Lingua   

Y a des Zazous

Andrex


Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Patriarcat
(Brigitte Fontaine)
Après la guerre
(Brigitte Fontaine)
Nazis on My Radio
(Angie Aparo)


Y a des Zazous
Zazous

Chanson française – Y a des Zazous – Andrex
Paroles de Raymond Vincy. Musique de Henri Martinet – 1943
Premier interprète : Andrex.
Autre interprètes : Roger Pierre et Jean-Marc Thibault (1964) - Brigitte Fontaine et M.

La chanson interprétée, il y a une dizaine d'années par Brigitte Fontaine et M donne une bonne illustration de ce que les « Zazous » et la Swingjugend avaient comme réputation auprès des « entartés », jeunes ou moins jeunes, des régimes en place dans les années trente-quarante et encore au-delà, et ailleurs, et toujours aujourd'hui, des conservatismes... « Dans conservatisme », disait ma grand-mère, « il y a cons ».

Cetet chanson avait été écrite au début des années 40 et chantée à l'époque par Andrex. Il est difficile de définir si elle relevait simplement de la description ironique des chansonniers moqueurs ou quelle parenté elle peut avoir avec la chanson de la Swingjugend , qui conduisit bien des jeunes Allemands en prison et en camps de concentration, si ce n'est au-delà. Le dernier couplet, à peine voilé, laisse penser à quelque chose qui serait plus qu'une coïncidence... Ceci, mon cher ami Lucien l'âne, aurait pu conduire Andrex ou d'autres dans les mêmes lieux sordides et assassinss.

Mais enfin Marco Valdo M.I., mon ami, il y a trop de fois SS dans ton assassin...

Non, pas du tout, c'était voulu, tant de SS et il y en eut bien plus encore à l'époque.... Cela dit, pour en revenir à la chanson, elle dit parfois et même souvent, plus qu'elle ne semble vouloir en dire. Mais étant un art à part entière, elle fonctionne bien mieux dans la protestation, dans la mise en cause des puissances que dans la laudation. Voilà aussi pourquoi, j'aime tant la chanson...

Et moi aussi... dit Lucien l'âne. Et elle aussi, comme nous, tisse inlassablement le linceul de ce vieux monde pudibond (sur le plan poétique – éthique, en quelque sorte), réprobateur, inculte, pisse-froid, pisse-vinaigre, désespérant et cacochyme.


Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.
Jusqu'ici sur terre un homme pouvait être
Blanc ou noir, ou rouge, ou jaune et puis c'est tout
Mais une autre race est en train d'apparaître
C'est les Zazous, c'est les Zazous
Un faux col qui monte jusqu'aux amygdales
Avec un veston qui descend jusqu'aux genoux
Les cheveux coupés jusqu'à l'épine dorsale
Voila le Zazou, voila le Zazou

Y a des Zazous dans mon quartier
Moi je le suis déjà à moitié
Un de ces jours à votre tour
Vous serez tous Zazous comme eux
Car le Zazou c'est contagieux
Ça commence par un tremblement
Qui vous prend soudain brusquement
Et puis on pousse des hurlements Ah !
Wa da la di dou da di dou la wa wa !

Si vous rencontrez un jour sur votre passage
Un particulier coiffé d'un fromage mou
Tenant dans ses doigts un poisson dans une cage
C'est un Zazou, c'est un Zazou !
Si votre épicier vous dit :
J'ai du gruyère
Mais malheureusement il ne reste que les trous,
Ne supposez pas qu'il fuit de la cafetière :
Il est Zazou, il est Zazou !

Y a des Zazous dans mon quartier
Moi je le suis déjà à moitié
Un de ces jours à votre tour
Vous serez tous Zazous comme eux
Car le Zazou c'est contagieux
Ça commence par un tremblement
Qui vous prend soudain brusquement
Et puis on pousse des hurlements Ah !
Wa da la di dou da di dou la wa wa !

A son futur gendre avant-hier ma concierge
Disait : Voyez vous, ma fille est un bijou
Elle est encore mieux que si elle était vierge
Elle est Zazou, elle est Zazou !
En prenant le train, j'ai vu le chef de gare
Qui m'a dit : "Mon cher, je ne suis plus cocu, du tout
Je suis quelque chose de beaucoup plus rare :
Je suis Zazou, je suis Zazou !

Y a des Zazous dans mon quartier
Moi je le suis déjà à moitié
Un de ces jours à votre tour
Vous serez tous Zazous comme eux
Car le Zazou c'est contagieux
Ça commence par un tremblement
Qui vous prend soudain brusquement
Et puis on pousse des hurlements Ah !
Wa da la di dou da di dou la wa wa !

