Lingua   

Francesco Guccini: Ho ancora la forza

GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG


Lingua: Italiano

Guarda il video

Loading...

Ti può interessare anche...

Talkin' sul sesso
(Francesco Guccini)
Primavera di Praga
(Francesco Guccini)


it.fan.musica.guccini
[2000]
Testo di Luciano Ligabue e Francesco Guccini
Musica di Luciano Ligabue
Album: Stagioni
Lyrics by Luciano Ligabue and Francesco Guccini
Music by Luciano Ligabue
Album: Stagioni (Seasons)

Paroles de Luciano Ligabue et Francesco Guccini
Musique de Luciano Ligabue
Album: Stagioni (Saisons)

Luciano Ligabue e Francesco Guccini nel film RadioFreccia.
Luciano Ligabue e Francesco Guccini nel film RadioFreccia.
Ho ancora la forza che serve a camminare,
picchiare ancora contro per non lasciarmi stare
ho ancora quella forza che ti serve
quando dici: "Si comincia !"

E ho ancora la forza di guardarmi attorno
mischiando le parole con due pacchetti al giorno,
di farmi trovar lì da chi mi vuole
sempre nella mia camicia...

Abito sempre qui da me,
in questa stessa strada che non sai mai se c'è
e al mondo sono andato,
dal mondo son tornato sempre vivo...

Ho ancora la forza di starvi a raccontare
le mie storie di sempre, di come posso amare,
di tutti quegli sbagli che per un
motivo o l'altro so rifare...

E ho ancora la forza di chiedere anche scusa
o di incazzarmi ancora con la coscienza offesa,
di dirvi che comunque la mia parte
ve la posso garantire...

Abito sempre qui da me,
in questa stessa strada che non sai mai se c'è
nel mondo sono andato,
dal mondo son tornato sempre vivo...

Ho ancora la forza di non tirarmi indietro,
di scegliermi la vita masticando ogni metro,
di far la conta degli amici andati e dire:
"Ci vediam più tardi ..."

E ho ancora la forza di scegliere parole
per gioco, per il gusto di potermi sfogare
perché, che piaccia o no, è capitato
che sia quello che so fare...

Abito sempre qui da me,
in questa stessa strada che non sai mai se c'è
col mondo sono andato
e col mondo son tornato sempre vivo...

inviata da Marco Valdo M.I. - 29/12/2015 - 18:13




Lingua: Francese

Version française – J’AI ENCORE LA FORCE – Marco Valdo M.I. – 2015
Chanson italienne – Ho ancora la forza – Francesco Guccini – 2000
Interprètes : Francesco Guccini ; Luciano Ligabue

Lucien l’âne mon ami, comme tu le vois, cette chanson s’intitule : « J’AI ENCORE LA FORCE ». Elle de Francesco Guccini.

  J’ai encore la force de marcher...
J’ai encore la force de marcher...


Quand il l’a écrite, j’imagine qu’il devait se dire : « Je voudrais par cette chanson, rassurer les amis.

Sans doute ; mais, je vois à ton œil frétillant, que tu te dis que je devrais avoir le même désir. Et après tout, pourquoi pas ? Je serais en bonne compagnie avec rien moins que Guccini, Brassens, Rutebeuf et Ferré. Le premier pour cette canzone-ci  - en italien, « Ho ancora la forza » (2000) ; le deuxième, pour sa chanson « Le bulletin de santé » (1966) et le troisième et le quatrième, ensemble, pour la complainte de Rutebeuf, intitulée : Pauvre Rutebeuf (1955). Au passage, je signale que si Rutebeuf, dans ses Poèmes de l’Infortune, se lamentait de la disparition de ses amis, il est mort lui-même bien avant l’âge de la retraite.

Qu’a-t-elle à voir avec les chansons contre la guerre cette canzone ? Je ne pense pas que Guccini ait fait une chanson pour tel un Tartarin, se vanter d’avoir encore la force d’aller au combat.

Je le vois mal faire cela, en effet, dit Marco Valdo M.I. en éclatant de rire. Lucien l’âne mon ami, je te soupçonne très fort d’être un pince-sans-rire et de te moquer ou de Guccini (ce qui ne serait pas correct) ou de moi (ce qui peut être amusant).

Tu as bien résumé la situation, Marco Valdo M.I., mon ami. Sache que ça m’amuse beaucoup de plaisanter. Cependant, je n’ai du coup par la réponse à ma question : « Qu’a-t-elle à voir, etc ? » Si je te pose cette question, c’est pour satisfaire aux exigences du site, même si – comme toi – je pense que toute chanson, pour autant qu’elle soit bonne est une chanson contre la guerre, spécialement si elle n’en parle pas. Et bien évidemment, si je te le demande, c’est qu’en apparence, celle-ci ne comporte pas d’expression directe qui se réfèrent à la guerre.

