Lingua   

Être, être

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

La Sanction (Gare au Chômeur)
(Marco Valdo M.I.)
Souvenirs napoléoniens
(Marco Valdo M.I.)
Nous les ânes
(Lucien Lane)


Être, être


Canzone française – Être, être – Marco Valdo M.I. – 2012
Histoires d'Allemagne 65

Au travers du kaléidoscope de Günter Grass. : « Mon Siècle » (Mein Jahrhundert, publié à Göttingen en 1999 – l'édition française au Seuil à Paris en 1999 également) et de ses traducteurs français : Claude Porcell et Bernard Lortholary.


Nous ne voulons pas faire une autre guerre de l'homme riche.
Nous ne voulons pas faire une autre guerre de l'homme riche.


Mon ami Lucien l'âne, nos Histoires d'Allemagne se compliquent et diablement.

Dis-moi, Marco valdo M.I., mon ami, en quoi peuvent-elles bien se compliquer encore ?

En ceci que le récit est fait cette fois par un étudiant en philosophie et donc, naturellement, parle de philosophie et de philosophes. Et tout naturellement se pose des tas de questions qui ne viendraient pas à l'esprit de l'humain ou de l'âne moyen. Certes, tel n'est pas ton cas et j'ai aussi quelques familiarités avec l'histoire de ces moments – tu comprends, à force...

À force ?, dit Lucien l'âne avec comme il le fait quand il est vraiment dubitatif, avec les oreilles en points – la droite, d'interrogation, la gauche en point d'exclamation. Ce qui fait que quand on est face à l'âne, on voit ceci : ? !. Ce qui exprime bien l'étonnement. À force de quoi ?

Ben, à force de m'informer sur cette histoire et de la comprendre pour la traduire sous forme de chanson. Car, vois-tu, la chose n'est pas aussi simple qu'elle n'en a l'air. Bien sûr, on peut aimer ou pas les chansons que je confectionne, on peut tout simplement les apprécier ou carrément les rejeter en baillant ostensiblement afin de bien montrer son ennui... Mais on ne pourra jamais dire qu'elles tombent comme les alouettes, toutes crues du ciel.

Ce ne doit pas être aussi compliqué que ça, Marco Valdo M.I., mon ami... sinon, tu ne le ferais pas. D'ailleurs, je suis persuadé que tu as des secrets de fabrication, un peu comme certains chocolatiers ou certains cuisiniers, des tours de main, des techniques qui te servent à faire tes chansons...

Certainement et j'espère bien. Ce serait le diable et son train si je n'avais pas mes manières de faire... À force... Donc, voici un étudiant en philosophie qui se souvient de l'année 1966, du temps de ses études... « Mil neuf cent soixante-six au beau temps ». Il s'en souvient trente ans plus tard, donc vers 1996. « Qui donc étais-je il y a trente ans ? », se demande-t-il et il s'interroge sur ce qu'il faisait à l'époque à Berlin.

En effet, que faisait-il à Berlin ?, dit l'âne en prenant un un air ahuri.

Eh bien, c'était une manifestation déjà contre les Zétazunis dans laquelle on défilait en criant US GO HOME ! Pierre Doris posait en première page de L'Os à Moëlle, le journal de Pierre Dac, la même revendication en des termes bien plus drôles : ESCARGOT HOME !. Ce slogan est toujours une exigence antiguerre et fortement procivile à l'heure actuelle et tout comme cette autre question que posaient à l'époque les manifestants du monde entier AU Président des Zétazunis et qui n'a pas perdu son sens aujourd'hui : « How many kids did you kill today ? »... Comme tu le vois elle est en étazunien et de fait, elle commença sa carrière aux Zétazunis. Rengaine étazunienne et sans doute, dès lors, au départ, les « kids » seraient ainsi les soldats étazuniens... Les étudiants étazuniens de Berkeley et d'ailleurs demandaient ainsi ainsi des comptes au Président de l'époque : combien de jeunes faites-vous tuer dans votre guerre au Vietnam ?

Excellente question, mais à mon sens, un peu peu catégorielle, dit Lucien l'âne... La guerre ne tuait pas que des militaires étazuniens ; elle tuait beaucoup de civils vietnamiens, par exemple. Des millions, au total.

