Language   

Platero

Massimo Liberatori
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Muri a secco
(Riccardo Venturi)
Fuoco ai castelli
(Massimo Liberatori)
Fiori di campo
(Massimo Liberatori)


[2003]

Aklbum: Storie di uomini zoccoli e petrolio
storie di un cambiamento...

storie di uomini190
Ci sarà qualcosa al mondo di veloce che trasporta ed avvicina
una ruota e un animale grande forte e mansueto che la trascina
e tu ti trovi con il morso e il basto su in salita
a tirare avanti la tua vita con grandissima fatica

noi umani inquieti e pieni di bisogni
noi per noi abbiamo cancellato tutti i tuoi sogni
e tu dolce adorato e bastonato somarello
un po' di gloria avrai perché hai scaldato quella volta un bambinello

ma il tuo sudore avrà poca memoria
sotto hai colpi di un motore tu: cancellato dalla storia
si dirà della tua dura testa e della soma
animale da fatica facilmente si bastona

però vive il ricordo dolce di Platero
ricordo vero e solitario di un asinello poco vero
e di due gemelle la tristezza e l’allegria
unite come le orecchie di Platero a spasso per l’Andalusia

Contributed by adriana - 2012/3/26 - 07:20



Language: French

Version française – PLATERO – Marco Valdo M.I. – 2015
Chanson italienne – Platero – Massimo Liberatori – 2003

  Cependant vit le doux souvenir d'un gentil héros Souvenir vivace et magnifique de Platero
Cependant vit le doux souvenir d'un gentil héros Souvenir vivace et magnifique de Platero


Ô Lucien l'âne mon ami, voici une chanson (encore une) où il est question d'un âne…

Qu'on dise que la gloire de Platero viendrait de ce qu'il aurait réchauffé un enfant n'est pas ce qu'il y a de plus intéressant à dire de l'âne, tu peux m'en croire. D'abord, car il y avait aussi, dit-on dans ce conte oriental, dans la même étable, un bœuf lequel question de chauffage est de loin plus efficace que l'âne. C'est une question de masse corporelle. Un bestiau de ce genre pèse trois à cinq fois mon poids, quelque chose entre 600 et 900 kilos. Imagine un radiateur de cette taille…

Là, tu as raison, Lucien l'âne mon ami et puis, question âne, tu en connais certainement un fameux bout. Et je comprends parfaitement que tu ne sois pas très impressionné par cette performance calorifique et que tant qu'à vanter les mérites de l'espèce asine et de lui trouver un titre de gloire ou de renommée, tu as manifestement une autre idée à faire valoir…

Bien sûr, il me paraît que s'il faut vanter les ânes, les ânesses, les ânons, les mules, les mulets… On peut et on doit évoquer leur sort d'esclaves, les services énormes qu'ils ont rendus avec une abnégation souvent résignée à l'espèce humaine et depuis la plus haute Antiquité. Mais cela, la chanson y fait écho. Par contre, comme tu le sais, l'âne (et en l'occurrence, Lucien lui-même) est le personnage du premier vrai roman de la littérature – à la fois, roman fantastique, roman policier, roman d'amour, roman d'initiation et tout simplement, roman biographique. Voilà qui valait d'être rappelé. Cela dit, Platero lui-même est un lointain cousin de Lucien. À moins que , mais je t'en prie, garde la chose pour toi, à moins que ce ne soit Lucien lui-même, de passage en Andalousie. Car Marco Valdo M.I. mon ami, ayant accompagné Sancho dans la Manche à la suite du Chevalier au plat à barbe sur la tête, l'immense Don Quichotte, rien n'empêcherait une petite excursion andalouse.

Voilà, Lucien l'âne mon ami, ce que je te propose. Saluons ton cousin, écoutons son histoire…

Bonne idée et en suite, reprenons notre tâche, tissons d'anecdote en chanson le linceul de ce vieux monde mécanisé, autotoxique, autodestructeur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
PLATERO

Il y a une chose rapide qui promène et transporte
Et sur roues, forte et docile, la traîne une machine
Et toi, avec le mors et le bât, tu grimpes la colline.
Ta vie n'est qu'une très longue fatigue.

Nous humains, pour satisfaire nos besoins,
Tous tes rêves avons effacés
Et toi petit âne doux, adorable et bastonné,
Ton peu de gloire est d'avoir réchauffé un bambin.

Mais de ta sueur, on a peu de mémoire
Sous les coups du moteur, rayé de l'histoire
Tête dure et bête de somme, on rit de toi.
Animal d'effort, sans remords, on te bat.

Cependant vit le doux souvenir d'un gentil héros
Souvenir vivace et magnifique de Platero
Sa tristesse et sa gaîté : ses deux jumelles unies
Comme ses oreilles de petit âne d'Andalousie.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2015/4/2 - 23:15



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org