Lingua   

Les tâches

Gaston Couté
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Le Christ en bois
(Gaston Couté)
Berceuse du « dormant »
(Gaston Couté)


Ignoro se la poesia sia stata originariamente musicata dallo stesso autore o da altri.
Più recentemente è stata messa in musica da Gérard Pierron e Marc Robine (1979) e dal gruppo Le P'tit Crème (2012), e pure fa parte del repertorio de La Princesse Barouline, artista di strada che si esibisce con il suo “orgue de Barbarie”.
Testo trovato su Gaston Couté (1880-1911) le gâs qu'a mal tourné...

Gaston Couté, la chanson d’un gâs qu'a mal tourné

Lorsqu’on est « un pauv’ peineux », condamné sans relâche à exécuter les tâches les plus répétitives (jusque dans la plus stricte intimité… !), il ne vous reste plus que l’humour, qui est bien ici, selon la formule de Boris Vian, « la politesse du désespoir ». Une fois encore, Gaston Couté nous a concocté un petit bijou de gouaille populaire en patois berrichon, bien dans l’esprit des cabarets qu’il fréquentait. (da Litterature Audio.com)

La vita di merda che tocca agli sfruttati, una sofferenza continua da cui verrano dispensati soltanto nella morte… “Quando si è piccolini un po’ di scuola, a 12 anni a lavorare nei campi, a 20 a servire la Patria, poi ci si sposa e si fanno dei figli che avranno lo stesso destino… Patriota, elettore, contribuente, è così sempre fino alla fine… Questa è la nostra vita, possiamo riposarci solo sotto terra.”
L'matin, au coup d'clairon des oés
On saute à bas au grand galop,
Et l'on s'en va-t-aux champs piocher
Jusqu'à midi à nout' clocher.
A midi, on casse un morceau
Pis on r'pioch' tout le temps du tantôt.
Le souer, on rentre à la maison
Pour manger la soupe au cochon,
Et, prés d'sa femme eun' foués couché,
Avant d'dormi' faut 'cor... bûcher.

Et v'là comm' ça qu'est cheu nous :
On se r'pos' qu'un coup dans l'trou.

On trim' comme eun'bête el' lundi,
On fait la mêm' chous' le mardi,
Et, pou se r'poser l'méquerdi,
On fait comm' lundi et mardi ;
L'jeudi, à seul' fin d'se changer,
On va vend' son beurre au marché.
Le venterdi et le sam'di
On r'prend la tach' du méquerdi
Et, l'dimanch' quand on prend du r'pous,
On n'le sent pas pasqu'on est saoûl.

Et v'là comm' ça qu'est cheu nous :
On se r'pos' qu'un coup dans l'trou.

Tout l'hiver on bat à grands coups
Su'l'air' des granges le blé d'août.
Un coup qu'arrive el mois de mars
On peign' les champs avec sa harse.
Grobants sous l'souleil en été
On fane el'foin, on fauche el'blé.
En automne on coupe el raisin.
On fait l'vin doux, on sème el'grain.
Et quand que r'vient les moués d'janvier,
Reste pas qu'à s'chauffer les pieds.

Et v'là comm'ça qu'est cheu nous :
On se r'pos' qu'un coup dans l'trou.

Quand on est tout petit petiot
On va-t-à l'écot' de l'hamieau.
Quand qu'on attrap' douze à treize ans
Faut s'en aller piocher aux champs.
A vingt ans on sert sa Patrie,
En s'en r'venant d'là on s'marie,
On fait des petits à soun heure,
On est patriote, électeur,
Contribuabe ! ... et ça continue
Jusque là ousqu'on n'en pouv' pus...

Et v'là comm' ça qu'est cheu nous :
On sc r'pos' qu'un coup dans l'trou.
Grober = S'émietter en séchant (les Beaucerons employaient plus souvent le terme "aguemiotter").
Tantout ou tantôt = l'après-midi

inviata da Bernart Bartleby - 11/12/2015 - 11:45



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org