Lingua   

Kan çiçekleri

Zülfü Livaneli


Lingua: Turco


Ti può interessare anche...

AİM (Avusturya İşçi Marşı)
(Bandista)
Felder von Verdun
(anonimo)
Asya-Afrika
(Zülfü Livaneli)


Testo e musica di Zülfü Livaneli
In: Gökyüzü Herkesindir
1987

Abidin Dino


La canzone è ispirata dalla pittura di Abidin Dino, l'amico fraterno di Nazim Hikmet.
Topraktan mı sürmüş candan mı kopmuş
Açar yediveren kan çiçekleri
Türkü mü, şiir mi, ağıt mı yoksa
Açar yediveren kan çiçekleri

Bölük bölük olmuş çaylar dereler
Hiçbiri denize varabilmezmiş
Duvarların dibinde bir yaralı gül
Gülleri solduran gülebilmezmiş

Bu şehrin üstünü duman sis almış
Tomurcuk çiçekler kana belenmiş
Dağlar çiçek açmış, usta dert açmış
Umudun goncası kan çiçekleri

inviata da Flavio Poltronieri - 25/4/2018 - 09:39




Lingua: Italiano

Traduzione italiana di Flavio Poltronieri
FIORI DI SANGUE

Germoglia dalla pena o zampilla dall'anima?
I fiori di sangue sono sempre fioriti e fioriranno ancora
E' una canzone, una poesia o un canto funebre?
I fiori di sangue sono sempre fioriti e fioriranno ancora

I ruscelli e i rivoli corrono per la loro strada
Ma mai raggiungono il mare
C'è una rosa ferita sul muro
Dicono che chi fa appassire le rose non riderà mai

Fumo e nebbia si ergono su questa città
Il bocciolo dei fiori è imbrattato di sangue
Le montagne hanno fatto sbocciare fiori, il padrone fa sbocciare problemi
Fiori di sangue: il germoglio della speranza

25/4/2018 - 09:45




Lingua: Francese

Version française – LES FLEURS DE SANG – Marco Valdo M.I. – 2018
d’après la version italienne – FIORI DI SANGUE – Flavio Poltronieri – 2018
d’une chanson turque – Kan çiçekleri – Zülfü Livaneli – 1987
Paroles et musique de Zülfü Livaneli

Dialogue maïeutique

invasion turque


Voici, Lucien l’âne mon ami, une chanson qui parle de fleurs et de sang. C’est une chanson de Zülfü Livaneli – dont on a déjà fait la version française de Güldünya, Duvarlar (LES MURS) et Asya-Afrika (ASIE-AFRIQUE). Elle aurait été inspirée par un tableau d’Abidin Dino, peintre surréaliste, cinéaste, journaliste, écrivain, exilé à Paris, proche notamment du poète turc Nazim Hikmet. Voilà pour situer l’image, pour signifier la figuration poétique.
Quant à la couleur rouge sang de ces fleurs poétiques, elle renvoie aux murs maculés des villes prises dans la guerre ou écrasées par la répression. Ce qui est un paysage commun de l’histoire turque. Comme c’est le cas actuellement au-delà des frontières dans ce bout de Syrie qu’est en train d’envahir la Turquie, elle-même confisquée par Erdogan et où son armée mène une lutte rouge de sang contre les populations kurdes. Une opération militaire d’agression qui, soit dit en passant, revient à planter un couteau dans le dos de gens qui luttent pour leur indépendance en même temps que contre le terrorisme islamique et la dictature syrienne.

Oh, dit Lucien l’âne, ce n’est pas une nouveauté ; il ne s’agit pas seulement d’empêcher l’indépendance des Kurdes, il s’agit également de les réduire ; la purification turque a déjà été pratiquée contre les Arméniens, par exemple. D’autre part, j’ai vu ça souvent au cours de mes longs parcours : ces murs des villes, des villages, des maisons qu’ornaient de sinistres fleurs rouges. Je me souviens aussi de ruisseaux qui se teintaient de vermeil et de noir. Les guerres sanglantes, petites et grandes, sont fréquentes.

En effet, reprend Marco Valdo M.I., les guerres sanglantes sont choses fréquentes ou plus exactement, la guerre est un état permanent. C’est celui de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches et les puissants font aux pauvres pour assouvir leurs instincts pervers de possession et de domination.
Parfois, la version sanglante se fait discrète et se camoufle sous le déguisement de la paix, mais, dans le fond, c’est un leurre. Quand elle disparaît ici, elle renaît là ; si elle disparaît ici, c’est pour renaître là et vraiment, on ne sait quand ces rus, ces ruisseaux, ces rivières et ces fleuves de sang se tariront.

Véritablement, on ne sait pas, Marco Valdo M.I. mon ami ; ni quand, ni comment, on en viendra à bout. Cependant, et pour cela même, il nous faut poursuivre notre tâche et tisser le linceul de ce vieux monde menteur, dictatorial, purificateur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
LES FLEURS DE SANG

Bourgeon de douleur ou jaillissement de l’âme ?
Les fleurs de sang ont toujours fleuri et fleuriront encore.
Est-ce une chanson, une poésie ou un hymne funèbre ?
Les fleurs de sang ont toujours fleuri et fleuriront encore.

Les rus et les ruisselets courent sur leur erre,
Mais jamais ne rejoignent la mer.
Une rose blessée repose sur le parapet ;
On dit que qui flétrit les roses ne rira jamais.

Fumées et brouillards flottent sur cette ville,
Le sang maquille les boutons des fleurs,
Les montagnes portent les fleurs, le pouvoir charrie le malheur,
Les fleurs de sang forment les germes de l’espérance.

inviata da Marco Valdo M.I. - 27/4/2018 - 12:44



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org