Lingua   

La kasa

Ahmed il Lavavetri


Lingua: Italiano


Ti può interessare anche...

La guerra
(Sergio Endrigo)
Breve Consideração à Margem do Ano Assassino de 1973
(Vinícius de Moraes)
Il Bambino di gesso
(Sergio Endrigo)


[7 aprile 2014]
Testo di Ahmed il Lavavetri
Sull'aria de La Casa di Sergio Endrigo
(1969, Bardotti - De Moraes)

Sanremo (IM). Sfratto esecutivo.
Sanremo (IM). Sfratto esecutivo.


La casa di Vinícius de Moraes, tradotta nel 1969 in italiano da Sergio Bardotti e cantata da Sergio Endrigo, è una delle più famose canzoni per bambini della storia; chi non la conosce, quella casa molto carina in via dei Matti al numero zero, dove mancava ogni cosa? E, in fondo, questo piccolo rifacimento che mi permetto di sottoporre alla vs. Spettabile attenzione, non è per nulla dissimile: ci sono i bambini (quelli buttati fuori di casa assieme alla loro famiglia, con tanto di intervento di forze dell'ordine e autorità giudiziaria), c'è la mancanza del tetto e del gabinetto (= ritrovarsi per una strada), c'è la legge retroattiva che taglia le utenze e nega la residenza in caso di occupazione... e c'è anche il finale. Un finale pienamente ottimistico, però. [Ahmed il Lavavetri]
Era una casa molto carina
Ma mi han sfrattato ieri mattina,
Non potrò più entrarci dentro,
Mi han sgomberato in un momento.
Me l'hanno chiusa con il lucchetto,
Han sigillato persino il tetto,
Non posso manco fare pipì,
Se la fo in strada, mi multan lì

Ma era bella, bella davvero,
E ci pagavo l'affitto al nero,
Ma era bella, bella davvero
E ci pagavo l'affitto al nero

Era una casa molto carina,
Occupazione un po' clandestina,
Ci stavo già da vent'anni dentro,
M'han sgomberato senza ritegno.
Già non potevo più fare niente,
M'hanno tagliato gas e corrente,
Manco potevo fare la quàcqua,
Ché m'hanno chiuso persino l'acqua

Ma era bella, bella davvero,
E ci pagavo l'affitto al nero,
Ma era bella, bella davvero
E ci pagavo l'affitto al nero.

Era una casa molto carina,
Sfitta da anni, una trentina,
Di proprietà un po' comunale
Che ci voleva un po' speculare.
Stamani s'è scassato il lucchetto,
S'è rioccupato il palazzetto,
S'è fatto tutti una gran pipì
Addosso a quegli stronzi lì

È proprio bella, bella davvero
E ora si paga affitto zero,
È proprio bella, bella davvero
E ora si paga affitto zero.

7/4/2014 - 16:25




Lingua: Francese

Version française – LA MAISON – Marco Valdo M.I. – 2014
Chanson italienne – La kasa – Ahmed il Lavavetri – 2014
Texte d'Ahmed il Lavavetri
Sur l'air de La Casa de Sergio Endrigo
(1969, Bardotti - De Moraes)


La Maison de Vinícius de Moraes (auteur, écrivain, musicien... brésilien‎), traduite en 1969 en italien par Sergio Bardotti et chantée par Sergio Endrigo, est une des plus célèbres chansons pour enfants de l'histoire ; qui ne la connaît pas, cette maison très jolie dans la Rue des Fous au numéro zéro, où tout manquait ? Et, au fond, cette petite reconstruction que je me permets de soumettre à votre attention, n'est en rien différente : il y a les enfants (ceux-là jetés hors de la maison avec leur famille, avec bien entendu l'intervention de forces d'ordre et de l'autorité judiciaire), il y a le manque du toit et du cabinet (= se retrouver sur la rue), il y a la loi rétroactive qui coupe les usages et dénié la résidence en cas d'occupation… et il y a même le final. Un final pleinement optimiste, cependant. [Ahmed il Lavavetri]


Il est bien bon le cher Ahmed, mais nous, nous qui ne connaissons que le français et qui sommes bien ignorants de ce qui se fait, se dit, se musique en d'autres langues, nous ne connaissons pas plus le texte de la chanson d'Endrigo que de celle de Moraes...

