Lingua   

Il Diavolo c’è

Sergio Endrigo
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Stazioni
(Sergio Endrigo)
A Satana
(Giosuè Carducci)
La guerra
(Sergio Endrigo)


[1993]
Parole e musica di Sergio Endrigo
Nell’album intitolato “Qualcosa di meglio”

Qualcosa di meglio
Nella gente che si sente sempre in alto più di te
Che ti tratta come fossi tu uno schiavo e loro i re
In chi è pieno di superbia di spocchia e vanità
Un pavone gonfio e tronfio che si crede chissà che
Il Diavolo c’è, il Diavolo c’è

Nella gente che non spende, non dà niente a chi non ha
E confida nel denaro tutta la felicità
Ha un tesoro sotto il letto e vive in povertà
Ti farà crepar di sete ma non ti offrirà un caffè
Il Diavolo c’è, il Diavolo c’è

Nella gente che ti invidia tutto quanto quel che hai
Poco o niente non importa, c’è chi invidia pure i guai
Eh, eh, che cosa c’è?
Puoi star sicuro che lì dentro
Il Diavolaccio c’è

Nella gente che non fa niente per niente e niente fa
E che passa le giornate sbadigliando sul sofà
E cascasse pure il mondo neanche un dito muoverà
Prende tutto e non dà niente e non si chiede mai perchè
Il Diavolo c’è, il Diavolo c’è

Nella gente che per niente prende fuoco e in furia va
Più si arrabbia e più si incazza e sempre sta sul chivalà
Una miccia sempre accesa, una bomba in libertà
Nella gente che per niente ammazza gente, sai che c’è?
Il Diavolo c’è, il Diavolo c’è

Nella gente che si ingozza come fosse Gargantua
Prima mangia la sua fetta e poi vuole anche la tua
Eh, eh, che cosa c’è?
Puoi star sicuro che lì dentro
Il Diavolone c’è

Nelle gambe tue slanciate che più lunghe non si può
Nella bocca tua gentile che non dice mai di no
Nella pelle tua dorata come i santi, come i re
Nelle ascelle un po’ sudate che profumano di te
Il Diavolo c’è, il Diavolo c’è

Nella gente che ti guarda, che ti spoglia, che ti spia
E non vuol mettersi in testa che tu sei soltanto mia
Eh, eh, che cosa c’è?
Puoi star sicura che lì dentro
Il Diavoletto c’è
Il Diavolo c’è…

inviata da Bernart Bartleby - 25/2/2014 - 10:13


È morto H.R. Giger

http://fc04.deviantart.net/fs71/i/2011...

krzyś - 15/5/2014 - 05:15



Lingua: Francese

Version française – IL Y A LE DIABLE – Marco Valdo M.I. – 2015
Chanson italienne – Il diavolo c'è - Sergio Endrigo – 1993

Paroles et musique de Sergio Endrigo

Diable
Voilà, dit Lucien l'âne en riant tout en balançant la tête de haut en bas ou de bas en haut selon le moment du tempo, une chanson qui en effrayerait plus d'un et qui l'entraînerait à appeler au secours un prêtre exorciste. Des exorcistes… au cours de mes périples, il me fut donné d'en rencontrer plusieurs et tous me parurent un peu brin de zinc ou brindezingue comme on voudra.

Oh, j'aime bien ton brin de zinc, je trouve l'expression assez jolie, même si dans le français authentifié, elle n'existe pas encore ; ce qui ne saurait au reste tarder. Mais j'en arrive à l'effroi que pourrait créer le titre de la chanson et peut-être chez les mêmes personnes, la chanson entière – on voit de tout les côtés de ces fanatiques, ces temps-ci et j'en profite pour leur lancer une de nos antiennes : « Fanatiques de tous les pays, calmez-vous ! ».
Donc, l'effroi de certains… On ne saurait les en guérir pour la simple raison que si effroi il y a, c'est parce qu'ils croient à l'existence du Diable et la chose va de pair avec la croyance à l'existence de Dieu, étant les deux faces du même ectoplasme. Et on aura beau leur expliquer que le diable de la chanson de Sergio Endrigo est en quelque sorte une figure, une image, une entité symbolique, un objet rhétorique, ils n'en démordront pas. Disons que chez Endrigo, cette entité symbolique en appelle à l'idée qu'on se faisait du diable dans un Moyen Âge reculé en opposition au dieu de ce temps, lequel dieu était censé être le bon et le diable de son côté, assumait le rôle du mauvais, dans une sorte de western œcuménique. Pour conclure, voici : le diable, c'est le mal, le mauvais côté des choses et du monde. Dans la chanson, tu peux – sans en aucune façon en occulter le sens – remplacer le mot « diable » par le mot « mal ».

