Lingua   

Karussell (Wir reiten auf hölzernen Pferden)

Manfred Greiffenhagen


Lingua: Tedesco


Ti può interessare anche...

Marlene Dietrich: Ich bin von Kopf bis Fuß auf Liebe eingestellt
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
Transport
(Manfred Greiffenhagen)
Le Maître et Martha
(Marco Valdo M.I.)


Versi di Manfred Greiffenhagen (1896-1945), ebreo tedesco, berlinese, autore di cabaret.
Musica di Martin Roman (1913-1996), anche lui ebreo tedesco, pianista jazz.
Testo trovato su The Lied, Art Song and Choral Texts Archive
Interpretata dalla norvegese Bente Kahan nel suo disco “Stemmer fra Theresienstadt” del 1995, ‎uscito negli anni seguenti anche in tedesco ed in inglese.‎
Recentemente riproposta al grande pubblico dal basso baritono tedesco Christian Gerhaher e dalla ‎mezzo-soprano svedese Anne Sofie von Otter nella raccolta intitolata “Terezín/Theresienstadt”, ‎pubblicata nel 2008 dalla Deutsche Grammophon.‎

Stimmen aus Theresienstadt
Terezín/Theresienstadt

Internato a Theresienstadt, Manfred Greiffenhagen scrisse molti dei testi delle piéces teatrali e musicali messe in scena nel campo-ghetto. Come molti artisti ebrei lì rinchiusi – tra i quali il noto attore Kurt Gerron – fu costretto dagli aguzzini a prestarsi nel documentario di propaganda “Der Führer schenkt den Juden eine Stadt”, confezionato dai nazisti per far credere alla Croce Rossa che Theresienstadt fosse un insediamento modello per la popolazione di fede ebraica, mentre non si trattava d’altro che di un campo di transito verso Auschwitz. Basti pensare che “Il Führer dona una città agli ebrei” (il cui titolo ufficiale è “Theresienstadt. Un documentario dall’area dell’insediamento ebraico”) fu prodotto nel settembre del 1944 e che alla fine di ottobre il ghetto era già stato liquidato. Il regista Kurt Gerron e quasi tutti quelli che vi comparvero, poche settimane dopo furono eliminati ad Auschwitz e Dachau.



Martin Roman faceva parte della band del violinista Marek Weber. Già nel 1932 i nazisti impedirono al gruppo di esibirsi in pubblico. Quasi tutti i membri fuggirono all’estero, a cominciare dal leader (che morì a Chicago nel 1964). Roman scappò in Olanda, ma lì fu catturato dopo l’occupazione del paese. Rinchiuso a Theresienstadt, anche lui - come Greiffenhagen, Gerron e tanti altri – fu costretto a partecipare alla farsa propagandistica de “Il Führer dona una città agli ebrei”.




Un ricordo comune d’infanzia, quello della vertigine procurata dall’andare sulla classica giostra dai cavalli di legno, qui diventa l’allegoria della vita nel ghetto, quel non poter far altro che girare in tondo in una gabbia, perdendo anche la propria umanità, mentre tutto intorno non sono altro che miseria, ingiustizia ed orrore, se ne vanno i sogni e non restano – forse - che i ricordi…




“Karussell” di Manfred Greiffenhagen e Martin Roman diede il titolo ad uno degli spettacoli messi in scena da Kurt Gerron a Theresienstadt, prima di accettare di girare “Il Führer dona una città agli ebrei” con la speranza di aver salva la vita. Speranza vana…L’ultima immagine di Kurt Gerron è quella raccontata da un deportato sopravvissuto, che lo vide davanti al portellone spalancato di un vagone ferroviario inginocchiarsi di fronte ad un ufficiale delle SS, implorando di essere risparmiato: dopo aver ricevuto un calcio violentissimo dal nazista, Kurt Gerron fu caricato a braccia da altri prigionieri… All’arrivo ad Auschwitz, Gerron fu immediatamento inviato alla camera a gas, insieme alla moglie. Era il 28 ottobre del 1944, la fine del Reich si approssimava e furono tra gli ultimi prigionieri a fare quella fine… Di coloro che comparirono in quel documentario di propaganda girato a Theresienstadt, gli unici a sopravvivere furono Martin Roman ed un altro musicista jazz, il chitarrista Heinz Jakob "Coco" Schumann.
“Karussell” è anche il titolo di un documentario su Kurt Gerron girato nel 1999 dalla regista polacca Ilona Ziok.
In den lang entschwundnen Jahren,
Da wir kleine Kinder waren,
Hatten wir ein Ideal.
Wollt man Ruhe in der Wohnung
Oder gab es als Belohnung
Ein Geschenk nach unsrer Wahl,
Riefen alle Kinder schnell:
Karussell, ach bitte, bitte, Karussell...