C'est parfaitement exact, mais en outre, Lucien l'âne mon ami, tu remarqueras que les « kids », si l'on s'en tient à la signification générale du mot, ont une valeur plus universelle, ce sont les enfants... Dès lors, traduisons : « Combien d'enfants avez-vous tués aujourd'hui ? »... Bien sûr, dans les lieux où sévissent les « kids » étazuniens... Pas seulement à l'époque de la guerre du Vietnam, mais aussi, hier et aujourd'hui, car les massacres continuent.

C'est une illustration de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches et les puissants font aux pauvres et aux faibles, partout dans le monde. « Combien d'enfants avez-vous assassinés aujourd'hui ?... vous qui dominez le monde ? » Quels enfants ? Les enfant assassinés par la faim, la sous-alimentation ou la maladie ou l'exploitation ou le travail forcé... Ou, dit encore Lucien l'âne, par la soif, par le manque d'eau, par le manque de médicaments, par le manque de soins... Bref, par tous les manques engendrés par la richesse de quelques uns, par le « train de vie » excessif de certains hommes, régions, pays, entreprises. Par la misère qu'ils infligent aux peuples du monde... Toujours la même question : « Combien faut-il de pauvres pour faire un riche ? »

Une dernière chose à propos de cette guerre du Vietnam... Rends-toi compte, Lucien l'âne mon ami, c'était il y a cinquante ans, il y a un demi-siècle et les Zétazunis sont toujours en guerre à l'heure qu'il est... Et on leur reproche toujours encore à l'heure où je te parle cette aventure délirante du Vietnam... Évidemment, à peine remis du Vietnam, ils sont allés je ne sais trop où : au Liban, en Somalie, en Irak, en Afghanistan...

À mon avis, jusqu'à ce qu'ils cessent de jouer les matamores... On leur en parlera encore longtemps de cette guerre du Vietnam qu'ils ont perdue si splendidement.

Et puis, enfin, notre étudiant se souvient aussi des interrogations qu'il fallait se faire sur le philosophe Heidegger, membre du Parti – NSAPD – le parti nazi et la considération qu'il porta à Hitler. « En trente-deux, affilié au Parti. Il a dit : Hitler sauve le pays » Et le silence qu'il s'imposa plus tard, après avoir peut-être compris... « Le philosophe de l'être et de l'étant
Ruminant, méditant
Dans un grand silence blanc.
S'en allait vers le néant. »


Comme quoi, dit l'âne Lucien, on peut être un philosophe et être atteint de cécité intellectuelle... Quoi qu'il en soit de la philosophie et des philosophes, nous qui « Noi non siamo cristiani, siamo somari », nous qui ne nous revendiquons que comme somari, comme bêtes de somme, nous qui nous voulons descendants de la Fraternité des Pauvres et des canuts, nous tissons le linceul de ce vieux monde de l'Être, du paraître tout autant, de l'étant et néanmoins cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Être, être, mots sublimes, crépusculaires
Simples cliquetis informes et vains
Soudain pris dans la lumière
Ne disent plus rien

Mil neuf cent soixante-six au beau temps
On commémore des anniversaires bien différents
La Petite Allemagne de Sadowa a cent ans
Verdun et la Somme ont cinquante ans

Nous les étudiants, quand on a manifesté
Les œufs pleuvaient sur le nid des Américains
On criait « US Go Home ! » à Berlin
« Hey, Hey, LBJ How many kids did you kill today ? »

J'y étais moi aussi, quand j'étais étudiant
Au coude à coude, en serrant les rangs,
Je me vois encore courant, hurlant
Qui donc étais-je il y a trente ans ?

Oh, j'étudiais l'histoire des religions, la philosophie
Kant, Hegel, Husserl, et toute la sainte litanie
Je vaguais sur le chemin de campagne derrière Heidegger
J'étais un des plus assidus aux séminaires

National et social, cet Heidegger
Un philosophe très terre à terre
En trente-deux, affilié au Parti
Il a dit : Hitler sauve le pays

Plus tard, réfugié dans sa hutte
À l'écart de toutes nos luttes
Entre Todtnau et Todtnauberg, à travers champs
Il suivit son chemin jusqu'au banc.

Le philosophe de l'être et de l'étant
Ruminant, méditant
Dans un grand silence blanc.
S'en allait vers le néant.

inviata da Marco Valdo M.I. - 7/4/2012 - 23:33



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org