Lingua   

Le Retour de l’Alouette

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Au long du canal de Damme,
De longtemps, le temps est en exil.
Jean porte le gros bât de Lamme
Et Jef marche à côté de Till.

Les cigales bruissent dans les prés ;
Sur les champs, les manants récoltent le blé.
Les gens d’église viennent chercher
Le treizième pour les abbés et les curés.

Au-dessus de l’eau, les carpes affamées
Happent les mouches ronflantes ;
Les noires arondes virevoltantes
Leur volent les bestioles tant convoitées.

Sans souffle, l’air est chaud,
Les arbres tremblent au bord de l’eau.
Le soleil tape tout droit
Sur la berge où cacardent les oies.

Le carillon égrène le branle de midi,
Le soleil déverse sa chaleur,
La nature se tasse sous cette pâleur,
L’alouette rentre en son pays.

Les femmes crient à tue-tête
C’est l’heure du casse-croûte.
À Till, de sa main boudinée, Lamme
Montre le beffroi carré de Damme.

Lamme dit : « Là sont tes amours et tes douleurs. »
Till ne répond pas.
Lamme dit : « Là est ma demeure. »
Till ne répond pas.

Lamme dit : « Homme de bois, cœur de pierre !
Ton cœur a oublié ton père et ta mère ? »
Till ne répond pas.
Till pleure encore et ne répond pas.

Till entre en la maison de son enfance ;
Le nouveau charbonnier accueille sa souffrance.
Puis, avec les ânes, ils vont chez Katheline.
Ils entrent, les femmes dînent.

Till muet se tient là debout,
Saisie, Nelle pleure : « Se peut-il ? »
Nelle se jette à son cou.
Affolée, elle rit : « Till ! Till ! »


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org