Wir reiten auf hölzernen Pferden
Und werden im Kreise gedreht.
Wir sehnen uns, schwindlig zu werden,
Bevor noch das Ringelspiel steht.

Das ist eine seltsame Reise,
Das ist eine Fahrt ohne Ziel --
Wir kommen nicht fort aus dem Kreise
Und dennoch erleben wir viel.
Und die Musik vom Leierkasten
Vergessen wir im Leben nie,
Wenn lang die Bilder schon verblassten,
Tönt noch im Ohr die Melodie:

Wir reiten auf hölzernen Pferden
Und werden im Kreise gedreht.
Wenn schwindlig wir haltmachen werden,
Dann wird man erst sehn, wo man steht.

Leer ist meistenteils das Leben
Und erst Leidenschaften geben
Seinem Ablauf Sinn und Wert.
Ehrgeiz, Börse, Lotterbetten,
Kino, Fußball, Zigaretten --
Jeder hat sein Steckenpferd.
Lasst uns unsre Sensation:
Illusion, ach bitte, bitte, Illusion...

Wir reiten auf hölzernen Pferden
Und werden im Kreise gedreht.
Wir sehnen uns, schwindlig zu werden,
Bevor noch das Ringelspiel steht.

Menschen haben Ambitionen --
Selbst wenn sie im Elend wohnen,
Wollen sie was Bessres sein.
Hat auch keiner was zu reden,
Ist doch ein Genuss für jeden,
Mit noch Ärmeren zu schrein:
Hört ihr das Gespensterlied:
Unterschied, ach bitte, bitte, Unterschied...

Wir reiten auf hölzernen Pferden
Und werden im Kreise gedreht.
Wir sehnen uns, schwindlig zu werden,
Bevor noch das Ringelspiel steht.

Das ist eine seltsame Reise,
Das ist eine Fahrt ohne Ziel --
Wir kommen nicht fort aus dem Kreise
Und dennoch erleben wir viel.
Und die Musik vom Leierkasten
Vergessen wir im Leben nie.
Wenn lang die Bilder schon verblassten,
Tönt noch im Ohr die Melodie:

Wir reiten auf hölzernen Pferden
Und werden im Kreise gedreht.
Wenn schwindlig wir haltmachen werden,
Dann wird man erst sehn, wo man steht.

inviata da Bernart Bartleby - 3/2/2014 - 14:56




Lingua: Inglese

Traduzione inglese attribuita a Siegfried Translateur, dal blog di Katie Cruel
Siegfried Translateur (1875-1944) è stato un direttore d’orchestra e compositore polacco di fede ebraica. A Berlino fondò “Lyra”, casa di edizioni musicali. Nel 1938 i nazisti lo costrinsero a chiudere e Translateur vendette la sua creatura all’editore Bosworth di Londra. Poi di lui si persero le tracce. Lo ritroviamo a Theresienstadt, dove morì di stenti il 1 marzo del 1944 all’età di 68 anni.

CAROUSEL

In those long past years
when we were little children,
we had an ideal.

Either stay quietly in the apartment,
or get treated to a gift of our choice,
and all the children quickly cried:
Carousel, oh please, please, carousel!

We ride on wooden horses
and turn in a circle.
We long to be dizzy,
even before the carousel starts.
A strange journey—a journey without a goal.
We don’t leave the circle, but we experience so much.

The music of the hurdy-gury –
Though we move through life, let us never forget it.
Even when the memories are long faded,
the melody will still be echoing in our ears:

We ride on wooden horses,
and turn in a circle.
When we stop we are dizzy,
and we see just how we stand!