A la société devant payer sa dette
Devant la guillotine Gégène a dit : Je m'en fous
Y a déjà longtemps que j'ai perdu la tête
Je suis Zazou, je suis Zazou !
Avec une mondaine de la place Pigalle
Mon ami Léon a fait les quatre cents coups
Ça lui réussi car pour ses vingt-cinq balles
Il est Zazou, il est Zazou !

Y a des zazous dans mon quartier
Moi je le suis déjà à moitié
Et à mon tour un de ces jours
On finira par m'emmener
Dans un asile d'aliénés
Entre zazous, on se retrouvera
Et c'est fou ce qu'on rigolera
Quand sous la douche, on chantera
Wa da la di dou da di dou la wa wa !

inviata da Marco Valdo M.I. - 12/12/2011 - 18:45


[1944]
Parole di Raymond Vinci (nato Ovanessian, 1904-1968), paroliere e librettista francese di origine armena
Musica di Henri Martinet (1909-1985), compositore e direttore d’orchestra.
Uno dei grandi successi di André Jaubert, in arte Andrex, all’epoca celebre attore del cinema e cantante.

Y a des zazous



A “Y a des zazous” ed al suo interprete ha reso omaggio nel 2001 la celebre artista bretone Brigitte Fontaine (classe 1939, insieme a -M- (Matthieu Chedid), nel suo album intitolato “Kékéland”

Kékéland

Nel commento introduttivo a Nazis on My Radio di Angie Aparo si parlava della resistenza antinazista in Germania e, in particolare, della “Swingjugend”, la “Gioventù dello Swing”, movimento non organizzato di giovani e giovanissimi amanti del jazz e della musica americana che, per questo solo fatto, entrò in rotta di collisione con il regime ed il suo oscurantismo anche culturale.



Anche nella Francia di Vichy, nella Francia occupata, ci fu un movimento simile. I giovani swingers francesi, sempre eleganti ed eccentrici, erano lì chiamati “Zazous”, dal ritornello di un brano di Cab Calloway del 1933. Come i loro omologhi tedeschi, gli “Zazous” erano fondamentalmente apolitici, esistenzialisti, la loro attitudine era “je m’en foutiste”, volevano solo divertirsi e ballare a suon di swing. Ma anche in Francia bastò questo a farne finire molti in gattabuia o peggio.



Il loro “antiautoritarismo” era connaturale ed arrivò infatti ad esprimersi naturalmente in piccole azioni collettive di protesta, di sapore molto situazionista. Come quando, all’indomani dell’introduzione delle leggi razziali, anche gli Zazous presero a cucirsi sugli abiti una stella gialla, come quella destinata agli ebrei, ma personalizzata, con pailettes e strass e con la scritta “Zazou”, o “Swing” o “Goy”, che in ebraico indica una persona non ebrea. Inutile dire che la provocazione non piacque e molti Zazous furono rinchiusi per qualche tempo nel campo di prigionia di Drancy.
Un commentatore sulla pagina di Bide & Musique dove ho trovato il testo della canzone riferisce un altro episodio, di quando, nel pieno dell’Occupazione, un gruppo di Zazous si diede appuntamento sugli Champs-Élysées, ciascuno brandendo due canne da pesca, una per mano… Ora, in francese la canna da pesca viene chiamata anche “gaule”, e “deux gaules” fanno inevitabilmente De Gaulle, allora capo della Resistenza. Divertente.

Un Zazou vittima di un “coiffeur volontaire” in una vignetta fascista dell’epoca.


Per concludere, segnalo che la pagina su fr.wikipedia dedicata agli Zazous, e in particolare il paragrafo su gli Zazous al tempo di Vichy, sembra stata scritta dal maresciallo Pétain, il capo dei collaborazionisti filonazisti. L’ennesima dimostrazione di come la “Libera Enciclopedia” sia purtroppo spesso funestata dalle libere incursioni di fascistoidi e nazistoidi.

Bernart Bartleby - 9/8/2017 - 08:58


Cher BB,

Je viens de lire la notice Wiki à propos des zazous. En toute tranquillité d’esprit, il me paraît qu’elle ne pourrait avoir été rédigée par le Maréchal, ni même un de ses descendants. Elle me semble plutôt descriptive et historique et plus proche de l’esprit des zazous que de celui de leurs persécuteurs.

