Lingua   

Flandrischer Totentanz

Elsa Laura Seemann


Lingua: Tedesco


Ti può interessare anche...

Les quatre chevaliers noirs de Sardaigne
(Marco Valdo M.I.)
Totentanz 1916
(Hugo Ball)
Italien-Chanson
(Joachim Ringelnatz (Hans Gustav Bötticher))


Soldato canadese con ustioni e vesciche causate dall'iprite (ca. 1917-18)
Soldato canadese con ustioni e vesciche causate dall'iprite (ca. 1917-18)


Il 22 aprile del 1915, le sentinelle algerine reclutate a fare una guerra non loro per conto degli occupanti francesi, nelle trincee davanti a Ypres, videro avvicinarsi una strana nuvola multicolore che copriva il cielo.

Era il cloro, che i soldati tedeschi lasciarono fuoruscire da 5.730 cilindri a pressione, dando una nuova dimensione al massacro tecnologico.

[...]

Quella che io ritengo una della più straordinarie canzoni di tutti i tempi è dedicata proprio alla guerra dei gas, raccontando di come il nero corvo scende dal cielo e si fa sentire nel cuore e nella pelle.

Fu composto da Elsa Laura Seemann, Freifrau von Wolzogen, cantante, poetessa e suonatrice di liuto, nata a Dresda e morta il fatidico 25 aprile del 1945.

Non sono riuscito a sapere molto su di lei: dalla lista delle sue opere, sembra rientrare nella grande tradizione romantica dei collezionisti di canti popolari, cari al movimento della Bündische Jugend, messo fuorilegge già nell’estate del 1933, ma che continuò a sopravvivere clandestinamente. Elsa von Wolzogen non fu mai iscritta al partito nazionalsocialista, ma faceva evidentemente parte di una cultura fieramente nazionale.

La Flandrischer Totentanz, la “Danse macabre delle Fiandre”, fu probabilmente fraintesa piuttosto presto come l’esatto contrario di ciò che l’autrice avrebbe voluto.

La musica travolgente – basata su una vera Danse Macabre medievale – si combina con una tecnica tipicamente tedesca: parole semplici, che trasmettono immagini forti, senza bisogno di alcun commento. E’ una descrizione dell’orrore, che porta con sé una denuncia solo implicita, e quindi può essere anche vista come un’esaltazione della guerra. Un equivoco indotto anche dall’uso, nella canzone, del termine Landsknecht, probabilmente per unire varie epoche storiche della grande tragedia.

Non conosco le sorti della canzone in periodo nazista; negli anni Sessanta, il Botho Lucas Chor la inserì in uno dei loro dischi di “canti dei lanzichenecchi”, alcuni dei quali veramente del Cinquecento, altri molto più recenti. Un disco copiato e tramandato per circuiti più informali che di mercato, che in Italia e altrove fu presto ripreso da ambienti di estrema destra.

In Italia, la canzone fu tradotta da Pino Tosca di Modugno, morto nel 2001, autore di indubbio talento, meridionalista evoliano convertitosi al cattolicesimo e traduttore di numerose canzoni da altre lingue. Non so quanto lui fosse cosciente del senso originale del testo, ma certamente chi oggi riprende la sua traduzione, immaginandola come vagamente “medievale” o (spesso) “nazista”, ha capito ben poco; come probabilmente hanno capito poco vari metallari e affini che ne hanno fatto versioni piuttosto rumorose.

Miguel Martinez, da Kelebeklerblog
Der Tod reit’t auf einem kohlschwarzen Rappen,
Er hat eine undurchsichtige Kappen.
Wenn Landsknecht’ in das Feld marschieren,
Läßt er sein Roß daneben galoppieren.
Flandern in Not!
In Flandern reitet der Tod!
In Flandern reitet der Tod!

Der Tod reit’t auf einem lichten Schimmel,
Schön wie ein Cherubin vom Himmel,
Wenn Mädchen ihren Reigen schreiten,
Will er mit ihnen im Tanze gleiten.
Falalala, falalala.
Falalala, falalala.