Life is mostly empty.
It only gives passions:
meaning and value and expiration.
Ambition, stock market, lottery beds,
cinema, football, cigarettes.
Everyone has his hobby-horse.
Let us have our sensation: Illusion, oh please, please, illusion..

We ride on wooden horses
and turn in a circle.
We long to be dizzy,
even before the carousel starts.
A strange journey—a journey without a goal.
We don’t leave the circle, but we experience so much.

Men have ambitions, even if they live in misery.
They want to be something better.
They have nothing to say.
It is better for everyone to scream with even poorer men.
Do you hear the ghost’s song: inequality, oh please, please, inequality.

We ride on wooden horses
and turn in a circle.
We long to be dizzy,
even before the carousel starts.
A strange journey—a journey without a goal.
We don’t leave the circle, but we experience so much.

Though we move through life, let us never forget it.
Even when the memories are long faded,
the melody will still be echoing in our ears:
We ride on wooden horses,
and turn in a circle.
When we stop we are dizzy,
and we see just how we stand!

inviata da Bernart Bartleby - 3/2/2014 - 14:57




Lingua: Francese

Version française - CARROUSEL (SUR LES CHEVAUX DE BOIS) – Marco Valdo M.I. – 2014
Chanson allemande – Karussell (Wir reiten auf hölzernen Pferden) – Manfred Greiffenhagen – 1944



Texte de Manfred Greiffenhagen (1896-1945), juif allemand, berlinois, auteur de cabaret.
Musique de Martin Roman (1913-1996), lui aussi juif allemand, pianiste de jazz.
Texte trouvé sur The Lied, Art Song and Choral Texts Archive
Interprétation de la Norvégienne Bente Kahan dans son disque « Stemmer fra Theresienstadt » de 1995, publié dans les années suivantes aussi allemand et en anglais.
Récemment reproposée au grand public de la basse baryton allemand Christian Gerhaher et de la mezzo-soprano suédoise Anne Sofie von Otter dans le recueil intitulé « Terezín/Theresienstadt », publiée en 2008 par Deutsche Grammophon.

Interné à Theresienstadt, Manfred Greiffenhagen écrivit beaucoup des textes des pièces théâtrales et musicales mises en scène dans le camp-ghetto. Comme beaucoup d'artistes juifs enfermés là – parmi lesquels l'acteur Kurt Gerron – il fut forcé par les gardiens à jouer dans le documentaire de propagande « Der Führer schenkt den Juden eine Stadt » (Le Führer offre une ville aux Juifs ), produit par les nazis pour faire croire à la Croix Rouge que Theresienstadt était une colonie modèle pour la population de confession juive, alors qu'il ne s'agissait de rien d'autre que d'un camp de transit vers Auschwitz. Il suffit de penser que « Le Führer offre une ville aux Juifs » (dont le titre officiel est « Theresienstadt. Un documentaire de la zone de résidence juive ») fut produit en septembre de 1944 et qu'à la fin d'octobre de la même année, le ghetto avait été déjà liquidé. Le réalisateur Kurt Gerron et presque tous ceux qui y apparaissaient, furent éliminés à Auschwitz et à Dachau quelques semaines plus tard.

Martin Roman faisait partie de l'orchestre du violoniste Marek Weber. Déjà en 1932, les nazis interdirent au groupe de jouer en public. Presque tous les membres fuirent à l'étranger, à commencer par le leader (qui mourut à Chicago en 1964). Roman s'enfuit en Hollande, mais là, il fut capturé après l'occupation du pays. Enfermé à Theresienstadt, lui aussi – comme Greiffenhagen, Gerron et tant d'autres – fut forcé à participer à la farce propagandiste « Le Führer offre une ville aux Juifs ».

