Lingua   

Comme je suis fatigué!

Jean-Baptiste Clément
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Ah! le joli temps!
(Jean-Baptiste Clément)
Allons faire un tour à la banque
(Jean-Baptiste Clément)


[1880]
Versi di Jean-Baptiste Clément
L’autore della musica non è indicato.

Aux Sans-Métier, qu'on utilise à tout: à porter les fardeaux, à traîner la voiture, à casser les cailloux, à tourner la roue. C'est-à-dire aux milliers de parias qu'on désigne vulgairement sous le nom de manouvriers, d'hommes de peine, et qui sont en réalité beaucoup plus malheureux que les galériens et beaucoup plus maltraités que les bêtes de somme.



Ai Senza-Mestiere, quelli che vengono usati per tutto: per portare pesi, guidare carrozze, spaccare pietre, girare la macina. Cioè, le migliaia di paria che vengono volgarmente chiamati manovali, uomini di fatica, e che in realtà sono molto più infelici dei prigionieri e molto più maltrattati delle bestie da soma.

Jean-Baptiste Clément in “Chansons de Jean-Baptiste Clément”, Parigi, 1885.
Mon père, un fils de la Bourgogne,
Solide et franc comme son vin.
Mourut à la besogne,
D'un chaud et froid, dit le médecin.
Alors vous voyez la corvée
D'une veuve seule, ici-bas,
Avec quatre enfants sur les bras,
Qui lui demandent la becquée...

Tout ça, ça n'est pas gai.
Oh! comme je suis fatigué!

A dix ans, je tournais la roue
Chez un cordier des environs.
A cet âge où l'on joue
J'avais déjà des durillons...
Je fus berger, garçon de ferme,
Manoeuvre, casseur de cailloux...
Des quinze heures pour trente sous
A se fatiguer l'épiderme...

Tout ça, ça n'est pas gai.
Oh! comme je suis fatigué!

Après ça vint le mariage,
La maladie et les enfants.
Ajoutez le chômage,
Le pain cher et les accidents.
Enfin, quarante ans de misère
Ou l'on s'en va, tant bien que mal,
Du boulanger à l'hôpital,
De l'atelier au cimetière.

Tout ça, ça n'est pas gai.
Oh! comme je suis fatigué !

Vint ensuite la soixantaine,
Age où l'on n'est plus propre à rien.
Je suis homme de peine,
En bon français: un galérien!
Faut être honnête et se suffire
Avec cinquante sous par jour!
Cinquante sous, ça n'est pas lourd,
Mais soixante ans, c'est encor pire!

Tout ça, ca n'est pas gai.
Oh! comme je suis fatigué!

Pourtant j'en vois on ce bas monde
Qui s'en vont frais, joyeux, dodus
Et la bourse bien ronde...
Où donc pêchent-ils leurs écus?
Ceux-là n'ont qu'à se laisser vivre
Et sans génie et sans effort.
Nous autres, c'est jusqu'à la mort
La guerre au pain, cher à la livre!

Tout ça, ça n'est pas gai.
Oh! comme je suis fatigué!

J'ai vu dix fois des barricades.
Trois grandes révolutions.
J'ai vu les camarades
Se battre comme des lions...
J'ai travaillé fête et dimanche.
Au chaud, au froid, à tous les temps,
Et n'ai pu mettre en soixante ans
Un morceau de pain sur la planche!

Tout ça, ça n'est pas gai.
Oh! que je suis donc fatigué!

inviata da Bernart Bartleby - 7/5/2014 - 10:45


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org