marco Valdo M.I.

Mon cher Marco Valdo, je pense que tu as oublié de traduire en français courant un vers de cette chanson de Gaston Couté, le 3 janvier 2013:

C'est eun' foutu crapul' !... C'est un gas qu'est hounnéte !... [3ème couplet]

Comment pourrait-on le rendre en français raisonnablement coutéen...?

Merci!

(PS "Persoué ne signifie pas "percepteur", mais bien "pressoir à vin"...en plus, "troués" n'est pas le participe du verbe "trouer", mais "trois"...mais là j'ai corrigé moi-même).

Riccardo Venturi - 2020/3/7 - 16:07


Riccardo,

Désolé, il m’avait échappé. Tout comme m’échappe pour l’instant, par tous les pores, le temps – que nous reste-t-il de nos jours ? Nul ne sait. Ohlala ! Émilie est morte bien trop tôt, disait Voltaire.
Au fait, est-ce qu’on peut m’indiquer les chansons de Couté à « traduire » en français. Je le ferai volontiers.

Pour le vers perdu, voici le texte en français commun contemporain replacé dans son verset :

Il y a Monsieur Chose et Monsieur Machin qui sont candidats.
Les électeurs n'ont pas les mêmes paires de lunettes :
‎Moi, je voterai pour celui-là !... Et bien, moi, pour lui, je ne voterai pas  !
C’est une foutue crapule !… C’est un gars qu’est honnête !...
C'est un partageux !... C'est un cocu !... C'est pas vrai !...
On dit qu'il fait élever son gosse chez les curés !...
C'est un blanc !... C'est un rouge !... – qu'ils disent les électeurs :
Les aveugles se chamaillent à propos des couleurs.

C'est eun' foutu crapul' !... C'est un gas qu'est hounnéte !... [3ème couplet]
C’est une foutue crapule !… C’est un gars qu’est honnête !…

Pour le percepteur, à revoir la chose, tu as raison. Je devrais être plus attentif et mieux me relire. Mais une fois encore, le temps…

Merci de ton regard attentif et comme disait un de nos joyeux cyclistes, arrivé hors des délais : « Je ferai mieux la prochaine fois ! »

Cordial

Marco Valdo M.I.

Marco Valdo M.I. - 2020/3/7 - 17:08


@ Marco Valdo M.I.

Cher Marco Valdo,

c'était parce que je trouve vachement intéressant qu'un francophone d'aujourd'hui, de n'importe quelle francophonie moderne, ait éprouvé le besoin de tradure en français courant un texte comme celui-ci, qui non seulement est en “patois” (je déteste ce terme, si je pense que même le wallon, le breton [!!] ou l'occitan étaient appelés des “patois”...), mais en un “patois” d'il y a plus d'un siècle qui n'est plus bien compris, je le soupçonne, même en Sologne ou en Beauce. Cela explique bien le fait que Gaston Couté n'a jamais joui de la faveur qu'il méritait: trop difficile. Il y a un poète italien, Albino Pierro, qui aurait mérité le Nobel quand il était encore en vie; mais il écrivait dans son dialecte de Tursi, en Lucanie, un dialecte incroyablement archaïque et incompréhensible. C'est peut-être une comparaison exacte. Merci quand-même pour ta traduction, je te le dis après sept ans, c'est vrai, mais tu sais qu'on est assez “larges” avec le temps, ici. Hélas, Avec le temps...

Riccardo Venturi - 2020/3/7 - 18:04



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org