Lingua   

Alekos

Germano Bonaveri


Lingua: Italiano


Ti può interessare anche...

Σκηνές - Μνῆμες
(Alexandros (Alekos) Panagoulis / Αλέξανδρος (Αλέκος) Παναγούλης)
La Guerre de Cent mille ans
(Marco Valdo M.I.)
Νὰ τὸ ποτίσεις
(Alexandros (Alekos) Panagoulis / Αλέξανδρος (Αλέκος) Παναγούλης)


[2015]

Album:La staffetta

la-staffetta

“Alekos” era il nomignolo del rivoluzionario e poeta greco Alekos Panagulis, narrato con amore in “Un Uomo” da una Fallaci brillante prima della fallace ultima fase, appunto un uomo capace, durante la dittatura militare di resistere a torture e a spietate detenzioni, senza perdere mai la visione. Qui in questo brano è già assunto al rango di eroe, come il Che, fino a perdere valenza di pensiero e a diventare icona per decorare una maglietta, e da quei Campi Elisi egli osserva schifato il mondo di oggi (chissà cosa direbbe di un’europa che annienta la sua Grecia esattamente come fece la dittatura tanti anni fa!), mentre “non dimenticarlo mai: / la tua libertà / è decidere che puoi".
Da Bielle
Che freddo fa
qui nel cielo degli eroi!
Detto tra noi,
se potessi tornerei:
qui non c’è la speranza
a scaldare i giorni miei.
Che freddo fa
qui nel cielo degli eroi!

Che male fa!
Non dimenticarlo mai:
la tua libertà
è decidere che puoi.
Che freddo fa
qui nel cielo degli eroi!

Parole
vuote
come tombe,
bocche
lerce
come fogne
imbrattano
come sterco sulla via.

Che freddo fa
qui nel cielo degli eroi!

Sono già caduti al vento gli aquiloni,
cumuli di terra nera nelle mani
incoscienti e folli come dei bambini
resta accanto a me fino a domani
e ti racconterò di quello che è successo,
ti dimostrerò che capita anche adesso:
uomini incapaci senza esitazione
fanno a pezzi la nazione.

Che freddo fa
qui nel cielo degli eroi!
Che freddo fa
qui nel cielo degli eroi!
Che freddo fa?
è più mite che da voi.

inviata da adriana - 1/9/2015 - 10:34


TEMPO DI COLLERA (Alekos Panagulis)

Voi, tombe che camminano
insulti viventi alla vita
assassini del vostro stesso pensiero
manichini antropomorfi

Voi che invidiate le bestie
che offendete l'idea del Creato
che chiedete rifugio all'ignoranza
permettete alla Paura di farvi da guida

Voi che avete dimenticato il Passato
che vedete il Presente con occhi appannati
che non avete interesse per il futuro
che respirate solo per morire

Voi che solo per gli applausi avete mani
e che domani applaudirete
più forte di tutti come sempre
e come ieri, e come oggi

Sappiate allora voi
scuse viventi di ogni tirannia
che i tiranni li odio tanto
quanto ho nausea di voi

Che freddo fa
qui nel cielo degli eroi!

1/9/2015 - 10:37




Lingua: Francese

Version française – ALEKOS – Marco Valdo M.I. – 2015
Chanson italienne – Alekos – Germano Bonaveri – 2015

Voici, Lucien l'âne mon ami, une chanson que celui-même dont nous avions mis en langue française une douzaine de chansons et qui avait – souviens-t-en – interprété nos mots, je parle évidemment de Gemano Bonaveri consacre à Alekos, surnom d'Alexandre Panagoulis, un poète grec des plus engagés dans la lutte contre la dictature et ses séquelles. Alekos est mort assassiné à 36 ans au terme d'une dernière course-poursuite en voiture dans les rues d'Athènes pour échapper aux tueurs du ministre de la Défense de la « démocratie » renaissante. Il vaut la peine de lire la notice que Wiki lui consacre, elle est plus éclairante.

Je vais m'y mettre dès que j'aurai un instant libre. Mais, dis-moi, Marco Valdo M.I. mon ami, qu'en est-il de la chanson ?

