Lingua   

Festins de Carême

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



« Lamme, nos finances sont en baisse ;
Il nous faut restreindre nos aises.
De deux, dit Till, il nous faut faire une.
Je garderai la bourse commune. »

Lamme dit : « Ne me laisse pas mourir de faim,
Gros, j’ai besoin de substantielle nourriture.
Le mince se nourrit d’aventures,
Mais moi, il me faut d’autres festins. »

« Oh, dit Till, festins de carême
Sont de vertueux festins.
Au plus lourd, ils donnent de l’entrain.
Dégraissé, tu iras comme le cerf lui-même. »

« Maigre sort, dit Lamme, j’ai faim.
Le soir tombe, je veux souper. »
À la Sirène, on sert fromage et pain
Et triste bière préludant au coucher.

Et Till rit de voir Lamme dépité,
Et aux vitres de la salle, un instant paraît
Un museau rieur qui sitôt disparaît.
Lamme est si chagrin, Till a pitié.

Il veut commander omelette, bœuf et boudin.
« Si messires, dit le baes, veulent meilleur souper
Omelette au jambon, choezels, castrelins,
On servira illico sans devoir débourser

Et chapon qui sous la dent fond,
Et carbonnade aux quatre épices,
Et bières et vins en hanap profond. »
Lamme conclut : « Apportez tous ces délices ! »

Et mange tout sans désemparer :
Jambon, chapon, castrelins, omelette,
Et boit bières et vins à plein gosier ;
Enfin, il souffle d’aise comme baleine replète.

Au matin, Till trouve Lamme ronflant
Dans un grand lit, avec une bourse à côté de lui
Emplie de carolus d’or et de patards d’argent.
« Où est ma femme, crie Lamme. Elle était ici cette nuit. »

« Ne pleure pas, Lamme, tu la reverras ta femme.
Elle t’aime encore, elle est venue pour toi.
Ne pleure pas, l’ami, elle reviendra ta femme,
C’est une bonne fille et elle tient à toi. »


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org