Lingua   

Sur une Nappe de Restaurant

Jacques Dutronc
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

L’augmentation
(Jacques Dutronc)
Jacques Dutronc: On nous cache tout, on nous dit rien
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
Fais pas ci, fais pas ça
(Jacques Dutronc)


Sur une Nappe de Restaurant

Chanson française de Jacques Dutronc

Sur une Nappe de Restaurant


Si jamais, il fallait refaire de la chanson en langue française...

Il faudrait recommencer à partir de Dutronc et percevoir dès le départ que le fond de Dutronc, qui devînt ainsi son fonds, c'est l'humour. Humour toujours ! Dutronc, c'est le temps de l'humour et de l'aventure... Dutronc aurait dû se faire un instant Luis Mariano et chanter de sa belle voix de ténor aussi :

Plaisir d'humour ne duuuure qu'un moment
Chagrin d'humour duuuure toute la viiiie !

En se tenant les roubignoles, comme il le faisait si bien en présentant dans les soirées de bonnes sœurs, de bonnes mœurs et de bonnes compagnies, son rébus cinématographique: Une salière dans la main droite qu'il agitait au-dessus de ses roubignoles bien tenues dans dans la gauche.
Vous donnez votre langue au chat ? Le saleur de la paire... Sic !
À la consternation générale !
Cette référence introductive, contrepétante et calembourdesque, c'est tout Dutronc çà, le Dutronc comme on l'aime.
Donc, Dutronc est décapant, c'est un gars du genre Vian, mais en plus blond.
C'est tout dire.
Le vrai grand Jacques depuis trente ou quarante ans, disons après que Brel soit parti, ce fut lui (pas celui qui parlait aux veaux !). Et quel mec, que ce mec-là ! On aime ou on aime pas. C'est une sorte d'Attila débarqué dans la chanson française, sur son passage rien de nul ne repousse.
Il a (comme Vian, encore une fois) ridiculisé la connerie, c'est tout dire.
Comme on a vu plus haut, Dutronc met toujours le doigt où il ne faut pas (précisons : où les bonnes convenances estiment qu'il ne faut pas le mettre) et ça fait mal.

Pas aussi riche que l'homme à la voiture rouge, celui à la testarossa - quello alla testarossa, mais capitaliste quand même. Petit patron, petit riche, mais patron et riche quand même. Une bonne âme quand même... Un portrait criant de vérité, quelque chose à la Jean Yanne. Pas vraiment méchant, le gars, pas tout-à-fait inconscient, juste superbement égoïste, un beauf'... Car somme toute, il sait les choses et il le dit. Bref, le frère de l'Opportuniste. En France d'aujourd'hui, il vote Sarko ou Royale et en Italie, pour le grandissime Berlu, l'homme au sourire entre les dents. Pas vraiment fasciste, juste tout prêt à le devenir, tout près de s'y rallier. Comme conclut Dutronc :
Ça va de soi évidemment
Évidemment ça va de soi...

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.
Sur une nappe de restaurant
J'ai écrit cette chanson
En pensant à tous les gens
Qui ne mangent que du plancton

Évidemment hé hé ça va de soi hé hé
Ça va de soi hé hé évidemment

Dans ma voiture de champion
J'ai fredonné cette chanson
En pensant à tous les piétons
Qui n'ont pas quelques millions

Évidemment ça va de soi
Ça va de soi évidemment

Et en vacances sur la côte
J'ai écrit cette chanson
Pour tous ceux qui côte à côte
Nagent dans une cuve en béton

Évidemment ça va de soi
Ça va de soi évidemment

Sur une nappe de restaurant
J'ai écrit cette chanson
En pensant à tous les gens
Qui ne font qu'une collation

Évidemment ça va de soi
Ça va de soi évidemment

Non je ne suis pas un égoïste
Je suis un homme comme vous tous
Un petit capitaliste
Qui des autres a la frousse

Ça va de soi évidemment
Évidemment ça va de soi...

inviata da Marco Valdo M.I. - 1/2/2009 - 16:04



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org