Lingua   

L'opportuniste

Jacques Dutronc
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Il est cinq heures, Paris s'éveille
(Jacques Dutronc)
Les cactus
(Jacques Dutronc)
Jacques Dutronc: La ballade du bon et des méchants
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)


L'OPPORTUNISTE

Chanson française de Jacques Dutronc


Si jamais, il fallait refaire de la chanson en langue française...

Il faudrait recommencer à partir de Dutronc et percevoir dès le départ que le fond de Dutronc , qui devînt ainsi son fonds, c'est l'humour. Humour toujours ! Dutronc, c'est le temps de l'humour et de l'aventure... Dutronc aurait dû se faire un instant Luis Mariano et chanter de sa belle voix de ténor aussi :
Plaisir d'humour ne duuuure qu'un moment
Chagrin d'humour duuuure toute le viiiie !

En se tenant les roubignoles, comme il le faisait si bien en présentant dans les soirées de bonnes sœurs, de bonnes mœurs et de bonnes compagnies, son rébus cinématographique: Une salière dans la main droite qu'il agitait au-dessus de ses roubignoles bien tenues dans dans la gauche.
Vous donnez votre langue au chat ? Le saleur de la paire... Sic !
À la consternation générale !
Cette référence introductive et calembourdesque, c'est tout Dutronc çà, le Dutronc comme on l'aime.
Donc, Dutronc est décapant, c'est un gars du genre Vian, mais en plus blond.
C'est tout dire.
Le vrai grand Jacques depuis trente ou quarante ans, disons après que Brel soit parti, ce fut lui (pas celui qui parlait aux veaux !). Et quel mec, que ce mec-là ! On aime ou on aime pas. C'est une sorte d'Attila débarqué dans la chanson française, sur son passage rien de nul ne repousse.
Il a (comme Vian, encore une fois) ridiculisé la connerie, c'est tout dire.
Comme on a vu plus haut, Dutronc met toujours le doigt où il ne faut pas (précisons : où les bonnes convenances estiment qu'il ne faut pas le mettre) et ça fait mal.

Pour cette chanson de l'Opportuniste, il campe d'un trait toute une classe politique, celle qui court aux basques de l'Élu Suprême, lequel forcément varie selon les époques et les pays. C'est inévitable, même eux finissent pas lâcher la rampe et comme disait mon grand-père, c'est heureux ! Parfois, il faut les y contraindre, un peu, beaucoup, violemment....
J'ai entendu dire que les adeptes de la démocratie libérale n'aiment pas cette chanson... Il suffit de l'écouter pour savoir pourquoi.
Une chanson pour les soixante dernières années ? Pas pour avant ? Pas pour demain... Faut l'espérer.
Pour le reste, je propose un jeu : mettre des noms, qui pourrait bien correspondre, un peu beaucoup, tellement... à ce portrait.

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.
Je suis pour le communisme
Je suis pour le socialisme
Et pour le capitalisme
Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je n'ai pas peur des profiteurs
Ni même des agitateurs
Je fais confiance aux électeurs
Et j'en profite pour faire mon beurre

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je suis de tous les partis
Je suis de toutes les patries
Je suis de toutes les coteries
Je suis le roi des convertis

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je crie vive la révolution
Je crie vive les institutions
Je crie vive les manifestations
Je crie vive la collaboration

Non jamais je ne conteste
Ni revendique ni ne proteste
Je ne sais faire qu'un seul geste
Celui de retourner ma veste, de retourner ma veste
Toujours du bon côté

Je l'ai tellement retournée
Qu'elle craque de tous côtés
A la prochaine révolution
Je retourne mon pantalon

inviata da Marco Valdo M.I. - 1/2/2009 - 14:51


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org