Lingua   

L’Erreur fondamentale

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



L’erreur fondamentale
Est de chercher un sens
Aux vérités transcendantales.
De nuit et de jour, leur essence
Se limite aux bornes de l’existence.
La mienne s’est fracassée
Il y a bien des années
Sur les rives de la conscience
Où les vertus surgissent
Bâtons à mâcher comme la réglisse
Dans les interstices du vice
Au goût d’absinthe et d’anis.

Bien et mal parfois se ressemblent ;
Bien et mal parfois s’assemblent :
Étrange chimie, le mal mue en bien ;
Le bien tourne mal : mauvais vin.
Les gens s’égayent au petit bonheur,
Et du pis, prennent le meilleur.
Au long des jours et des pays,
Ils fuient la faim, les guerres, les ennuis.
Les mouches se cognent à la vitre close ;
Sans désemparer, minuscules choses,
Par inertie, on fonce à travers l’univers glacé,
Nous sommes les mouches de l’éternité.

Mariage, jolie cérémonie.
Pour vivre de la même cuisine,
On marie un gars, une fille
De la même usine.
Ouvrier, ouvrière, cumul de salaires.
Ainsi va la vie ordinaire.
Un banc seul sur le boulevard,
Sur le banc, assis, un vieillard,
De pain sec, nourrit les moineaux
Et parle du futur qui n’est pas si beau.
L’homme jette ses miettes, s’en va.
Les oiseaux restent là avec les rats.

Il faut être en bon état pour se suicider
Les plus faibles sont pénalisés.
Pas encore gagné le droit de mourir
À la plongée dans le néant, la disparition totale,
La mort volontaire et légale.
Qui veut mourir pour mourir,
Qui ne peut plus attendre,
C’est à n’y rien comprendre,
De mourir est empêché
De vouloir en paix se reposer.
Mourir, c’est dormir longtemps,
Mourir en riant est plaisant.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org