Lingua   

La Chanson du Colonel (et du régiment au couvent)

Albert Millaud
Lingua: Francese



Tambour, clairon, musique en tête,
Voilà qu’arrive le régiment.
Il va chez le maire pour se mettre en quête
De ses billets de logement.

Je n’ai plus rien, soldats fidèles,
A moins de vous loger par faveur
Dans un couvent de demoiselles,
Dit le maire, qui était un vieux farceur.

Va pour le couvent, en avant,
Répond le colonel en partant,
Suivi de tout le régiment,
Le clairon toujours sonnant,
Et le tambour toujours battant :
Ta rata ta rata ta rafla fla fla !

Fermez la porte ! cria sur l’heure
La supérieure du couvent,
Faites excuse, ma supérieure,
C’est nos billets de logement.

Des militaires chez des jeunes filles,
Dit la bonne femme d’un air dévot,
Ça me ferait tort dans les familles,
Faudrait plutôt nous prendre d’assaut !

Va pour l’assaut ! Vite, en avant !
Dit le colonel en s’élançant
Suivi de tout le régiment.
Le clairon sonnait tout le temps,
Et le tambour battait aux champs :
Ta rata ta rata ta rafla fla fla !

Pendant une année tout entière
Le régiment n’a pas reparu.
Au ministère de la guerre
On le porta comme perdu.

On renonçait à trouver sa trace
Quand un matin subitement
On le vit paraître sur la place,
Le colonel toujours en avant !

Au pas de gymnastique crânement,
Toutes les pensionnaires du couvent
Marchaient derrière le régiment.
Le clairon était flambant
Et le tambour triomphant.
Ta rata ta rata ta rafla fla fla !

Pour ne pas affliger les belles,
Le ministre, dans la garnison,
Laissa les petites demoiselles.
En voici, je crois, la raison :

Une centaine d’enfants de troupe,
Survint un jour comme par hasard,
Et le beau colonel, en croupe,
En portait cinq pour sa seule part.

Il obtint de l’avancement
Pour avoir doublé si promptement
L’effectif de son régiment.
Le système était excellent
Pour aider au recrutement.
Ta rata ta rata ta rafla fla fla !


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org