Lingua   

L'Aviateur

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Canzone de Lucien l'âne
(Lucien Lane)
Grève de femmes au Bangladesh
(Marco Valdo M.I.)
L'uomo è una macchina che va a calci in culo
(Fucktotum)


L'Aviateur


La passion Canard sauvage


Chanson française – L'Aviateur – Marco Valdo M.I. – 2014
d'après le reportage d'Alfred Jarry, « La passion considérée comme course de côte » dans Le Canard Sauvage, 11-17 avril 1903.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4426229



Dis-moi, Marco Valdo M.I. mon ami, te voilà féru d'aviation, maintenant... S'il y a bien une chose que je ne m'imaginais pas, c'est celle-là. Il faudrait que tu m'expliques...


C'est bien simple, pourtant, Lucien l'âne mon ami. En fait, je ne suis pas vraiment féru d'aviation et si j'ai écrit cette chanson de l'Aviateur, c'est à cause d'une histoire que raconta en son temps Alfred Jarry.

Alfred Jarry ? Le père du Roi Ubu ?, dit Lucien l'âne rigolard. Oh, celui-là, je l'aime beaucoup et je me souviens encore des promenades que nous fîmes tous les deux, tout en conversant – lui à bicyclette et moi, trottinant du côté de Laval en Bretagne.


Oui, c'est bien ce Jarry-là... Donc, dans Le Canard Sauvage du 11-17 avril 1903 – une publication éphémère mais satirique en diable, éditée par le poète Franc-Nohain et hôte de quelques écrivains français de l'époque ; on y note la présence d'Anatole France, d'Octave Mirbeau, de Jules Renard... , Alfred Jarry publia cet extraordinaire texte qu'est « La passion considérée comme course de côte » [voir la photo pour le lire et écouter André Dussolier pour l'entendre, un texte qui fait part au monde de ce que Jésus le Nazaréen fut en plus du champion cycliste d'historique mémoire, le premier des aviateurs. Ainsi, toujours selon le chroniqueur Jarry, c'est son premier vol qui est célébré par la fête chrétienne de l'Ascension et c'est la représentation de ce moment que symbolise et illustre la croix et son pilote. Quand on connaît le rêve que fut pour l'humanité de pouvoir voler au ciel, on comprend aisément pourquoi il y a un tel culte autour de l'Aviateur et de sa représentation infinie.


On trouve en effet des croix partout ou presque, dit Lucien l'âne et je m'étais souvent demandé d'où venait cette manie des calvaires et autres représentations cruciformes.


En quelque sorte, on pourrait même dire que cette histoire est tirée de l'évangile selon Saint Jarry, par ailleurs immortel père d'Ubu et chroniqueur en langue française de la Papesse Jeanne, dont l'histoire nous fut contée en grec par Emmanouī́l Roḯdīs (1836-1904).


En effet, comme tu le sais, j'avais rencontré Roïdis et il m'avait parlé de la Papesse, lors du voyage que nous fîmes au travers des montagnes de l'Attique. C'était un homme fort cultivé et digne de la plus grande foi, lui qui dirigea, me dit-on, la bibliothèque nationale grecque. Mais, si tu veux bien me dire en quelques mots ce que raconte la canzone...


Bien sûr, Lucien l'âne mon ami. Elle raconte à sa manière l'extraordinaire histoire qu'Alfred Jarry rapporta, c'est-à-dire une course cycliste qui se déroula dans ce lieu qui se trouve actuellement en Palestine, c'est-à-dire en Israël, à deux pas de Jérusalem, qu'on appelle le Golgotha. Course de côte, course cycliste en montée. En fait, cette canzone est un reportage, tel qu'on peut en entendre sur toutes les radios du monde ; du moins, celles qui s'intéressent au cyclisme. On y voit, Jésus, cycliste d'élite, retardé par une crevaison, puis par une chute, revenir sur les hommes de tête. On connaît même une chanson entonnée régulièrement par ses supporteurs et intitulée très exactement « Jésus revient ». Le final est tout-à-fait haletant : encore distancé dans l'entrée du dernier virage, Jésus revient encore une fois et dans un élan suprême, lançant un sprint échevelé, il saute les deux meneurs et passe en vainqueur la ligne d'arrivée... En là ; haut du Ventoux ou du Tourmalet, la chose s'arrêterait, mais nous sommes au sommet du Golgotha, lieu de tous les miracles et Jésus qui marcha sur l'eau, changea la-dite eau en vin, rendit sa virginité à Marie-Madeleine, fit voir les aveugles, marcher les culs de jatte et revivre les morts, Jésus – on n'en attendait pas moins de lui – fit encore un miracle... Il prolongea son effort de vainqueur d'un saut dans l'espace... devenant ainsi le premier aviateur et par ricochet, bien évidemment, n'en déplaise à Gagarine, le premier cosmonaute.


Événement considérable, en effet, dit Lucien l'âne d'un air grave. Grave en effet quand on considère l'état de nos cieux, tout emplis de traînées blanchâtres aux motifs des plus ésotériques. Je comprends mieux à présent ce pullulement de croix fixes dans les campagnes et sur les murs et jusque dans les chambres à coucher. Et vu comme ça, j'en mettrais bien un dans mon étable entre les grands bœufs somnolents. Et je suppose que comme moi, tu salues le prophète Jarry et ceci fait, reprenons notre tâche qui consiste à tisser le linceul de ce vieux monde crédule, sournois, ésotérique, chaotique et cacochyme.


Heureusement !


Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
Comme chaque année, le jour de la Passion
On avait organisé pour le gotha
Une course qui se terminait par l’ascension
Terrible et périlleuse du Golgotha
Barrabas, engagé, déclara forfait.
Prolégomènes et faits
En ce temps-là, l’usage était de flageller
De fines branches de saule, les concurrents
Le but étant de les émoustiller
Et de leur donner de l'allant.
On en était là.
Quand retentit l'hymne d'ouverture,
Faisant fi des habituels tralalas,
Pilate donne le départ.
Juste devant la gare,
Jésus démarre à toute allure.
Le peloton se traîne à sa suite.
Les autres concurrents, c'est sûr
Renâclent à la poursuite.
Deux ambitieux larrons s'élancèrent
Ils talonnent Jésus par derrière.
Soudain, à cause des épines, Jésus crève
Et les autres échappés sans attendre en profitent
Sur le plat, ils prennent de l'avance
Mais bien étendu, le dos sur sa machine,
Dans la montée, Jésus revient
Dans la poussière et les bras en croix,
Cyclant comme nagent les Indiens.
Dans la côte assez dure du Golgotha,
Il y a quatorze virages.
Pédalant avec un incroyable courage
Jésus retombe au troisième et se dégage
Sa mère, aux tribunes, pleure de rage.
Et les demi-mondaines d'Israël
Se lamentent et s'agitent avec elle.
Au dixième, Jésus revient toujours
Pour lui, c'est le grand jour.
Grimaçant, surmontant sa douleur,
En vue du sommet, Jésus se relance avec ardeur
Laissant sur place, les deux larrons
Et stupéfiant les spectateurs
D'un coup de reins furibond
Il passe la cime en vainqueur.
Mais, écoutez-bien, voici la révélation maintenant :
Triomphal, éclatant de splendeur
Dans un ultime grand bond en avant
Jésus continue son chemin en aviateur.

inviata da Marco Valdo M.I. - 6/1/2014 - 16:24



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org