Language   

Il paese che non c'era

Alessio Arena
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Què volen aquesta gent?
(Maria Del Mar Bonet)


(2020)




"Il paese che non c'era" è la canzone delle utopie che hanno fatto muovere il mondo.

Alessio Arena
S’era fatto il cielo scuro,
la città sembrava un nocciolo d’oliva.
Scorze ’e pane niro, gli occhi stanchi,
bambini vanno scalzi per Mulberry Street.
Mani vuote e musica leggera,
c’è una nuova bandiera
dentro il fumo di New York.

Profughi albanesi a Buenos Aires,
turchi e croati vanno a messa
nel deserto di Atacama.
Studenti inglesi ed esuli cubani
saltano sopra quel che resta
del muro di Berlino.
Madre siriane implorano un respiro
al dio Mediterraneo.

Nessuno ci può obbligare
a rinchiudere la vita in frontiere della fame.
È un impulso naturale,
scritto nelle coordinate del destino.
È la storia del mondo,
siamo figli di un eterno movimento.
Il sogno di infinite migrazioni,
la chimera del paese che non c’era.

Gli altari della fede sono uguali
a Calcutta, a Ramallah, Montevideo, Addis Abeba.
Ogni angolo remoto della terra
ed ogni uomo cerca il suo modo per fiorire.
Dire la speranza e pronunciare
anche in un’altra lingua la sua libertà.

Mi dispiace, ma trovo insultante
questa pretesa di purezza
e di ostentata identità.
Tutte le nazioni hanno mentito
mischiando nel passato le proprie verità.
Siamo nati per viaggiare
verso il mare minore.

Nessuno ci può obbligare
a rinchiudere la vita in frontiere della fame.
È un impulso naturale,
scritto nelle coordinate del destino.
È la storia del mondo,
siamo figli di un eterno movimento.
Il sogno di infinite migrazioni,
la chimera del paese che non c’era.

2021/2/20 - 23:11




Language: Spanish

Traduzione spagnola dell'autore
dal video Youtube
EL PAÍS QUE NO EXISTÍA

Érase un cielo oscuro,
una ciudad como un hueso de aceituna.
Érase una cáscara de pan negro, unos ojos cansados,
niños que iban descalzos por la calle de Mulberry.
Manos vacías y música ligera,
érase una nueva bandera
dentro del humo de Nueva York.

Refugiados albaneses en Buenos Aires,
Los turcos y los croatas van a misa
en el desierto de Atacama.
Estudiantes ingleses y exiliados cubanos
saltan sobre lo que queda
del Muro de Berlín.
Madres sirias piden un respiro
al dios del Mediterráneo.

Nadie puede obligarnos
a encerrar la vida en las fronteras del hambre.
Es un impulso natural,
escrito en las coordenadas del destino.
Es la historia del mundo,
somos hijos de un movimiento eterno.
El sueño de migraciones infinitas,
la quimera del país que no existía.

Los altares de la fe son los mismos
en Calcutta, en Ramallah, Montevideo, Addis Abeba.
Cada rincón remoto de la tierra
y cada hombre busca su propio camino para florecer.
Decir la esperanza y pronunciar
incluso en otro idioma su libertad.

Lo siento, pero encuentro insultante
esta reivindicación de pureza
y de identidad ostentosa.
Todas las naciones han mentido
mezclando sus verdades en el pasado.
Nacimos para viajar
hacia el mar menor.

Nadie puede obligarnos
a encerrar la vida en las fronteras del hambre.
Es un impulso natural,
escrito en las coordenadas del destino.
Es la historia del mundo,
somos hijos de un movimiento eterno.
El sueño de migraciones infinitas,
la quimera del país que no existía.

