Lingua   

Le conscrit du Languedô (Fanfan)

anonimo


Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Étoiles, garde-à-vous!
(Guy Béart)
I Virasolelhs
(Lou Dalfin)
Berezina 1812
(Davide Buzzi)


(1810 circa)

Una delle più antiche canzoni antimilitariste francesi, di epoca napoleonica.
La versione occitana, I conscrits del Lengadòc, è stata eseguita dai Lou Dalfin. Manteniamo in questo caso la suddivisione in due pagine distinte.
Je suis un pauvre conscrit
De l'an mil huit cent dix (bis)
Faut quitter le Languedô,
Le Languedô, le Languedô,
Faut quitter le Languedô
Avec le sac sur le dos.

L'Maire et M'sieur le Préfet
N'en sont deux jolis cadets (bis)
Ils nous font tirer-z-sort,
Tirer-z-sort, tirer-z-sort,
Ils nous font tirer-z-sort
Pour nous conduire à la mort.

Adieu donc mes chers parents,
N'oubliez pas votre enfant (bis)
'Crivez-lui de temps en temps,
De temps en temps, de temps en temps,
'Crivez-lui de temps en temps
Pour lui envoyer de l'argent.

Adieu donc mon tendre coeur,
Vous consolerez ma soeur (bis)
Vous y direz que Fanfan,
Oui que Fanfan, oui que Fanfan,
Vous y direz que Fanfan
Il est mort en combattant.

inviata da Riccardo Venturi




Lingua: Italiano

Versione italiana di Riccardo Venturi (2004)
IL COSCRITTO DEL LANGUEDOC

Sono un povero coscritto
dell'anno mille e ottocentodieci (bis)
bisogna che lasci il Languedoc,
il Languedoc, il Languedoc,
bisogna che lasci il Languedoc
con il sacco sulle spalle.

Il Sindaco e il signor Prefetto
sono proprio due bei tipetti (bis)
ci hanno fatti tirare a sorte,
tirare a sorte, tirare a sorte,
ci hanno fatti tirare a sorte
per condurci alla morte.

Addio allora, miei cari genitori,
non dimenticate vostro figlio (bis)
scrivetegli di tanto in tanto,
di tanto in tanto, di tanto in tanto,
scrivetegli di tanto in tanto
per spedirgli del denaro.

Addio allora, mio tenero amore,
consolerai mia sorella (bis)
le dirai che Fanfan,
sì, che Fanfan, sì, che Fanfan
le dirai che Fanfan
è morto combattendo.



Lingua: Italiano

Altra versione, attribuita a Guy Béart, trovata su Paroles.net
Je suis un pauvre conscrit
De l'An Mil huit cent dix
Je suis un pauvre conscrit
De l'An Mil huit cent dix
'Faut quitter le Languedoc, le Languedoc, le Languedoc
'Faut quitter le Languedoc
Avec le sac sur le dos !

'Maire et Monsieur le Préfet,
En sont deux jolis cadets,
'Maire et Monsieur le Préfet,
En sont deux jolis cadets
Ils nous font tirer au sort, tirer au sort, tirer au sort,
Ils nous font tirer au sort
Pour nous conduire à la mort !

Adieu donc mes chers parents
N'oubliez pas votre enfant !
Adieu donc mes chers parents
N'oubliez pas votre enfant !
'Crivez lui de temps en temps, de temps en temps, de temps en temps,
'Crivez lui de temps en temps
Pour lui envoyer d'l'argent !

Adieu donc mon tendre cœur,
Vous consolerez ma sœur,
Adieu donc mon tendre cœur,
Vous consolerez ma sœur,
Vous lui direz que Fanfan, oui que Fanfan, bin que Fanfan,
Vous lui direz que Fanfan
Il est mort en combattant !

Qui a fait cette chanson ?
En sont trois jolis garçons.
Qui a fait cette chanson ?
En sont trois jolis garçons.
Ils étaient tailleurs de bas, tailleurs de bas, tailleurs de bas,
Ils étaient tailleurs de bas,
Et maint'nant ils sont soldats !

inviata da Alessandro - 29/8/2008 - 10:10




Lingua: Occitano

Versione occitana trovata su sul sito del Front de Gauche del Midi-Pyrénées
LO CONSCRIT DE 1810

Ièu soi un paure conscrit
De l’an mila uèit cent dètz
De l’an mila uèit cent dètz
Cal daissar lo lengadòc, lo Lengadòc lo Lengadòc
Cal daissar lo Lengadòc
Per se’n anar a la mòrt.

Luènh d’aicí i a un país
De nèu blanca, de cèl gris
De nèu blanca, de cèl gris
Nos i cal anar morir, anar morir anar morir
Nos i cal anar morir
Per l’Emperaire e son filh.

Lo rector e lo regent
Nos an parlat plan longtemps
Nos an parlat plan longtemps
Partissèm fòrça contents, fòrça contents fòrça contents
Partissèm fòrça contents
Serèm sus lo monument.

Mainatz-vos Lengadocians
De faire d’autres enfants
De faire d’autres enfants
N’auràn besonh dins vint ans, dins vint ans dins vint ans
N’auràn besonh dins vint ans
Negres e Republicans.

Vos a escrit un gojat
Nascut pròche vòstre ostal
Dormís, a pro caminat, pro caminat, pro caminat
Dormís, a pro caminat,
E son conte es acabat.

inviata da Bernart Bartleby - 13/6/2015 - 17:21


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org