Lingua   

L'autre jorn, el pueg d'Eschalas

Bertrand De Latour


Lingua: Occitano



[XVIII° secolo]
Un “Nadalet”, un canto di Natale della tradizione occitana (da Tulle / Tula, Nouvelle-Aquitaine), attribuito al religioso e letterato settecentesco Bertrand de Latour di Toulouse (ma potrebbe anche trattarsi di un canto di anonimo ottocentesco)
Testo trovato qui. La fonte è la raccolta "Chants et chansons populaires du Limousin" curata da J. B. Chèze, Léon Branchet e Johannès Plantadis, risalente alla fine dell’800 e ripubblicata da ultimo nel 1995.

Chants et chansons populaires du Limousin

Curioso e buffo questo nadalet, che racconta di alcuni amici, pastori a Puy des Échelles, nel Limousin, ai quali gli angeli annunciano la nascita del Salvatore, sicché quelli se ne partono verso Betlemme (a un tiro di schioppo dall’Occitanie!), portando con sé non doni preziosi, perché sono poveri e la guerra li ha privati di tutto, ma solo qualche animale, compresi due galletti cui è stata tagliata la cresta per farli passare per capponi (!). I pastori sono anche musici e si portano appresso i loro strumenti. Arrivati a destinazione, il più colto (ha fatto qualche scuola!) del gruppetto si rivolge alla Sacra Famiglia e chiede prima di tutto scusa per i poveri doni (“Se n'era estat de la guerra, vos portarian de l'argen”). Poi chiede che il Signore ponga fine alla guerra, che ci sia la pace, che spariscano per sempre i grassatori che taglieggiano la gente con le imposte di guerra. In cambio promette il più bello dei concerti che il Signore abbia mai sentito.
L'autre jorn, el pueg d'Eschalas, (1)
N'eran quauques pastoreus,
Que contavan las estialas
En gardan nostres tropeus,
Quan, tot d'un cop, la lusor
D'un grant e brillan esclaive
Nos apareguet dinz l'aire
E nos remplit de freior.

Mas la pau fuguet pus bela
Quan veguem eitor de nos,
D'anges una vibanbela
Que credavon a plena votz :
— « Qu'a jamais Diu siá lauvat
« D'aver fach finir la guerra
« Que lo cial fasia a la terra
« A causa de sos peschats.

« N'ajatz pau, prenetz corage
« Vos est nat tin gran senhor.
« N'en mérita vostre omage
« Miels qu'un autre de la cor.
« Se voletz saber ont' es,
« N'es coijat dins un estable,
« Dinz un estat miserable
« E n'en tremola de freg.

« Adonc — tornet dire l'ange —
« Davalatz vos en alen.
« Per lo cas lo mai estrange,
« Es nascut en Bethleem.
« Sa maire l'ai a cialat
« Aquel efan adorable.
« Se n'era estat 'quel estable,
« Nadalon n'era gialat. »

Quò es que nos botem en rota.
Partiguerem dos per dos.
Toni que n'a pas la gota,
N'en portava lo blandon.
Jan que n'a pas freg aus dets.
Jugava de la chabreta,
Giroulet de la grinleta
E Josep del flaijolet.

Aneram dinz lo vilatge,
Revelhar nostre Jantou.
Voguet esser del voiatge,
Per veire lo nadalon.
Nos seguia en sautican ;
Sa maire que tremolava,
Tos los momens li credava :
— « Janton, ne coretz pas tan ! »

A la fi, trobem l'estable,
Aprep l'aver pro cherchat.
Veguem l'efan adorable
Que l'ange avia anonssat.
Sa maire qu'era prep d'el
Dinz lo momen lo mudava,
Lo bon Josep l'adjudava
E li ténia lo chalel. (2)

Adonc, tota nòstra banda
Tornare nos estrumens.
E nos fagarem l' ofrenda
A genolhs, devotament.
La Senta Vierja jasen, (3)
A totz nos lo presentava;
Chascun lo potonejava
E li fasia son presen.

Dinz l'estable de son paire,
Girart prenguet un anhel;
De la gabia de sa maire,
Josep n'emportet l'auzel.
Jan n'avia dos jaletons
Liatz amb lo fial d'una blesta ;
Lor avia copat la cresta
E passavon per chapons.

Toni, que, dinz sa jeunessa,
Avia estat bon escolier,
Enquera, dinz sa vielhessa,
Sabia mais qu'un meirilher.
Li disset, per complimen :
— « Diu que ses vengut sus terra,
« Se n'era estat de la guerra,
« Vos portarian de l'argen.

« Permetez qu' aquesta annada,
« Puescham veire far la patz.
« Vos n'en fariam una aubada
« Coma jamais n'avem fach.
« Tiratz nos 'queus coletors,
« Que son tos farcitz de ronles ; (4)
« Fasetz n'en -perdre los monles (5)
« Per ujan e per tojors. »

« Tiratz nos 'queus coletors,
« Que son tos farcitz de ronles ;
« Fasetz n'en -perdre los monles
« Per ujan e per tojors. »
(1) "Pueg", in francese "Puy", è un toponimico piuttosto frequente in Francia e Piemonte. Deriva dal latino podium ed indica un luogo, spesso un villaggio, in posizione elevata. Credo che si tratti della stessa radice del termine piemontese "pogieul", balcone.