C'est vrai ça..., cdit Lucien l'âne en riant de tout son cœur d'âne... Mais grâce à toi, nous, on se soigne... Et que disent-elles ces chansons ?

Comme d'habitude, je n'en sais rien, mais je suis là pour le savoir et si possible, en donner une version française... Alors, pour ton édification personnelle et pour la mienne, au demeurant, je t'en présente trois versions : l'originale brésilienne, la version « enfantine » italienne et une version française... Il doit bien en exister une espagnole et qui sait, une anglaise ou une russe... Mais je laisse le soin à Ahmed de compléter la série...

Voilà une bonne idée... Eh bien, allons-y...

En premier, la version brésilienne de Vinicius de Moraes, qui doit forcément être antérieure à 1969, et qui, jusqu'à preuve du contraire, est la version d'origine ; quoique j'aurais tendance à lui voir en effet des allures de comptine anonyme ou des réminiscences de chanson enfantine. Quoique, à mon sens, il convient d'y entendre autre chose aussi, sachant que Vinicius de Moraes est architecte de formation et que pareille maison, par ailleurs, pourrait bien représenter la planète vue du côté des pauvres:

Rio - La police a expulsé manu militari vendredi à Rio des milliers de personnes qui avaient commencé à construire une favela sur un terrain abandonné, à quelques kilomètres du stade Maracana, une action musclée qui a fait plusieurs blessés, selon les autorités. A l’aube, 1.650 policiers ont encerclé le terrain de 50.000 m2 où, depuis le 31 mars, environ 5.000 personnes s’affairaient à construire leurs baraques en bois. Photo:AFP
Rio - La police a expulsé manu militari vendredi à Rio des milliers de personnes qui avaient commencé à construire une favela sur un terrain abandonné, à quelques kilomètres du stade Maracana, une action musclée qui a fait plusieurs blessés, selon les autorités. A l’aube, 1.650 policiers ont encerclé le terrain de 50.000 m2 où, depuis le 31 mars, environ 5.000 personnes s’affairaient à construire leurs baraques en bois. Photo:AFP



A Casa
Chanson brésilienne A Casa – Vinicius de Moraes – s.d.
Era uma casa
Muito engraçada
Não tinha teto
Não tinha nada
Ninguém podia
Entrar nela, não
Porque na casa
Não tinha chão
Ninguém podia
Dormir na rede
Porque na casa
Não tinha parede
Ninguém podia
Fazer pipi
Porque penico
Não tinha ali
Mas era feita
Com muito esmero
Na Rua dos Bobos
Número Zero


Ensuite la version italienne de Sergio Endrigo  (en fait, pas plus, pas moins « enfantine » que les autres versions...) :

LA CASA
Version italienne – Sergio Endrigo – 1969

Era una casa molto carina
Senza soffitto senza cucina
Non si poteva entrarci dentro
Perchè non c'era il pavimento
Non si poteva andare a letto
Perchè in quella casa non c'era il tetto
Non si poteva fare la pipì
Perchè non c'era vasino lì

Ma era bella, bella davvero
In via dei matti numero zero
Ma era bella, bella davvero
In via dei matti numero zero



et la version française que j'en fais à l'instant :


LA MAISON
Version française – LA MAISON – Marco Valdo M.I. – 2014

C'était une maison très mutine
Sans plafond et sans cuisine
On ne pouvait y entrer
Car il n'y avait pas de plancher
On ne pouvait y aller au lit
Il n'y avait pas de toit
On ne pouvait y faire pipi
Car des toilettes, il n'y en avait pas.


