Lingua   

Les Murs de Pékin

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Pas de rose sans son joli creux,
Ni de pensée sans un goût de trop-peu
Le chat conduit la clique,
Le train des animaux lunatiques
Il y manque une grosse caisse.
Et la Française, à la fenêtre, en Déesse
C'est votre rêve, Mademoiselle; ce n'est pas le mien.
Des ouvriers chinois dans les rues de Pékin,
Et des acrobates vêtus de soies voyantes,
En une cohorte ordonnée et bruyante
Portent solennels à peine finis,
À l'Hôtel de Ville, au siège du Parti
Une nouvelle vis, un nouveau boulon,
En joyeuse procession.
Ils s'en vont peindre les murs
Mais, on a abattu les murs.
Le quartier a été rasé,
Rien n'a été épargné.
À Bagdad, à Kaboul, à Kandahar
Les patrouilles fouillent les passants
Les avions bombardent au hasard
Les rafales tuent le temps.
Derniers retours du dimanche soir
Les voitures passent avec fracas.
L'angoisse de la semaine est déjà là
Sournoise, tapie dans le noir.
Dehors, dans un intervalle silencieux,
Des voix humaines résonnent familières,
Derniers saluts aux portes palières,
Les baisers, les murmures des amoureux
Ou les mots tranquilles des voleurs d'auto,
Tout occupés à leur boulot.
On n'a pas vu passer le temps
Dans la rumeur du matin,
Le monde tient dans une main
Voici les cris des enfants
Qui jouent au chat dans le parc
Parke Parke Parke…Parke Parke Parke…


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org