Der Tod kann auch die Trommel rühren,
Du kannst den Wirbel im Herzen spüren.
Er trommelt lang, er trommelt laut,
Er schlägt auf eine Totenhaut.
Flandern in Not!
In Flandern reitet der Tod!
In Flandern reitet der Tod!

Als er den ersten Wirbel geschlagen,
Da hat’s das Blut vom Herzen getragen.
Als er den zweiten Wirbel schlug,
Den Landsknecht man zu Grabe trug.
Flandern in Not!
In Flandern reitet der Tod!
In Flandern reitet der Tod!

Der dritte Wirbel ist so lang gegangen,
Bis der Landsknecht von Gott sein’n Segen empfangen.
Der dritte Wirbel ist leis und lind,
Als wiegt’ eine Mutter in Schlaf ihr Kind.
Flandern in Not!
In Flandern reitet der Tod!
In Flandern reitet der Tod!

Der Tod kann Rappen und Schimmel reiten,
Der Tod kann lächelnd im Tanze schreiten.
Er trommelt laut, er trommelt fein:
Gestorben, gestorben, gestorben muß sein.
Flandern in Not!
In Flandern reitet der Tod!
In Flandern reitet der Tod!

inviata da Miguel Martinez - 21/5/2012 - 23:19




Lingua: Italiano

Versione italiana di Miguel Martínez
DANSE MACABRE DELLE FIANDRE

La morte cavalca su di un corvo nero come il carbone
Porta un opaco cappuccio
quando i lanzichenecchi marciano nel campo,
fa cavalcare accanto a loro il suo cavallo
Fiandre in pericolo!
Nelle Fiandre cavalca la morte!

La morte cavalca su di un chiaro cavallo grigio e bianco
bello come un cherubino dal cielo
se una ragazza balla la raie (*)
egli l’accompagnerà nel ballo.

La morte sa anche suonare la tromba
potete sentirla che vortica nel cuore
suona a lungo, suona forte
batte sulla pelle di un morto.

Quando battè il primo colpo (**),
portò via il sangue dal cuore.
Quando battè il secondo colpo,
portò il lanzichenecco alla tomba.

Il terzo colpo è da tempo suonato
quando il lanzichenecco riceve la sua benedizione da Dio.
Il terzo colpo è lento e dolce,
come se una madre cullasse nel sonno il suo bambino.

la morte sa cavalcare corvi e cavalli bianchi e grigi,
la morte sa entrare ridendo nella danza.
Suona forte la tromba, suona piano:
morire, morire, deve morire.
(*) Una danza circolare di origine medievale, come la carole francese.

(**) Il termine è sempre Wirbel, che indica piuttosto un movimento vorticoso, analogo all’inglese whirl. La tromba, insomma, batte un vortice.

21/5/2012 - 23:21




Lingua: Italiano

La versione italiana cantata da Pino Tosca
I CAVALLI DELLA MORTE

La Morte cavalca sul cavallo nero,
nero è il mantello come il suo destriero,
quando il cavaliere in battaglia va
una fossa c’è che lo attenderà per l’eternità,
per l’eternità.

La Morte cavalca sul cavallo bianco,
un Angelo del cielo le cavalca a fianco,
quando Morte alla danza va
nella danza lo trascinerà per l’eternità,
per l’eternità.

La Morte cavalca sul cavallo rosso,
con lancia il cuore al prode gli ha percosso,
rosso il sangue giù per la terra va,
il suo cuore allor più non batterà per l’eternità,
per l’eternità.

La Morte cavalca sul cavallo giallo,
rulla il tamburo, è l’alba e canta il gallo,
quando il cavaliere nella notte va
la sua strada nessuno mai saprà, per l’eternità,
per l’eternità.