(2) Chalel: lampada ad olio, fatta solitamente in cuoio, con gli stoppini in cotone che pescano nell'olio. E' un termine che si ritrova soprattutto nell'occitano del Périgord.

(3) Jasen /Gisante: dal latino jacere, di donna che ha appena partorito

(4) Ronles / Rôles: letteralmente rotoli, i fogli su cui gli esattori registravano le imposte dovute

(5) Monles / Moules: le misure utilizzate per il calcolo delle derrate dovute a titolo d’imposta, come il moggio (o modio) per il grano.

inviata da Bernart Bartleby - 8/8/2017 - 09:05



Lingua: Francese

Traduzione francese, sempre da qui
L'AUTRE JOUR, AU PUY DES ÉCHELLES

L'autre jour, au Puy des Échelles,
nous étions quelques pastoureaux
à compter les étoiles
en gardant nos troupeaux
quand, tout à coup
la lueur d'un grand et brillant éclair
nous apparut dans l'air
et nous remplit de frayeur.

Mais notre peur augmenta
quand nous vîmes autour de nous
une longue ribambelle d'anges
qui criaient à pleine voix :
— « Qu'à jamais Dieu soit loué
d'avoir terminé la guerre
que le Ciel faisait à la Terre
à cause de ses péchés.

« Rassurez-vous, reprenez courage
Il vous est né un grand seigneur
Il mérite votre hommage
plus qu'aucun autre de la Cour
Si vous voulez savoir où il est
il est né dans une étable
[il est] dans un état pitoyable
et grelotte de froid.

« Alors — reprit l'ange
— descendez là-bas
Par un cas des plus étranges
il est né à Bethléem
Sa mère y a abrité
cet enfant adorable
sans cette étable,
le petit Noël était gelé. »

Alors, nous nous mîmes en route
Nous partîmes deux à deux
Toine, qui n'a pas la goutte
portait le brandon
Jean, qui n'a pas froid aux doigts
jouait de la chabrette
Girard des grelots
et Joseph du flageolet.

Nous allâmes dans le village
réveiller notre Jantou
Il voulut être du voyage
pour voir le petit Noël
Il nous suivait en clopinant
Sa mère qui tremblait [pour lui]
à tous moments lui criait :
— « Jeantou, ne courez pas si fort ! »

Enfin, nous trouvâmes l'étable
après l'avoir assez cherchée
nous vîmes l'enfant adorable
que l'ange avait annoncé
Sa mère, près de lui
le changeait à ce moment
Le bon Joseph lui prétait la main
et tenait le chalel.

Alors, toute notre bande
Rejoua de ses instruments
Et nous fîmes l'offrande
à genoux, dévotement
La Sainte-Vierge gisante
à tous nous le présentait
Chacun lui donnait un baiser
et lui faisait son présent.

Dans l'étable de son père
Girard avait pris un agneau
de la cage de sa mère
Joseph avait emporté l'oiseau
Jean avait deux petits coqs
attachés ensemble avec un écheveau de fil
il leur avait coupé la crête
et ils passèrent pour chapons.

Toine, qui dans sa jeunesse
avait été bon écolier
en savait, en sa vieillesse
plus qu'un sacristin
Il lui dit, en compliment :
— « Dieu qui êtes venu sur la terre
si nous n'avions eu la guerre
nous vous aurions apporté de l'argent.

« Permettez que cette année,
nous puissions voir conclure la paix.
Nous vous ferions [si cela pouvait être] une aubade
comme jamais nous n'en avons fait..
Délivrez-nous de ces collecteurs
qui sont tous farcis de rôles
Faites qu'ils en puissent perdre le moule
cette année et pour toujours. »

Délivrez-nous de ces collecteurs
qui sont tous farcis de rôles .
Faites qu'ils en puissent perdre le moule,
cette année et pour toujours. »

inviata da Bernart Bartleby - 8/8/2017 - 09:14


Corrette e aggiunte le note. A proposito della prima, secondo me bisognerebbe ricordare che il latino podium non è alla base soltanto di pueg, puy e pogieul, ma anche del toscano (e italiano) poggio sempre nel senso di "altura". Il piemontese pogieul, tra l'altro, sembra corrispondere del tutto al toscano poggiòlo "collinetta". Salud!

Poggio, Isola d'Elba (con Marciana Marina sullo sfondo)
Poggio, Isola d'Elba (con Marciana Marina sullo sfondo)

Riccardo Venturi - 8/8/2017 - 13:32


B.B. - 8/8/2017 - 14:04


... e pure lo spagnolo/catalano "Puig", per montagna, sicchè il nostro Salvador Puig Antich sarebbe in italiano "Salvatore Montevecchio"... giusto?!?

B.B. - 8/8/2017 - 15:39


Esattamente...! Senza contare le migliaia di Poggi, Poggianti, Poggeschi, Poggio, Poggetti, Poggini ecc. che esistono come cognomi in tutta Italia...Salud!

Riccardo Venturi - 8/8/2017 - 17:09


Se si potesse ancora aggiungere una nota, nella quinta strofa troviamo alcuni strumenti musicali: la "chabreta" ("chabrette") è una piccola cornamusa fatta con pelle di capra; la "grinleta" ("grelots") è un bastone a sonagli; il "flaijolet" ("flageolet") è un piccolo flauto, un piffero.
Invece non credo che il "blandon" ("brandon") sia uno strumento musicale, potrebbe essere una torcia per illuminare il cammino notturno...

B.B. - 8/8/2017 - 18:08


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org