Je te ferai une réponse en deux temps. D’abord, figurent dans ces Chansons contre la Guerre un tas de chansons qui – en apparence – ne parlent pas de la guerre. Ensuite, tout dépend de la conception qu’on a de la guerre. La Guerre de Cent Mille Ans dans laquelle vivent toutes nos sociétés humaines est en œuvre aussi en dehors de champs de bataille. Elle passe tout au travers de la société et tout au travers du temps. Elle touche chacun en permanence. Et, vois comme on se rapproche du thème de la chanson de Guccini, dans ce continuel affrontement, elle écrase les êtres humains et il suffit de faire un peu attention pour voir qu’une grande (très grande, la plus grande) partie d’entre eux est sont « usés avant l’âge ». Avant, les vieux avaient cinquante-cinq – soixante ans ; ils se tenaient comme les vieux de Brel. Maintenant que les vieux vieillissent plus tard, ce n’est plus la même chanson. Il suffit de réfléchir un instant à la manière dont on essaye de retarder l’âge de la retraite, car – dit-on – les pensionnés (ceux qui survivent) vivent trop longtemps sans travailler. En clair, sans être encore « taillables et corvéables ».

Mais c’est dans l’air du temps : les vieux survivants coûtent trop cher ; en clair, ils mettent à mal les caisses de pensions publiques (qu’il faudra – horreur ! – combler par l’impôt) et celles des sociétés d’assurances complémentaires, dont ces folles dépenses rabotent les profits.

Je ne peux m’empêcher de penser que quand on avait fixé l’âge de la retraite à (par exemple) 65 ans, on comptait bien que les retraités (la plupart) ne dépasseraient pas cet âge de beaucoup. Mauvais calcul ; surtout que cela ne va pas s’arranger ; c’est le triomphe de la médecine. Les vieux se portent mieux et comme Guccini, nombre d’entre eux disent : « J’AI ENCORE LA FORCE DE VIVRE ». Donc, maintenant qu’une part d’entre eux se portent mieux, on (les riches, les puissants et leur basse-cour) veut retarder l’échéance de la libération du travail. C’est ce combat caché que révèle la chanson de Francesco Guccini.

J’ai cependant la nette impression que ce n’est pas le cas de tous.

En fait, pour la plupart des gens – surtout les plus pauvres, même s’ils survivent, cette force-là, ils ne l’ont plus. On peut, on doit considérer cette chanson de Guccini comme celle d’un survivant qui aurait échappé au naufrage ou qui serait revenu vivant de la guerre ; un Chveik en pleine forme et qui chante sa fortune.

Je t’interromps, car tu te lances et on ne sait jamais où tu vas t'arrêter et il nous faut reprendre ici notre tâche et tisser le linceul de ce vieux monde cachottier, lamentable, menteur, tricheur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I.
J’AI ENCORE LA FORCE

J’ai encore la force de marcher,
De réagir pour ne pas me laisser aller.
J’ai encore cette force qui donne confiance
Quand on dit : « On commence ! »

J’ai encore la force de regarder alentour
Mêlant mes mots à deux paquets par jour,
D’aller là où on m’attend,
Toujours plein d’allant.

J’habite toujours chez moi
Dans cette rue qu’on ne reconnaît pas
Et je suis allé par le monde
Et du monde, je suis revenu vif encore.

J’ai encore la force d’être là racontant
Mes histoires de toujours et mes amours
Et mes erreurs que jour après jour
Pour d’étranges raisons, je vais répétant.

Et j'ai encore la force de demander pardon
Ou, la conscience offensée, d'encore fulminer,
De vous dire ma partie de toute façon
Je peux vous l'assurer…

J’habite toujours chez moi
Dans cette rue qu’on ne reconnaît pas
Et je suis allé par le monde
Et du monde, je suis revenu vif encore.

J’ai encore la force de ne pas me planquer,
De choisir ma vie en savourant chaque pas,
De compter les amis disparus et de marmonner
« Nous nous reverrons… », à part moi.

J’ai encore la force de choisir mes paroles
Par jeu, pour le goût de m’épancher
Car, que cela plaise ou non, il s’est trouvé
Que c’est ce que je sais faire.

J’habite toujours chez moi
Dans cette rue qu’on ne reconnaît pas
Et je suis allé par le monde
Et du monde, je suis revenu vif encore.

inviata da Marco Valdo M.I. - 29/12/2015 - 18:55




Lingua: Italiano

Le parole della versione cantata di Ligabue
HO ANCORA LA FORZA

Ho ancora la forza che serve a camminare,
picchiare ancora contro e non lasciarmi stare
ho ancora quella forza che ti serve
quando dici: “Si comincia !”

Ho ancora la forza di guardarmi attorno
mischiando le parole con due o tre vizi al giorno,
di farmi trovar lì da chi mi vuole
sempre nella mia camicia…

Abito sempre qui da me,
tra chi c’è sempre stato e chi non sai se c’è
e al mondo sono andato,
dal mondo son tornato sempre vivo…

Ho ancora la forza di starvi a raccontare
le mie storie che ho già visto e quelle da vedere,
e tutti quei sbagli
che per un motivo o l’altro so rifare…

E ho ancora la forza di chiedere anche scusa
o di fare la partita giocando fuori casa
e dirvi che comunque la mia parte
ve la voglio garantire…

Abito sempre qui da me,
tra chi c’è sempre stato e chi non sai se c’è
nel mondo sono andato,
dal mondo son tornato sempre vivo…

Ho ancora la forza
e guarda che ne serve
per rendere leggero il peso dei ricordi,
e far la conta degli amici andati e dire:
” Ci vediam più tardi …”

Abito sempre qui da me,
tra chi c’è sempre stato e chi non sai se c’è
col mondo sono andato
e col mondo son tornato sempre vivo…

Abito sempre… dal mondo son tornato sempre vivo

14/1/2016 - 20:39


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org