Language   

Au préfet de police, qui a fait fermer notre goguette

Charles Gille
Language: French



Regardez les biens, je vous prie
Je comprends l’arrêt arbitraire
Qui met obstacle à nos plaisirs ;
Ne trouvant pas de bien à faire,
Le mal occupe tes loisirs ;
Sans griefs, toi qui nous garrottes,
De grand cœur nous te maudissons.
En fouets nous changeons nos marottes :
Monseigneur, prends garde aux chansons.

Traquant comme une bête fauve
La pauvre muse à Béranger
Le préfet Anlgès devient chauve
Et perd le boire et le manger.
Malgré ton penchant tyrannique,
Peux-tu mettre dans tes prisons
La poésie et la musique ?
Monseigneur, prends garde aux chansons.

[…]

Il est un fait qui me rassure.
Vous nous traiterez d’étourneaux,
Depuis dix-sept ans de la censure
Le travailleur ne peut s’instruire
A leurs quotidiennes leçons,
Mais il chant sans savoir lire.
Monseigneur, prends garde aux chansons.

C’en est assez sur ce chapitre,
Crois-tu que je veuille implorer
Quelque grâce par cet épître ?
La chanson ne sait pas pleurer.
Le peuple a du sang dans les veines,
Mieux que toi nous le connaissons,
Demain il pèsera ses chaînes.
Monseigneur, prends garde aux chansons.


Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org