21/5/2012 - 23:36




Lingua: Francese

Version française – DANSE MACABRE EN FLANDRE – Marco Valdo M.I. – 2012
Chanson allemande - Flandrischer Totentanz - Elsa Laura Seemann - 1917

Soldat canadien avec brûlures et ampoules causées par l'ypérite (ca. 1917-18)
Soldat canadien avec brûlures et ampoules causées par l'ypérite (ca. 1917-18)


Celle que je tiens pour une des chansons les plus extraordinaires de tous les temps est dédiée précisément à la guerre des gaz, en racontant comment le corbeau noir descend du ciel et il se fait sentir dans le cœur et dans la peau.

Elle fut composée par Elsa Laura Seemann, Freifrau von Wolzogen, chanteuse, poétesse et joueuse de luth née et morte à Dresde, le 25 avril fatidique 1945.

Je n'ai pas réussi à savoir beaucoup d'elle ; de la liste de ses œuvres, elle semble se situer dans la grande tradition romantique des collectionneurs de chants populaires, chers au mouvement du Bündische Jugend, mis déjà hors-la-loi à l'été de 1933, mais qui continua clandestinement. Elsa von Wolzogen ne fut jamais inscrite au parti national-socialiste, mais elle faisait évidemment fièrement partie d'une culture nationale.

La Flandrischer Totentanz, la "Danse macabre des Flandres" fut rapidement comprise probablement comme l'exact contraire de ce que l'auteure aurait voulu.

La musique irrésistible basée sur une vraie danse macabre médiévale se combine avec une technique typiquement allemande: mots simples, qui transmettent des images fortes sans besoin de commentaire. C'est une description de l'horreur qui porte en soi une dénonciation implicite et qui peut ensuite être vue comme une exaltation de la guerre. Une équivoque induite aussi de l'usage, dans la chanson, du terme Landsknecht, probablement pour unir des époques historiques différentes à la grande tragédie.

Je ne connais pas le sort de la chanson durant la période nazie; dans les années soixante, le Botho Lucas Chor l'inséra dans un disques de "chants" des lansquenets, quelques-uns vraiment du seizième, d'autres plus récents. Un disque copié et transmis par des circuits informels que le marché, qui en Italie et ailleurs, fut bientôt repris par milieux d'extrême droite.

En Italie, la chanson fut traduite par Pino Tosca de Modugno, mort en 2001, auteur de talent indubitable, traducteur de nombreuses chansons d'autres langues. Je ne sais s'il fût conscient du sens original du texte, mais certainement celui qui reprend aujourd'hui sa traduction, en l'imaginant comme vaguement "médiévale" ou "nazi" a souvent compris bien peu; comme probablement ont compris peu des groupes de métal ou proches qui en ont fait des versions plutôt bruyantes.

Miguel Martínez, de Kelebeklerblog

Thetriumphofdeath


*

Mon autre grand-père, dit Marco Valdo M.I., était de planton sur l'Yser quand l'ypérite (et pourquoi pas, l'ysérite ?) s'en vint recouvrir la tranchée où il jouait sa millième partie d'échecs. Il finit la guerre, les poumons brûlés, le pancréas définitivement ravagé, dans un hôpital, loin derrière le front... Où il fut soigné et sans doute, bien entouré, par celle qui allait l'accompagner le reste de sa vie et lui donner cinq enfants... Lui était fils de paysans de la banlieue de Bruxelles, du côté d'Helmet ou Évère, qui vivaient du maraîchage ; elle était la treizième enfant d'un berger de Champagne... Mais c'est bien la lente destruction due aux gaz qui finira par l'emporter, le brave homme... Ainsi, en effet, la mort chevauchait la Flandre, en ce temps-là. On en parle encore...

