Lingua   

L'Espoir

Léo Ferré
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

L'étranger
(Charles Baudelaire)
L’Île Saint Louis
(Léo Ferré)
Léo Ferré: La Solitude
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)


L'espoir.

Chanson de Léo Ferré – 1974.

L'Espoir


Quarante ans de silence
Pour tout un peuple en patience.
On ne pouvait chanter que de l'étranger
Que de l'autre côté des Pyrénées.
Franco la Muerte, criait Ferré
Comme pour jeter un sort,
Le Flamenco espagnol appelait la mort.
C'était en 1974, Léo Ferré chantait l'espoir... Le caudillo n'était pas encore crevé. L'Espagne retenait son souffle avant de crier
qu'enfin, elle sortait du noir.
La mort est venue
Elle est venue, bien tard
Mais elle est venue.
L'Espagne est toujours blessée,
l'Espagne est toujours marquée,
L'Espagne est toujours maquée.
Un jour peut-être, elle s'en remettra
Guernica revivra, Bilbao chantera
Buenaventura Durutti reviendra...
Sur ses ramblas, Barcelone dansera.
Dans le ventre des Espagnoles
Il y a des armes, toutes prêtes, toutes prêtes
Et qui attendent, et qui attendent, qui attendent

Des oiseaux finlandais vêtus de habanera
Des Vikings aux couteaux tranchant la manzanilla
Des flamenches de Suède, brunes comme la cendre
Des guitares désencordées et qui se pendent
Des amants exilés dans les cloches qui sonnent
La Mort qui se promène au bras de Barcelone
Des taureaux traversés qui traversent l'Histoire
Des soleils fatigués qui les regardent boire
Un Orient de misère à la jota engloutie
Les parfums de l'Islam crevant d'Andalousie
Des pavés de flamenco aux gestes anarchiques
Les rythmes du jazz-band pour les paralytiques
Les tam-tams de l'Afrique à portée de guitare
De l'eau fraîche et de l'ombre à jurer pour y croire
Une rue de Madrid avec des fleurs fanées
Un fusil de trente-six qui revient s'y traîner

Dans le ventre des Espagnoles
Il y a des armes toutes prêtes toutes prêtes
Et qui attendent, et qui attendent, qui attendent

Un accord de guitare au moment où l'on passe
Un passeur langoureux avant le coup de grâce
La bouteille à la mer dans un drugstore indien
Un habit de lumière dans l'ombre du chagrin
La fureur pensionnée qui se croit dans la rue
Des chansons caraïbes qu'on a perdues de vue
Des cigales fuyant le bruit des castagnettes
Toutes les Amériques au fond d'une cassette
Exécutées à l'aube avec la stéréo
Le silence permis au-delà de Franco
Des ailes de moulin plantées sur les maisons
Don Quichotte qui passe à la télévision
Une chaîne en couleur pour avaler tout ça
Le sang avec la veine d'avoir la corrida
Et cent mille danseurs sur la place publique
Pour que Christophe Colomb découvre la Musique

Dans le ventre d'une Espagnole
Il y a l'espoir qui se gonfle et qui gonfle
Et qui attend... Et qui attend...
Manuel de Falla

inviata da MarcoValdo M.I. - 14/10/2008 - 10:01



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org