2021/2/20 - 23:15




Language: French

Version française – LE PAYS FANTÔME – Marco Valdo M.I. – 2021
Chanson italienne – Il paese che non c’era – Alessio Arena – (2020)

Dialogue Maïeutique


Ah, Lucien l’âne mon ami, toujours cette question de titre, mais pas seulement ; déjà le titre lui-même me posait question. Il ne devait sans doute pas rendre même son dans ma tête que dans celle de l’auteur italien : Alessio Arena. Littéralement, il aurait fallu traduire : « Il paese che non c’era » par « Le pays qui n’était pas », ou quelque chose comme ça. Mais, comme j’ai dit, moi, ça ne m’allait pas. Bref, j’ai opté pour « Le pays fantôme » ; on peut toujours dire que ce n’est pas ça, que c’est même tout autre chose. Je le sais bien, c’est la raison pour laquelle je ne me targue jamais ou presque de traduire et que je précise chaque fois qu’il s’agit d’une version française et pour être plus précis encore, de ma version française. Il y en a tant d’autres possibles. Je considère de même qu’elle (comme toutes les versions) est une œuvre à part entière et non une copie dupliquée dans une autre langue. D’ailleurs, même les traducteurs automatiques produisent des versions très différentes (souvent étonnantes) d’un même texte – sauf peut-être dans des matières techniques ; mais c’est une autre histoire. Il est d’ailleurs très amusant de faire traduire par un de ces traducteurs (ou plusieurs) un texte, puis de faire retraduire leur traduction dans la langue d’origine. Pour en revenir à la chanson, les deux premiers vers de cette chanson, me rappellent par le ton précisément ces deux vers de Rocco Scotellaro :

« È fatto giorno, siamo entrati in giuoco anche noi
con i panni e le scarpe e le facce che avevamo. »

« Le jour s’est levé, nous sommes entrés dans le jeu nous aussi.
Avec les vêtements et les souliers et les faces que nous avions. »


Oh, dit Lucien l’âne, voilà qui m’intéresse. Cependant, comme le titre est un mystère, il serait bien que tu me parles du reste.

Eh bien, allons-y, dit Marco Valdo M.I. ; tout d’abord, l’explication que donne l’auteur Alessio Arena – un Napolitain, exilé à Barcelone, pèlerinant dans le désert de l’Atacama au nord du Chili – est que « pays fantôme », ainsi que je l’ai nommé, est le pays des utopies qui font bouger le monde. Il y a donc : New York (Mulberry street dans Little Italy), Buenos Aires (Argentine), le désert d’Atacama (Chili), Berlin (Allemagne), une côte en Méditerranée orientale (Liban ou Turquie), Calcutta (Inde), à Ramallah (Palestine), à Montevideo (Uruguay), à Addis-Abeba (Éthiopie), tels sont les lieux que cite la chanson, mais il en est bien d’autres, pareils, meilleurs ou pires, je ne sais. Ça dépend.

Oui, dit Lucien l’âne, ça dépend, de même que l’Argentine n’est pas le Pérou, il en est ainsi pour tous les lieux du monde et depuis des millénaires – je le sais d’expérience – les humains transhument des plaines aux montagnes, des forêts aux marais, et par les fleuves et par les mers, ils s’en vont d’un continent à l’autre. Il ne faudrait pas perdre de vue aussi que ces transhumances s’étalent sur des générations ou des dizaines de générations. Alors, vu ainsi, le mouvement des humains s’apparente à la dérive des continents et à la tectonique des plaques. Il y a des frottements.

Oui, Lucien l’âne mon ami, ça ressemble à ça. Et la plupart du temps, derrière ces glissements de populations, il y a la misère, le manque d’eau, la faim, la guerre, l’intolérance religieuse, la religion et ses « autels de la foi » ou je ne sais quelle idée de supériorité des uns sur les autres. Et la chanson le résume ainsi :

« C’est l’histoire du monde,
Nous sommes les enfants d’un exode constant,
Le rêve des migrations traverse les temps,
La chimère du pays fantôme danse une ronde. »


Mais comme je le dis souvent, la chanson dit mieux et plus de choses encore. Elle dit notamment :

« Nous sommes les voyageurs
En route vers la mer mineure. »


Je me suis demandé ce qu’était cette « mer mineure » (mare minore), car elle n’apparaît sur aucune carte, du moins sous ce nom. Alors, pour que tu ne doives pas chercher, je te dirai que c’est celle que tu connais, autour de laquelle tu tournes depuis tant de temps.

