Lingua   

Ogalla, Ogallala

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Trois ères glaciaires,
Trois glaciations millénaires,
La neige, le gel, les longs hivers,
Les pluies sur la plaine entière
Ont comblé l’aquifère
Qui se meurt sous la terre.
Là-bas, sous l’Oklahoma.
Ogalla, Ogallala !

Sous la grande prairie
Où vivaient les bisons,
Où passaient les saisons,
Sous le soleil, sous les pluies,
À l’unisson de la plaine fleurie,
La nature chantait sa chanson
Là-bas au Kansas, au Nebraska
Ogalla, Ogallala !

Ogallala, fille de la pluie,
Dans l’immense réservoir
Sous la grande prairie,
S’étendait dans le noir.
Ogallala vivait en paix
Entre les roches en grès
Sous le Texas, sous le Dakota.
Ogalla, Ogallala !

Des fermiers l’ont trouvée,
Elle, le don du ciel,
Eau douce sous le soleil,
Les fermiers l’ont captée.
Ils ont vidé la source de vie
Qui meurt d’asphyxie
Sous au moins 8 états.
Ogalla, Ogallala !

Ogallala, l’eau douce,
Mille et mille pompes
Sucent ton sang clair
Plus encore aujourd’hui
Qu’hier,
Creusent de nouveaux puits
Et créent lentement un désert :
Texas, Kansas, Colorado, Oklahoma.
Ogalla, Ogallala !

Oh, dit le fermier,
Il n’y a plus assez d’eau à pomper.
Ah, dit le banquier,
Il faut quand même rembourser.
Oh, dit le fermier,
Il ne reste qu’à m’en aller :
Kansas, Texas et cetera.
Ogalla, Ogallala !

Chez toi, Ogallala,
La guerre de l’eau n’aura pas lieu ;
La poussière brune couvrira
Les champs longtemps luxurieux,
Les foreuses rouillées
Et les maisons au sable abandonnées :
Nouveau-Mexique, Wyoming, en triste état.
Ogalla, Ogallala !

Sur les paysages désolés des Grandes Plaines,
Pour retrouver une vie sereine,
Il te faudra six mille ans seulement
De pluies et de ruissellements
Pour te remplir à ras bords.
Les hommes seront peut-être morts
Et pour toi, la vie continuera.
Ogalla, Ogallala !


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org