En fait, dit Marco Valdo M.I., la chose semble lointaine et perdue das les brumes qui entourent le glissement de la Grèce vers l'abîme où sans doute, sa chute nous entraînera, nous aussi… Mais enfin, pour faire bref, Panagoulis fut salué comme un héros par les gens du peuple et c'est ce héros que Germano Bonaveri fait revivre dans le « ciel des héros » et revivant, Alekos interpelle les vivants d'à présent : Germano Bonaveri, le spectateur, quiconque vient l'écouter, toi, moi… Et c'est très beau, et c'est terrible. De plus, la chanson renvoie à un poème que Panagoulis avait écrit de manière prémonitoire et qui se terminait par cette phrase qui porte la chanson : « Quel froid ici / Dans le ciel des héros ! ». Je t'ai fait également une version française de ce poème : « Temps de colère ». Ainsi, Alekos – tout au long de la chanson – se plaint du froid… Mais comme les choses dans cette Guerre de Cent Mille Ans n'ont pas fondamentalement changé ni por les Grecs, ni même pour ceux d'ici et d'ailleurs, il conclut : « Quel froid ici ? Ici, il fait plus doux que chez vous. »

Sans doute est-ce d'autant plus juste quand on voit ce qui se passe en Grèce à présent. À quel jeu de massacre, jouent les grands d'Europe ? On dirait qu'on plonge ce pays et sa population dans une ère glaciaire, de plus en plus froide et dont on ne voit pas la fin. Il faut absolument souligner tant qu'il en est encore temps que ce qui touche, ce qui frappe la population de la Grèce ne concerne pas seulement les Grecs. Car… la même folie s'étend subrepticement à l’ensemble de l'Europe – pur ne parler que d'elle. Marco Valdo M.I. mon ami, tu avais bien raison de dire : « REGARDEZ BIEN CE QU'ILS FONT AUX GRECS, CAR ILS VOUS LE FERONT DEMAIN » et moi, j'ajoute : « Quel froid ici ! » Alors reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde vampirique, étouffant, étrangleur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
ALEKOS

Quel froid ici
Dans le ciel des héros !

Dit entre nous,
Si je pouvais, je retournerais ;
Ici, il n'y a pas d'espoir
De réchauffer mes os.
Quel froid ici
Dans le ciel des héros !

Quel mal, on a !
Ne jamais oublier :
Ta liberté
Est de décider que tu peux.
Quel froid ici
Dans le ciel des héros !

Mots
Vides
Comme des tombes,
Bouches
Crasseuses
Comme des égouts
Ils encrassent
Comme la merde sur la rue.

Quel froid ici
Dans le ciel des héros !

Les cerfs-volant sont déjà tombés au vent,
Des tas de terre noire dans les mains
Inconscients et fous comme des enfants.
Reste auprès de moi jusqu'à demain
Et je te raconterai ce qui s'est passé,
Je te montrerai ce qui se passe même maintenant :
Des hommes incapables sans hésitation
Mettent en pièces la nation.

Quel froid ici
Dans le ciel des héros !

Quel froid ici
Dans le ciel des héros !

Quel froid ici ?
Ici, il fait plus doux que chez vous.

inviata da Marco Valdo M.I. - 2/9/2015 - 20:21




Lingua: Francese

Version française de la version italienne TEMPO DI COLLERA ,
d'un poème d'Alekos Panagoulis
TEMPS DE COLÈRE

Vous, tombes qui marchent,
Insultes vivantes à la vie,
Assassins de votre pensée,
Mannequins anthropomorphes.

Vous qui enviez les bêtes,
Qui offensez l'idée de l'être,
Qui demandez refuge à l'ignorance,
Vous permettez à la Peur de vous servir de guide.

Vous qui vous avez oublié le Passé,
Qui voyez le Présent avec des yeux embués,
Qui n'avez pas d'intérêt pour le futur,
Qui respirez seulement pour mourir.

Vous qui avez des mains seulement pour applaudir
Et qui demain applaudirez
Plus fort que tout le monde comme toujours
Et comme hier, et comme aujourd'hui.

Sachez donc,
Excuses vivantes de toute tyrannie,
Que je hais les tyrans autant
Que j'ai nausée de vous.

Quel froid ici
Dans le ciel des héros !

inviata da Marco Valdo M.I. - 2/9/2015 - 20:54



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org