Alors, dit Lucien l’âne, ce serait la bonne vieille Méditerranée, la mer au milieu des terres. D’accord, mais alors que viennent faire là l’Inde, l’Uruguay, l’Atacama ?

Oh, répond Marco Valdo M.I., l’explication qu’en donne l’auteur est simple :

« interview : (Il mondo che si muove)
Sono canzoni incise tra la Spagna, il Cile e Napoli, sempre inventando questo mare nostrum allargato e si chiamerà “Il mare minore” perché racconterà di una migrazione verso casa. »


Autrement dit :

« interview : Le monde qui bouge
Ce sont des chansons enregistrées entre l’Espagne, le Chili et Naples, en inventant toujours cette mare nostrum élargie et qu’on appellera « Il mare minore » parce qu’elle parlera d’une migration vers chez soi. »


Ce serait en somme, une émigration élastique ou boomerang qui revient à son centre – « il mare minore – le « mare nostrum » des Romains – la « mer mineure ».

Bien sûr, la chanson dit bien des choses, j’irai les voir de près, dit Lucien l’âne. Cependant, cette vision de la « mer mineure » et le retour au « centre » me paraissent quand même fort autocentrées et ne rendent compte que d’une petite partie du vaste et chaotique mouvement perpétuel de la migration. En quelque sorte, dans ce chaos migratoire, le « chez soi » est partout où on se trouve ; on se transporte toujours avec soi-même et dans la migration, la seule chose qui reste, c’est soi. Quant à nous, tisserands du temps, tissons le linceul de ce vieux monde bardé de misère, rongé de haine, inconscient, ignorant de son destin et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE PAYS FANTÔME

Le ciel s’était fait obscur
La ville semblait un noyau d’olive dur.
Croûtes de pain noir, les yeux fatigués,
Dans Mulberry, les enfants vont nu-pieds.
Mains vides et musique rythmée,
Nouveau drapeau, dans la fumée
De New York étouffée.

Des réfugiés albanais à Buenos Aires,
Des Turcs et des Croates à la messe
Dans le désert de l’Atacama.
Des étudiants anglais et des exilés de Cuba
Sautent par-dessus les derniers parpaings
Du mur de Berlin.
Des mères syriennes implorent une bouffée
D’air à la déesse Méditerranée.

Personne ne peut nous obliger
À contenir la vie dans les confins de la faim.
C’est un mouvement inné,
Inscrit dans les lignes de la main du destin.
C’est l’histoire du monde,
Nous sommes les enfants d’un exode constant,
Le rêve des migrations traverse les temps,
La chimère du pays fantôme danse une ronde.

Ce sont les mêmes autels de la foi
À Calcutta, à Ramallah, à Montevideo, à Addis-Abeba.
Partout sur Terre, dans les lieux les plus distants,
L’homme cherche sa voie pour prospérer,
Espérant et chantant,
Même dans une autre langue, sa liberté.

Je trouve vraiment insultants
Cet orgueil d’ostentatoire identité,
Cette prétention de pureté.
Toutes les nations mentent en mêlant
Au passé leurs propres vérités.
Nous sommes les voyageurs
En route vers la mer mineure.

Personne ne peut nous obliger
À contenir la vie dans les confins de la faim.
C’est un mouvement inné,
Inscrit dans les lignes de la main du destin.
C’est l’histoire du monde,
Nous sommes les enfants d’un exode constant,
Le rêve des migrations traverse les temps,
La chimère du pays fantôme danse une ronde.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2021/2/23 - 20:39



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org