Lingua   

Djami

Richard Marot


Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Mon général
(Richard Marot)
How Life Is A Blaze ( First Speech)
(Richard Marot)
Et quand ma vie parait une jachère vide
(Richard Marot)


Une chanson qui parle sur une époque très lointaine qui était au milieu de la folie exagérée du colonialisme avec la France, L'Angleterre et la Belgique comme les grands protagonistes de la conquête de L'Afrique au dix-neuvième siècle. Je parle exactement sur le poète français Rimbaud qui était devenu un esclavagiste et un criminel dans la colonisation française de l'Abyssinie (Éthiopie maintenant).
Et je parle de cette époque pour critiquer une des grandes racines de notre esclavage hérité et aussi pour critiquer le changement d'avis d'une personne qui était un artiste avant de devenir un criminel à faveur de la colonisation et son évidente guerre antérieure et aussi des cruautés comme le contrebande d'armes. Tout cela a fait beaucoup de mal à L'Afrique encore aujourd'hui et c'est pour ça que c'est une chose que je critique avec décision.
Je veux vous raconter une chronique
Laquelle pourrait être sur Djami
L’esclave qui était grand ami de Rimbaud,
Mais de toute façon, il était un esclave
Cependant, c’était une autre époque.

L’esclave prit son coeur
Et lui donna à son patron
Ce n’était pas une vraie amitié
Il s’agissait d’un amour acheté
Mais il n’avait pas cette vision
Il aimait son patron comme à sa soeur

Il vivait dans un impitoyable enfer
Avec sa soeur comme sa seule confiance
Et malgré toutes les injustices de l’inclémence
Toutes ses volontés étaient à l’envers.
En se résignant aux affaires perverses
De son maître, Monsieur Rimbaud.


L’esclavage,
L’esclavage,
Djami !
L’esclavage
Pourquoi ?
L’esclavage
Cher ami par Dieu,
Sois sage
Et échappe-toi de ce lieu
Mais la mémoire était cruelle
Et elle oublia souvent défendre la dignité
L’esclavage,
L’esclavage
L’esclavage
L’esclavage.


À partir de ce moment-ci,
Djami, était l’esclave le plus ignorant
Et peut être que le plus injuste
Il était le seul homme à considérer
L’esclavage comme une profonde amitié
C’est une chose de fou, Penser à son patron
Comme un homme qu’on puisse aimer
Mais l’esclave ne pense à rien et regarde l’horizon
En attendant voir l’espoir du bonheur
D’un homme qui ne connait pas l’humilité
Mais Djami pensa au grand coeur
De son ami et cher patron Rimbaud.

Djami alla un jour voir sa soeur
Et il traversa la ligne interdite
En faisant une bêtise avec son imprudence
Et quand le patron devina sa négligence
Lui arriva à Djami son châtiment
Qui était le plus horrible et maintenant
Tout ce qu’on appelle ses volontés
Étaient gardées par ses sages pensées.
En se résignant complètement
À sa pauvre condition
À son injustice inclémente.

L’esclavage,
L’esclavage,
Djami !
L’esclavage
Pourquoi ?
L’esclavage
Cher ami par Dieu,
Sois sage
Et échappe-toi de ce lieu
Mais la mémoire était cruelle
Et elle oublia souvent défendre la dignité
L’esclavage,
L’esclavage
L’esclavage
L’esclavage.

Malgré toutes les apparences
La réalité n’est pas une indifférence
Et Djami était un esclave comme un autre
En s’emportant par les cruautés de son maître
Dans toutes les questions, depuis naître
Jusqu’a la plus froide mort, qu’on appelle le vide.


Il fut emporté par la vie criminelle du patron
Par ses injustices, le contrebande des armes
Et des autres grands malheurs,
Qui faisaient tomber des larmes
Dans la pauvre conscience de Djami.
Jusqu’à oublier absolument ses chagrins
Pour se lever un beau et doux matin
Comme un plus vulgaire contrebandier.
Son esclavage avait comporté tout cela
L’esclave qui aimait tellement le patron
Qui était devenu un célèbre criminel
Comme lui.

Il fut la seule personne à voir
L’esclavage comme une vraie amitié.


L’esclavage,
L’esclavage,
Djami !
L’esclavage
Pourquoi ?
L’esclavage
Cher ami par Dieu,
Sois sage
Et échappe-toi de ce lieu
Mais la mémoire était cruelle
Et oublia souvent défendre la dignité
L’esclavage,
L’esclavage
L’esclavage
L’esclavage.


Le temps est passé
Sans aucun remord,
Rimbaud est mort.
Et Djami fut qui honora
Sa mort, l’esclave Djami
Qui fut l’unique ami
Qui regretta la fin du patron
Un esclave qui devrait être son ennemi
Il devint son meilleur ami.
C’est ça la grande raison
Pour expliquer ça, que je mis.


On peut penser à Djami,
Comme un terrible con
Ou comme le bonhomme
Qui donna plus d’amour
Mais c’était vrai aussi,
Qu’il fut injuste avec lui même.
¿Pourquoi tu décidas triste esclave,
De faire de l’esclavage
(Qui et le roi de la moindre dignité)
Et qui jamais arrivera à l’égalité
Et qui n’était pas trop sage,
La plus profonde amitié ?
Et le seul chemin pour achever
Ta nécessaire solitude ?


L’esclavage,
L’esclavage,
Djami !
L’esclavage
Pourquoi ?
L’esclavage
Cher ami par Dieu,
Sois sage
Et échappe-toi de ce lieu.

Mais la mémoire était
Déjà plus cachée
Pour se rappeler des atrocités
De tout notre passé.

L’esclavage,
L’esclavage
L’esclavage
L’esclavage!

inviata da C. Viadel - 30/1/2008 - 14:15


RIMBAUD est un imbécile, un contrebandier, il a sali ses mots... ce sale et pourri...

gourrrame - 20/9/2012 - 13:42



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org