Lingua   

Apollon préfère chanter

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Canzone de Lucien l'âne
(Lucien Lane)
L'Hélicon de Berluscon
(Lucien Lane)
Secret, secret
(Marco Valdo M.I.)


Apollon préfère chanter
Canzone léviane – Apollon préfère chanter – Marco Valdo M.I. – 2009
Cycle du Cahier ligné – 14.

Apollon préfère chanter est la quatorzième canzone du cycle du Cahier ligné et comme toutes les canzones lévianes, elle est le résultat d'une étrange alchimie que Marco Valdo M.I. applique aux textes de Carlo Levi, tels qu'il les a traduits en français. Certes, la démarche est longue et complexe, mais elle donne de surprenantes canzones. Qu'on peut aimer ou pas, comme on voudra.

Comme pour les Grecs, la mythologie a ici aussi ce sens mystérieux et caché qui lui convient si bien. L'Apollon qui fut , dans son jeune âge, un grand guerrier, on le vit à Troie, on le vit partout dans l'Antiquité.

Mais depuis, il y eut encore bien des guerres et Apollon, qui est aussi comme sa demi-sœur Athéna, porteur de la raison, s'est retiré du champ de batailles et a réussi à maîtriser ses fureurs adolescentes.

Il a posé son arc et s'est pris de passion pour la harpe. Il a su trouver le goût de son noble métier d'allumeur de réverbère solaire et de garant des moissons.

C'est l'Apollon de notre siècle, un Apollon qui se consacre à l'amour (pas à la pornographie...) et qui connaît sa force et sait la retenir.

Un Apollon, qui a enfin réussi à dominer sa démesure et s'en va tranquille et insouciant...
Tel que l'homme devrait arriver à être.

Voilà bien une canzone onirique et comment dire, qui s'inscrit dans la tradition des aèdes, la grande tradition indo-européenne, nettement pré-chrétienne, la tradition d'où vient directement notre ami Lucien l'âne.

En effet, il est bel et bon de remettre parfois la canzone d'aujourd'hui dans ses racines, élevant ainsi quelque peu le débat à hauteur de l'Olympe. Façon de la relier aussi à la grande tradition de l'opéra.

Un exercice de style ? dit Lucien l'âne. Et pourquoi pas ? Queneau en a fait tout un livre...

Il est très réjouissant de constater que dans la Guerre de Cent Mille Ans, Apollon est passé dans le camp des amis de la paix et préfère dorénavant chanter et faire dorer le blé.

Bienvenue à Apollon dans le site des Canzoni contro la Guerra...

Pour Apollon, dit Lucien l'âne, Hip,hip,hip...

Ainsi parlait Marco Valdo M.I.
Un monstre terrifiant et luminescent
Un Archange trop humain,
avec sa goutte d’éternel féminin.
S’approche en souriant.
Dans les vallées de l'Orient,
On entend de longs crissements,
C'est le bruit furtif des bourreaux
Qui aiguisent leurs précieux couteaux.
Depuis la nuit des temps,
Le loup égorge les agneaux.

Apollon préfère chanter
Et faire dorer le blé.

Guérisseur, médecin et guerrier,
Apollon passe tranquille, insouciant.
Mais sa violence peut incendier
Et ravager tout en un instant...
Sa force éblouit,
dessèche, brûle, abrutit.
Son œil de feu est splendeur visionnaire,
Sa beauté est excès de lumière,
Elle désaltère et elle nourrit;
D'un coup, elle chasse la nuit.

Apollon préfère chanter
Et faire dorer le blé.

Sa démesure est celle des Dieux et des Rois.
Son enchantement noircit le bois
Et recroqueville les parchemins.
Ses ordres sont exécutés en un tournemain.
Son pouvoir incinérateur
Brûle et ne laisse rien
D'un merveilleux battement d’ailes de papillon perdu.
Des reines flamboyantes se disputent son cœur,
Avec de merveilleux soprani suraigus.
Apollon à ses heures est séducteur.

Apollon préfère chanter
Et faire dorer le blé.

Sous l'œil des voyageurs venus du nord,
Sa fragilité révèle sa nature humaine
Il tombe comme tombe un corps mort,
Dans les bras de la nuit souveraine.
La lumière d'Aphrodite, Ishtar, Star
Tient les loups et les lions à l’écart.
Avec Vénus, il s’adonne à ses passions,
Préférant enchanter qu’éblouir,
Il se coule en elle sans autre façon.
Il sait l'illuminer et la séduire.

Apollon préfère chanter
Et faire dorer le blé.

Il connaît la force de sa main
Et se garde de l’utiliser
même pour serrer la main,
même pour caresser.
Quand ses ailes se meuvent trop vite,
Et qu'une colère ou une passion subite
Font luire ses yeux.
Il est émouvant et poétique.
Apollinien et harmonieux,
Il retient ses bombes atomiques.

Apollon préfère chanter
Et faire dorer le blé.

inviata da Marco Valdo M.I. - 15/5/2009 - 23:16



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org