Lingua   

Hymne sur l'abolition de l'esclavage des nègres

anonimo
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Je me bats
(Francesca Solleville)
Complainte pour Angela Davis
(Francesca Solleville)
Je te passe le poing
(Francesca Solleville)


‎[1794]‎
Canzone di autore anonimo risalente alla Rivoluzione francese
Interpretata da Francesca Solleville nel disco “Musique, citoyennes!” pubblicato nel 1989 ‎in occasione del Bicentenario.‎

Musique citoyennes
Quel est ce monstre à l'œil sinistre
Qui règne aux bords américains ?
La terreur lui sert de ministre
D'horribles fouets arment ses mains,
Partout une pesante chaîne
Marque les traces de ses pas
Devant lui s'agitent la haine
Le désespoir et le trépas.

Il ne s'abreuve que des larmes
Qu'il fait verser aux malheureux
Le trouble, les cris, les alarmes
Annoncent les plaisirs affreux.
A ses côtés marche en silence
La soif, l'horrible soif de l'or
Qui dans le sein de l'abondance
Cherche encore un nouveau trésor.

Maître insolent, tyran féroce,
Ennemi de l'égalité
Guidé par sa fureur atroce
Il outrage l'humanité.
Sa bouche vomit l'injustice,
La vengeance dicte sa loi
Il dit dans son cruel caprice
‎"Malheureux, vis et meurs pour moi".

A ce farouche et dur langage,
A ces abominables traits,
Qui ne reconnait l'esclavage,
Ses attentats et ses forfaits ?
Bouffi du frivol avantage
Que lui donne une autre couleur
Il croit que l'esprit, le courage,
N'existent que sous la blancheur.

Oh ! Mes amis, quels cris de joie
Se font entendre dans les airs ?
Un brillant drapeau se déploie
Sur un vaste monceau de fers.
Le monstre, frémissant de rage,
Sur ces débris tombe étendu,
L'esclave, repoussant l'outrage
A ses justes droits est rendu.

La Nature, toujours la même,
Aime à varier ses effets
Elle n'adopte aucun système
Chacun a part à ses bienfaits.
En nous formant tels que nous sommes,
Elle a voulu nous faire voir
Que la vertu faisait les hommes
Et non le teint ou blanc ou noir.

Caste trop longtemps avilie
Tu peux enfin sécher tes pleurs,
Sur ton sort la France attendrie
A mis un terme à tes malheurs.
Enfants de la même patrie
N'ayons plus qu'une volonté,
Et que chacun de nous s'écrie"
‎"VIVE, VIVE LA LIBERTÉ".‎

inviata da Dead End - 22/10/2012 - 14:57



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org