Lingua   

Tuez les hérétiques, leurs femmes et leurs enfants !

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Monsieur et père, écrivait Philippe,
Il me déplaît de devoir vivre en ce pays
Où pullulent comme puces, chenilles et sauterelles
Ces hérétiques que notre Mère l’Église honnit.

Ici, je ne suis pas le roi
Mais tout bonnement le mari de la Reine
Et ces gens se moquent de moi,
Du Pape et de notre Mère l’Église souveraine.

On m’insulte, on me dit parricide,
Prêt à frapper votre Majesté pour hériter.
Ce sont là des propos méchants et acides.
Longue vie et long règne à votre Majesté !

On invente, on calomnie, on médit, on dit aussi
Que par le feu, je torture les chats pour mon plaisir.
Et ces gens sont si assotés d’animaux en ce pays
Qu’ils me reprochent jusqu’à cet innocent loisir.

Et la Reine, ma femme est stérile
Et jalouse et farouche et gloute d’amour.
Elle me poursuit nuit et jour.
Je souffre parmi cette engeance incivile.

Monsieur et fils, répondait Charles,
Vos ennuis sont grands, soyez patient.
Apprenez que bientôt vous attend
La couronne ; vous savez de quoi je parle.

Je suis vieux, goutteux maintenant.
Il devient temps de céder aux jeunes gens.
À Metz, j’ai perdu quarante-mille soldats
J’ai fui devant Saxe et je ne m’en remets pas.

Alors, Monsieur et fils, je suis d’avis
De vous laisser mes royaumes. Entretemps,
Tuez les hérétiques, leurs femmes et leurs enfants.
Vous ferez bien car de cela, Dieu sera ravi.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org