Mais elle était belle, vraiment belle
Rue des Fous numéro zéro
Mais elle était belle, vraiment belle
Rue des Fous numéro zéro



Il ne te reste plus qu'à me faire connaître la version française de la Kasa d'Ahmed Il Lavavetri...Et puis, nous reprendrons notre tâche qui est de tisser le linceul de ce vieux monde assez délabré, moralement en ruines, catastrophique, assez assassin et cacochyme.


Heureusement !



Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA MAISON

C'était une très jolie maison, et
Hier matin, ils m'en ont expulsé
Je ne pourrai plus y retourner,
En un tournemain, ils m'ont évacué.
Ils l'ont fermée avec un cadenas,
Ils ont scellé même le toit,
Je ne peux même pas faire ma grande,
Et si je fais sur la rue, ils me collent une amende.

Elle était belle, vraiment belle,
Et je payais le loyer en noir,
Elle était belle, vraiment belle,
Et je payais le loyer en noir.

C'était une très jolie maison ,
Un peu clandestine, son occupation
J'y habitais depuis vingt ans à peine,
Ils m'ont évacué sans retenue.
Je ne pouvais déjà plus rien faire,
Le gaz et le courant étaient coupés
Je ne pouvais même plus chier
Le compteur d'eau était fermé

Elle était belle, vraiment belle,
Et je payais le loyer en noir,
Elle était belle, vraiment belle,
Et je payais le loyer en noir.

C'était une très jolie, maison
Libre depuis des années, une trentaine,
Une propriété un peu communale
Une proie pour la spéculation.
Ce matin, le cadenas a sauté,
L'immeuble est à nouveau occupé
On a tous copieusement arrosé ça
En compissant la raie de ces cons-là

Elle est belle, toujours aussi belle,
Et je ne paye même plus de loyer.
Elle est belle, toujours aussi belle,
Et je ne paye même plus de loyer.

inviata da Marco Valdo M.I. - 8/4/2014 - 19:00




Lingua: Polacco

Versione polacca a rime, cantabile, di Krzysio Wrona
08>09.04.2014
Mieszkałem sobie tutaj cichutko,
Lecz dzisiaj rano zamknęli kłódką
I już nie mogę do domciu wejść,
Eksmisja w kosmos, no i cześć,
Bo bez skrupułów mnie wywalili,
Plomby na dachu też założyli
I nie ma nawet gdzie zrobić siusiu,
mandat ci dadzą, pałką po brzuchu.

A to był domek taki ładniutki,
Coś tam płaciłem, nie było kłódki,
A to był domek taki ładniutki,
Coś tam płaciłem, nie było kłódki.

Mieszkałem sobie tutaj cichutko,
Taki pół-squocik, własne podwórko,
Od lat dwudziestu tak sobie żyłem,
Nie żebym zaraz dawał w żyłę.
Musiałem jednak już znikać stąd,
Bo mi odcięli wodę i prąd,
Nie mogłem puścić sobie kaczuszki,
Gaz odłączyli, a woda z puszki.

A to był domek taki ładniutki,
Coś tam płaciłem, nie było kłódki,
A to był domek taki ładniutki,
Coś tam płaciłem, nie było kłódki.

Mieszkałem sobie tutaj cichutko,
Gdy miasto ciężko walczyło z wódką,
Trzydziestoletnia wojna to była
I spekulacją się skończyła.
Kłódkę dziś rano cosik puściło
I wszystkim wrócić było tak miło,
I odlaliśmy się znów szczęśliwi,
Biurwy z balkonu żeśmy ochrzcili.

I ładny domek teraz mamy,
Nic się nie płaci, więc rady damy,
I ładny domek teraz mamy,
Nic się nie płaci, więc rady damy.

inviata da krzyś - 9/4/2014 - 00:15


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org