Lingua   

La fête chez les kapos

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Joseph est toujours là
(Marco Valdo M.I.)
Méditation du mendiant
(Marco Valdo M.I.)
Au bord du canal
(Marco Valdo M.I.)


LA FÊTE CHEZ LES KAPOS
(19 septembre 1943 - Suite en plusieurs tableaux.)

Chanson française – La Fête chez les Kapos – Marco Valdo M.I. – 2009


La Fête chez les Kapos est la neuvième étape d'un cycle de chansons qui raconte l'histoire d'un jeune Italien qui déserta pour ne pas servir le fascisme; réfugié en France, il fut rendu par les pétainistes aux sbires du régime, emprisonné. Les étapes ultérieures de ce tour d'Italie un peu particulier se prolongent en Allemagne et racontent la suite de l'aventure qui se terminera à Dachau.
La Fête chez les Kapos raconte la fête que firent – à de nombreuses reprises – les kapos, lorsqu'il leur en prenait l'envie. Pour, comme cette fois, « fêter » des séances de punition de prisonniers récalcitrants. Pour ce faire, ils se réservaient els baraques en contraignant les prisonniers à une attente interminable à l'extérieur. La fête consistait en beuveries, goinfreries (dans les limites de ce qu'ils pouvaient se procurer dans le camp) et en plaisirs délétères pour lesquels ils usaient de jeunes prisonniers, qu'ils épuisaient jusqu'à en faire des zombies.
Canzone, comme toutes celles de ce cycle : « ad ignominia » et pour que la méoire de ces bassesses ne se perde pas.

Ora e sempre : Resistenza !
Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.



C'était la fête chez les kapos
Dans la baraque, entrée interdite
Streng Verboten !
C'était les fesses chez les kapos
Les mignons devenaient des zombies
Pour un quignon, pour un fond de pot
Tout le monde dehors, sous la pluie

C'était la fête chez les kapos
Dans la baraque, entrée interdite
Streng Verboten !
Des heures, la pluie sur le corps coulait
Le long des jambes la pluie glissait
L'eau dans les sabots finissait
Les pieds ramollis se déchiraient.

C'était la fête chez les kapos
Dans la baraque, entrée interdite
Streng Verboten !
Á la nuit, coup de sifflet dans la torpeur
On ne pensait plus, rien que la douleur
Appel strident, signal absurde, rien que la peur
Stillstand, Mutzen ab, Mutzen auf de rigueur.

Après la fête chez les kapos
Dans la baraque, entrée interdite
Streng Verboten !
Dans la baraque, là-bas tout au fond
L'œil éteint, je fixais le plafond
La fièvre m'entretenait d' hallucinations
Elle me sortait du camp de concentration

Après la fête chez les kapos
Dans la baraque, entrée interdite
Streng Verboten !
Arbeit macht frei ! La folie dépasse l'imagination
Au bout du long corridor : Dante et les démons
Interminable voyage au bout de la nuit
L'aube se levait quand je m'endormis.

inviata da Marco Valdo M.I. - 28/1/2009 - 22:12



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org