D'accord, la messe est dite. Mais qu'as-tu d’autre à dire à propos de cette chanson ? Car je vois à ton œil qui pétille que tu brûles de me révéler une de tes étranges pensées, qui, je l'avoue, me déconcertent souvent...

Et tu n'as pas tort. Encore une fois, ce qui m'agite, c'est un souci de traduction. Le texte italien dit : « Nella gente che... il diavolo c'è ! », ce qui se traduit généralement par « Dans les gens qui... », que normalment on convertit en « Parmi les gens, chez les gens... », tout ce qu'on voudra sauf « Dans les gens... », ce qui supposerait « dans les gens = à l'intérieur des gens... » Cependant, à la réflexion, et me remémorant le film italien « Il piccolo diavolo » , où un diable exilé sur Terre (Benigni) s'introduit dans des personnes (particulièrement, une grosse dame, un cardinal…) et où il convient de faire appel à des exorcistes pour l'en extraire. La suite à l'écran… Je me suis rendu compte que la bonne traduction était véritablement dans, à l'intérieur des gens…

Alors voyons avec Endrigo ce que le « diable » fait en entrant dans les gens et reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde hanté, endiablé, rongé par le mal de diable et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
IL Y A LE DIABLE

Dans les gens qui se croient toujours plus haut que toi,
Qui te traitent en esclave et se prennent pour les rois,
Pleins de la vanité, de la suffisance et de la superbe
Du paon gonflé et triomphant qui se croit on ne sait quoi,
Il y a le Diable,
Il y a le Diable.

Dans les gens qui ne dépensent rien, ne donnent rien à qui n'a rien
Et confient tout leur bonheur à leurs biens,
Qui ont un trésor sous le lit et vivent en pauvreté,
Qui nous verraient crever de soif et n'offriraient pas un café.
Il y a le Diable,
Il y a le Diable.

Dans les gens qui envient tout ce qu'on a
Peu ou rien peu importe, qui envient même nos tracas.
Ah, ah, qu'est-ce qu'il y a ?
On peut être sûr que là
Il y a le Diable.

Dans les gens qui ne font rien pour rien et ne font pas
Et qui passent leurs jours à bailler sur leur sofa,
Et s'écroulerait le monde qu'ils ne bougeraient même pas un doigt,
Qui prennent tout et ne donnent rien et ne se demandent jamais pourquoi.
Il y a le Diable,
Il y a le Diable.

Dans les gens qui prennent feu pour rien et s'enflamment de fureur,
Se fâchent, s’énervent et sont toujours prêts à exploser :
Des mèches allumées, des bombes en liberté.
Dans ces gens qui pour un rien tuent des gens, savez-vous ce qu'il y a ?
Il y a le Diable,
Il y a le Diable.

Dans les gens qui se gavent comme s'ils étaient Gargantua
D'abord mangent leur part et puis veulent tout le plat.
Ah, ah, qu'est ce qu'il y a ?
On peut être sûr que là,
Il y a le Diable.

Dans tes jambes si élancées que des plus longues on n'en trouve pas,
Dans ta bouche si gentille qui ne dit jamais je ne veux pas,
Dans ta peau d'or comme les saints, comme les rois,
Dans tes aisselles mouillées qui parfument tes bras
Il y a le Diable,
Il y a le Diable.

Dans les gens qui t’épient, te déshabillent, ne regardent que toi
Et ne veulent pas admettre que tu es seulement à moi
Ah, ah, qu'est-ce qu'il y a ?
Tu peux être sûre que là,
Il y a le Diable,
Il y a le Diable.

inviata da Marco Valdo M.I. - 27/7/2015 - 22:09



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org