Lingua   

La Femme de Lamme

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



La femme de Lamme s’en est allée
À Bruges ; elle est revenue bien changée.
Ma femme, dit Lamme, m’aime trop
Comme moi, je l’aime ce tantôt.

Ce jour-là, elle me dit au doux instant,
« Il nous faut vivre comme des amis.
Je t’aime Lamme, tu es mon mari,
Pénitence et vertu me tiennent à présent.

Oh, bon Lamme, jusqu’aujourd’hui,
Tu cuisinas, tu balayas notre logis.
Tu m’épargnas tout effort,
Mon homme, je vais te servir jusqu’à la mort.

Te servir humblement, mon bel ami,
Mais rien de plus, mon chéri. »
« Ô femme, ne sépare par ces cœurs
Et ces corps, unis dans le bonheur ! »

« Il le faut, mon aimé, j’ai juré.
J’ai fait vœu
Par-devant Dieu
Et le prêtre qui m’a conseillé. »

« Dès ce moment-là,
Elle ne voulut plus de moi
Comme son époux véritable.
Voyez ma situation épouvantable.

Je lui dis : « M’amie, mon Pot au feu d’amour,
Que vous êtes grasse, mignonne et tendre !
Avec quelle autre poulette m’entendre ?
Où va, rivière fraîche, le chemin de ton cours ?

Je ne mangerai plus de toi encore ?
Où sont tes baisers au thym,
Ta bouche rosée du matin,
Ton cœur, ton sein, le frisson de ton corps ?

Quelle piété absurde de me délaisser,
Jeunes encor et pas encore vieux,
Pour satisfaire aux caprices d’un dieu
Jaloux sans doute de nos baisers.

Oh, ma femme, je te retrouverai
Et de cette religieuse passion,
Je te délivrerai.
Foi de Lamme, foi de garçon ! »


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org