Oui, dit Lucien l'âne, j'en ai entendu parler de ces obus ou autres engins disséminateurs de gaz... et pas seulement en Flandre... et pas seulement ces années-là... À ma connaissance, on les utilise encore... Et pas seulement dans la version « douce » qu'on envoie très régulièrement sur les gens qui manifestent, généralement pour la paix, pour un monde plus juste... Mais aussi dans ces guerres locales ou régionales... Les Kurdes, par exemple, s'en plaignent... Je me souviens aussi que tu en avais fait une chanson...intitulée « Alerte au gaz ! Gaaz ! Gaaaz ! » 

Mais cette chanson-ci, due à une poétesse allemande au temps de Weimar, trace comme un tableau de la marche de la mort dans les champs de Flandre... Elle a toutes les allures d'une poésie allemande et se réfère à la tradition des Danses Macabres , si terriblement illustrée par Pierre Breugel dans un tableau intitulé « Le Triomphe de la Mort », lui-même renvoyant aux triomphes des empereurs romains. Dès lors, ce triomphe de la mort est, en fait, aussi, la marche triomphale de la Mort... Dans la chanson, le triomphateur, tel Alexandre sur Bucéphale, comme le firent tous les vainqueurs depuis des siècles, arrive fièrement campé sur son cheval... Cette chanson sent l'air de la mer du Nord et rappelle ces danses macabres de Breugel, d'Holbein à Ensor et Saint-Saens... ou à Ghelderode et sa fameuse Balade du grand Macabre. Elle rappelle aussi toutes ces danses macabres qui peuplaient les murs des églises du Moyen-Âge au travers de toute l'Europe...

Bien sûr, on dirait bien une chanson de par ici... Et puis elle rappelle ce passage de Victor Hugo : « Mon père ce héros au sourire si doux... Parcourait à cheval, le soir d'une bataille, Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit... » (Après la Bataille). Mais il y a aussi une autre chanson que tu as écrite et qui a cette même ambiance de danse macabre ou de balade macabre et qui elle, se réfère à une tradition espagnole... Il est vrai aussi qu'il fut un temps où l'Espagne et son Empire – celui de Charles Quint précisément, furent souvent pilotés à partir de Flandre et de Brabant. Mais j'en reviens à cette chanson qui raconte une balade macabre à Oristano en Sardaigne : Les Quatre Chevaliers Noirs de Sardaigne. Comme quoi, la Mort accompagne bien des épisodes de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres sans trop se soucier des moyens qu'ils emploient, ni des malheurs qu'ils engendrent... et tout ça pour s'emplir la panse, pour se goberger, pour être les maîtres de tout et de rien, bref, pour satisfaire les plus absurdes caprices de leurs égos infantiles. Crois-moi, Marco Valdo M.I., mon ami, il est de toute première importance et nécessité que nous tissions sans relâche le linceul de ce vieux monde cruel, macabre, triste, asphyxiant et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
DANSE MACABRE EN FLANDRE

La mort paraît sur un cheval noir charbon
Elle porte une capuche opaque.
Les fantassins marchent dans le champ
Elle lance sur eux sa rosse au galop.
Flandre danger !
En Flandre court la mort !
En Flandre court la mort !

La mort paraît sur un cheval blanc luisant
Beau comme un ange dans le ciel flamand,
Quand les filles dansent leurs rondes,
Elle se glisse parmi elles dans la danse.
Falalala, falalala.
Falalala, falalala.

La mort peut aussi battre tambour,
Tu peux sentir le vertige au coeur.
Il roule longtemps, il roule fort,
Elle tape sur une peau de mort.
Flandre danger !
En Flandre court la mort !
En Flandre court la mort !

Quand frappe le premier vertige,
Le sang du cœur est emporté
Quand frappe le second vertige,
Le fantassin est presque enterré.
Flandre danger !
En Flandre court la mort !
En Flandre court la mort !

Le troisième vertige dure si longtemps,
Que le fantassin reçoit la bénédiction de dieu
Le troisième vertige est léger et affectueux
Mère dans le sommeil qui berce l'enfant.
Flandre danger !
En Flandre court la mort !
En Flandre court la mort !

inviata da Marco Valdo M.I. - 23/5/2012 - 22:25



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org