Lingua   

Rédaction : Goethe et Hitler

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Canzone de Lucien l'âne
(Lucien Lane)
Mon vieil album
(Marco Valdo M.I.)
Mademoiselle Ilse
(Marco Valdo M.I.)


Rédaction : Goethe et Hitler

Chanson française – Rédaction : Goethe et Hitler – Marco Valdo M.I. – 2014
d'après Kaspar Hauser, alias Kurt Tucholsky, « Hitler und Goethe » Ein Schulaufsatz - 1932


Goethe Hitler


Attention, Lucien l'âne mon ami, je viens d'écrire une chanson à partir d'une « rédaction »...

D'une rédaction, Marco Valdo M.I. mon ami, dois-je comprendre que tu retournes à l'école ?

Voyons, Lucien l'âne mon ami, que me chantes-tu là ? Je n'ai aucune intention de retourner à l'école et d'ailleurs, je n'y suis pas retourné. Si tu avais attendu que je termine ma phrase, tu aurais su ce que je voulais vraiment te dire. Je reprends donc : Je viens d'écrire une chanson à partir d'une « rédaction scolaire » (Ein Schulaufsatz), publiée en 1932 par Kurt Tucholsky sous le nom de Kaspar Hauser, renvoyant sans doute au personnage du mystérieux jeune homme, mort un siècle avant et surnommé « l'orphelin de l'Europe ». Kaspar Hauser est ce jeune homme qui aurait été séquestré depuis sa naissance et serait apparu vers ses 16 ans, mutique et asocial ; il avait à ce moment toutes les apparences de ce qu'on appelle, chez nous, un innocent. Ce pseudonyme de Kaspar Hauser, quand il est choisi par Tucholsky, quant à lui, n'est certes pas innocent. En fait, ce Kaspar Hauser de Tucholsky nous ressemble : il s'embrouille dans ses propres phrases.

Donc, il y a une rédaction, censément écrite par un « innocent » et que dit-elle ?

Avant de te raconter cette histoire, je voudrais, Lucien l'âne mon ami, insister un peu sur le caractère ironique du texte de départ de Tucholsky-Hauser. Ironie et dérision que j'ai tenté de faire resurgir dans la chanson. Évidemment, la chanson n'est pas en allemand ; et comme tu le sais, je ne suis pas Tucholsky... Je veux dire que je n'en ai pas le talent ou le génie, comme tu voudras. Mais cette chanson a justement comme objet de faire connaître cette rédaction où Tucholky compare Hitler et Goethe afin d'alerter les Allemands contre le danger Hitler ; mais était-il encore possible en 1932 de changer le cours des choses ... On brûlera les livres de Tucholsky en 1933. Sans doute, aurait-on fini par brûler Tucholsky lui-même, s'il était resté en Allemagne.

Oui, mais la chanson, dis-moi...

Donc, il y a cette rédaction, un sujet imposé par un professeur délirant qui entend faire magnifier le Führer par ses élèves. Une rédaction écrite par un élève maladroit, une composition en quelque sorte chaotique, mais dans laquelle, selon l'humeur de l’époque et le penchant d'un professeur nazi, il faut évidemment encenser le Führer et le peuple allemand... Et l'élève, bien décidé à le faire, à force de vouloir l'encenser, finit par ridiculiser et dévoiler complètement l'absurde dirigeant... C'est la méthode Uylenspiegel, telle que la pratiquait Charles Decoster. Enfin, je te laisse l'analyse de textes, il y a plein de détails frappants. Et si tu en as l'occasion va lire le texte allemand de Tucholsky-Hauser. Pour moi, en somme, c'est aussi un hommage à Tucholsky, écrivain et journaliste dont on aurait bien besoin aujourd'hui, dans cette Europe rongée par le rêve d'Otto. Et comme bien de ses textes ont été mis en musique et chantés par les grands interprètes de langue allemande, j'en ai fait une chanson...

J'ai comme l'impression qu'elle complète tes histoires d'Allemagne, où tu célébras Tucholsky, ce Don Juan aux prises avec Mademoiselle Ilse. Mademoiselle Ilse Et de fait, en faisant ainsi, tu tisses le linceul de ce vieux monde obstiné qui court à sa perte et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Considérons l'histoire d'Allemagne
Et son destin. Qui sont ses héros ?
Il y en eut tant depuis Charlemagne
Il y eut Fritz et puis, Otto
Il y eut Luther et Münzer
Il y eut Wilhelm et puis, Hitler
Hitler est mort cependant
Et Goethe bien avant.

Goethe s’enthousiasmait pour les sans-culottes
Il n'était pas trop patriote
Il admirait Napoléon le Grand
Et disait aux Allemands
Cet homme est trop grand pour vous.
Debout, dehors, par tous les temps
Il hurlait aux Allemands
Je suis le plus grand d'entre vous.
Hitler était très patriote.
Il n'aimait pas les juifs ; c'était sa marotte

Le peuple allemand
Que le monde envie tant
A été fier
À certains moments
De Goethe et de Hitler
Goethe était intelligent et séduisant
Avec les femmes, il connut beaucoup d'aventures
Hitler était moustachu et très virulent
Avec le temps, il eut une énorme voiture
Décapotable, pour se montrer dedans.

Goethe est un écrivain
Apprécié à l'étranger. Nous le répudions.
Hitler est un écrivain
Allemand, il a vendu Mein Kampf par millions
Finalement, en conclusion
Jeunes, vieux, filles, garçons
Tous hitlériens à l'unisson
Avec un parti d'un million
C'est nous qui décidons
Hitler a toujours raison

inviata da Marco Valdo M.I. - 12/5/2014 - 19:28



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org