Lingua   

Le nain maléfique

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Un jour, un nain maléfi-i-i-que
Voulut être Président d'une Républi-i-i-que
Bourré de prétention et de fric
Il acheta un parti et un tas de flics
Fier comme un paon et un dindon,
Il se présenta aux élections

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il voulait le pouvoir

Les gens curieux abusés par son souri -i -re
Que tous les soirs, il montrait à la télé
Furent convaincus et l'applaudi-i-rent
À son balcon, devant le peuple de la liberté
Il se lâcha et parla d'amour
Car dans son sac, il avait plus d'un tour.

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il voulait le pouvoir

Certains jaloux de son beau démarrage
Un soir à l'heure du journal-télé
Annoncèrent quel outr-a-a-ge
Qu'avec les mafieux, il était allié
Un magistrat n'écoutant que son cour-a-a-ge
En son office voulut l'interroger.

Mais le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il était au pouvoir.

Et ses adversaires s'acharnè-è-rent
Sur lui à grands coups de révélations,
À coups de vérité le frappè-è-rent
Pour l'envoyer réfléchir en prison
Lui, le pauvre nain milliardai-ai-re.
Mais pour échapper à ce châtiment,
Il acheta des députés avec son argent.

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il tenait le pouvoir.

Mais à ce moment, de pauvres f- i -i-lles
Que le nain tenait par le dos
Ont crié tant que sa fami- i -i-lle
Coupa son ménage en deux morceaux
Puis, un nouveau scandale éclata
Qui fit voler le reste en éclats

Mais le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il tenait le pouvoir.

La tempête le vent et l'or-a-age
Soulevèrent les vagues de l'océan
Le nain hurla et cracha avec r-a-age
Bravant ce terrible ouragan
Mais le tonnerre à ce moment
Tombe et foudroie son gouvernement.

Mais le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il gardait le pouvoir.

Il disparut dans l'eau profon-on-de
Pendant une nuit, il se bouffa les mains
Il rumina des vengeances immondes
Il s'allia avec d'autres coquins
À des filles et des vauriens qui passaient
Pour leurs voix, il offrit des carrières au palais.

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il s'accrochait au pouvoir.

Vous croyez peut-être que ça le g-ê-ê-ne
Et cependant il n'en est rien
Malgré le tumulte que dans la rue , ça déch-aî-aî-ne
Le maléfique nain se sent fort bien
Il raconte ses mensonges et son délire d'Empire.
Face au monde entier, qui n'en peut plus de rire.

Mais si on le laisse au pouvoir
Demain, il sera souriant
À la télé, on pourra le voir,
Nain maléfique, montrer toutes ses dents.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org