Un souvenir commun d'enfance, celui du vertige procuré le classique manège des chevaux de bois, devient ici l'allégorie de la vie dans le ghetto, le fait de ne pas pouvoir faire autre chose que tourner en rond dans une cage, en perdant même son humanité, pendant que tout autour n'est que misère, injustice et horreur, les rêves s'en vont et il ne reste – peut-être - que les souvenirs…

« Karussell » de Manfred Greiffenhagen et de Martin Roman donna son titre à un des spectacles mis en scène par Kurt Gerron à Theresienstadt, avant d'accepter de tourner « Le Führer offre une ville aux Juifs » avec l'espoir d'avoir la vie sauve. Espoir vain… la dernière image de Kurt Gerron est celle rapportée par un déporté survivant, qui le vit devant la porte grand ouverte d'un wagon s'agenouiller face à un officier SS, en implorant d'être épargné ; après avoir reçu un coup de pied très violent du nazi, Kurt Gerron fut porté à bras par d'autres prisonniers… À l'arrivée à Auschwitz, Gerron fut immédiatement envoyé à la chambre à gaz, avec sa femme. C'était le 28 octobre de 1944, la fin du Reich approchait et ils furent parmi les derniers prisonniers à faire cette fin-là… De ceux qui parurent dans ce documentaire de propagande tournée à Theresienstadt, les seuls à survivre furent Martin Roman et un autre musicien de jazz, le guitariste Heinz Jakob « Coco » Schumann.
« Karussell » est également le titre d'un documentaire sur Kurt Gerron tourné en 1999 par le réalisateur polonais Ilona Ziok.


La traduction anglaise ci-après est attribuée à Siegfried Translateur, sur le blog de Katie Cruel.
Siegfried Translateur (1875-1944) a été un directeur d'orchestre et un compositeur polonais de confession juive. À Berlin il fonda « Lyra », une maison d'éditions musicales. En 1938, les nazis le forcèrent à fermer et Translateur vendit sa société à l'éditeur Bosworth de Londres. Ensuite on perd sa trace. elles se perdirent les traces. On le retrouve à Theresienstadt, où il mourut de privations le 1 Mars de 1944 à l'âge de 68 ans.
CARROUSEL (SUR LES CHEVAUX DE BOIS)

Du temps d'il y a longtemps
Quand nous étions petits enfants,
Nous avions comme espérance
De vivre tranquillement chez papa
Ou d'avoir comme récompense
Un tour sur les chevaux de bois
Tous les enfants lançaient le même appel :
Le carrousel, ah s'il vous plaît, s'il vous plaît, le carrousel…

Sur les chevaux de bois
On tournait mille fois
On soupirait à en perdre la tête,
Avant même que commence la fête.

C'était un voyage étrange,
Comme une promenade d'anges
De cette ronde, on ne se lassait pas du tout
Et pourtant, on s'amusait beaucoup.
Et le son de l'orgue de Barbarie
Ne s'oublie jamais dans la vie,
Quand les images ont depuis longtemps pâli,
Dans l'oreille, la mélodie encore retentit:

Sur les chevaux de bois
On tourne mille fois
Quand étourdis, on s'arrête,
On veut rester à la fête.

La vie est une grande illusion
Et donne seulement des passions
Sens et valeur et respiration
Bourse, loterie, ambition,
Cinéma, football, tabac --
À chacun son cheval de bois.
Laissez-nous nos sensations :
L'illusion, ah s'il vous plaît, s'il vous plaît, l'illusion

Sur les chevaux de bois
On tourne mille fois
On soupire à en perdre la tête,
Avant même que commence la fête.

Les hommes ont des ambitions --
Même s'ils vivent dans l'indigence,
Ils veulent être des champions
Même si on a peu d'espérances
C'est quand même une satisfaction
De crier avec d'autres pas de chance :
Écoutez des fantômes la revendication :
La différence, ah s'il vous plaît, s'il vous plaît la différence…

Sur les chevaux de bois
On tourne mille fois
On soupire à en perdre la tête,
Avant même que commence la fête.

C'était un voyage étrange,
Comme une promenade d'anges
De cette ronde, on ne se lassait pas beaucoup
Et pourtant, on s'amusait beaucoup.
Et le son de l'orgue de Barbarie
Ne s'oublie jamais de la vie,
Quand les images ont depuis longtemps pâli,
Dans l'oreille encore, la mélodie retentit.

Sur les chevaux de bois
On tourne mille fois
Quand étourdis, on s'arrête,
On veut rester à la fête.

inviata da Marco Valdo M.I. - 13/3/2014 - 11:09



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org