Certes, la notice de Wiki n’adopte pas un ton militant, mais les zazous ne le faisaient pas non plus ; ils en avaient horreur et l’espèce « zazou » vit encore sous d’autres apparences et d’autres noms. Le mot qui les représente le mieux est « snobs » ou « dandys » ; on pourrait les qualifier de descendants des pré-raphaélites anglais ou d’Oscar Wilde, Shelley… Ou alors, par certains aspects, du mouvement Dada sous la guerre précédente. Tout comme les jeunes (et moins jeunes) Allemands rétifs au régime sous le nazisme se piquaient de jazz, de chansons, de cinéma anglo-saxons ou refusaient toute façon de s’habiller ressemblant de près ou de loin aux « chemises » et aux « uniformes », ainsi faisaient les « zazous ». Ils n’entraient jamais dans le cadre et se refusaient à tout embrigadement ; ce qui posa d’ailleurs des questions difficiles après la guerre entre les « existentialistes » et les tenants de l’engagement politique, qui avait fortement (et a toujours) tendance à virer à l’enrégimentement.

Mais en refusant le « sérieux », ils heurtaient les deux courants idéologiques opposés sur le plan politique, mais aussi conservateurs et réactionnaires l’un que l’autre sur le plan des mœurs, des arts et de la culture : le courant de la droite conservatrice et réactionnaire (en France, c’était le courant pétainiste) et de l’autre côté de l’échiquier, le courant communiste ouvriériste (en France, le PCF et ses succursales). Cette proximité de « culture militante » s’est révélée fort prégnante dans les passages et de transfuges d’un côté à l’autre et selon les moments, dans un sens comme dans l’autre. En clair et sans citer de noms, on passait du PCF ou du socialisme au pétainisme (en France), au fascisme (en Italie) ou au nazisme (en Allemagne) et quelques années plus tard, on a vu le mouvement inverse ; en somme, il s’agissait de prendre le vent et de se couler du côté des courants forts et si possible, du pouvoir, fût-ce dans l’opposition. Cette « culture commune » s’est très bien illustrée dans l’art monumental, par exemple ; dans l’académisme, le patriotisme, l’exaltation nationale.

Alors, que penser d’un Boris Vian, lequel avait 20 ans en 1940 et était un de ces zazous, sans adhérer à quelque mouvement de résistance, si ce n’est dans les caves, dans les surprise-partys, en jouant de la trompinette, etc. ?

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.

Marco Valdo M.I. - 9/8/2017 - 22:09


Beh, Marco Valdo, da buon francofono, sa sicuramente interpretare meglio di me lo spirito autentico che sta dietro a certe affermazioni. La sezione su fr.wikipedia dedicata al rapporto tra Zazous e regime di Vichy si apre con: "Comme après 1870, la France a réagi au désastre de 1940 par une réforme des institutions existantes et la création de nouvelles. Très préoccupé par l’éducation, la fibre morale et la productivité de la jeunesse française, le régime de Vichy, qui avait créé un ministère de la Jeunesse en 1940 a vu les zazous comme une influence rivale et dangereuse sur les jeunes"; e si chiude con la citazione di un importante dirigente fascista collaborazionista (tal Doriot, prima comunista e poi fascista... e ho detto tutto!): "Avoir 20 ans, vivre à l'époque la plus grandiose de l'histoire humaine et faire le « zazou » physiquement, moralement… Quelle décrépitude, quelle déchéance ! "

Fra l'altro la sezione è contrassegnata come "priva di fonti verificate"...

Solo per questo mi sono permesso di osservare che un paragrafo del genere poteva essere stato redatto dal maresciallo Pétain, o anche dal mio bisnonno, per dire...

Detto questo, che Boris Vian fosse un "zazou" o un loro simpatizzante non può che farmi piacere.

E in culo ai fascisti, ai comunisti e a tutti i totalitaristi e integralisti!

E, in definitiva, a tutti gli -isti e -ismi.

Bau!

Quel cane di B.B.

PS Comunque basta digitare su Google "wu ming fascisti wikipedia" e andate un po' a leggere che succede sulla "Libera Enciclopedia"...

B.B. - 9/8/2017 - 22:10


Mi scuso con Marco Valdo per questo scambio indiretto di vedute... è che io non maneggio bene il francese scritto (e nemmeno il piemontese, e neppure l'occitano, e nemmanco l'inglese, e così il tedesco, lo spagnolo, il portoghese e giù giù fino allo Zulu...)

Non sono che un quaquaraqua, un cane, un povero zazou!

Ciao Marco Valdo M.I., un abbraccio!

B.B. - 9/8/2017 - 22:30


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org