Lingua   

Trois cents ans de torture

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



À son ami le Christ, Lucifer demande alors :
Que faire de ce vieux tyran mort ?
En la salle aux tortures, mets donc ce vers ;
Qu’il y subisse tout ce qu’il fit subir sur Terre :

Le supplice de l’eau qui gonfle les estomacs,
Celui des chandelles qui brûle les pieds et les aisselles,
L’estrapade qui disloque les épaules,
La roue qui brise les jambes et les bras.

L’arsure du bûcher, tous les supplices en somme
Afin que chaque fois où une femme ou un homme
Les souffrira en son corps, en perdra la tête,
Chaque fois, en lui, la douleur se répète.

Il apprendra par l’eau, par le feu, par le fer
Le mal qu’un homme injuste peut faire
Quand il gouverne et commande.
Il ne serait pas mal aussi qu’on le pende,

Qu’il subisse mille caprices de bourreau,
Qu’il pourrisse en prison,
Qu’il gémisse hors de raison,
Qu’il meure un peu sur l’échafaud,

Qu’il soit honni, vilipendé, fouetté,
Que la délation l’accuse, qu’il soit dénoncé,
Que la confiscation le ruine,
Que le remords enfin le mine.

Fais-en un âne à maltraiter, mal nourrir,
Un miséreux qu’on affame, qu’on désespère,
Un ouvrier condamné au travail forcé,
Un être qu’on moque et qui doit fuir,

Un chien qu’on abreuve de coups et de pierres,
Un esclave aux Indes qu’on vend aux enchères,
Un paysan qu’on fait mercenaire,
Qui meurt sans savoir pourquoi à la guerre ;

Et ce pendant trois cents ans.
Il paiera ainsi les souffrances qu’il fit, les misères
Et puis, s’il est bon homme alors,
Donne-lui un coin ombreux pour le repos de son corps.

Ah ! Si j’avais un verre de vin d’Andalousie !
Viens Charles, dit le diable, le temps est fini
Du vin, des viandes et des volailles,
Grignote ton anchois avant que je te tenaille.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org