Lingua   

Conscrits, égayons nos vingt ans

anonimo


Lingua: Francese



Canzone popolare della Franca Contea (Lantenne-Lavennay)
Chanson populaire de Franche-Comtée (Lantenne-Lavennay)

Da Chants populaires français

Una canzone che sembra celebrare il passaggio dei vent'anni segnato dalla coscrizione militare. Sembra. Si consiglia di tenere conto soprattutto delle strofe pari.
Conscrits, égayons nos vingt ans
C'est aujourd'hui jour de tirage,
Profitons de tous nos instants
Pour célébrer ce beau passage.
Entendez au faubourg
Résonner le tambour :
Ce sont les conscrits d'alentour
Qui viennent au canton pour tirer tour à tour.

— Tout ce que je regrette en partant
C'est le tendre cœur de ma maîtresse,
Celle que j'ai tant aimée
Et tant considérée,
Après tant d'amitiés,
C'est aujourd'hui qu'il me la faut quitter.

Tous les murs sont favorisés
De drapeaux qui flottent sans cesse;
Tout le monde à chaque croisée
Regarde bondir la jeunesse;
Ce sont les conscrits
Des plus lointains pays
Qui sont tous réunis,
C'est pour égayer leurs vingt ans accomplis.

— Courage, amis, c'est notre tour
Montons l'escalier au plus vite
Et c'est là le destin,
Le malheur incertain
Que va tirer ma main,
C'est pour savoir c'qui surviendra demain.

inviata da Riccardo Venturi - 21/5/2006 - 00:26



Lingua: Francese

Altra versione trovata su WikiTrad. La fonte è una raccolta intitolata "Anthologie de la chanson française", a cura di Marc Robine (1950-2003), giornalista musicale, cantante e musicista francese.
CONSCRITS, ÉGAYONS NOS VINGT ANS

Conscrits, égayons nos vingt ans,
C'est aujourd'hui jour de tirage!
Profitons de tous nos instants
Pour aiguiser notre courage.
Entendez le tambour
Qui ébranle le faubourg :
Ce sont les conscrits d'alentour
Qui viennent au canton pour tirer tour à tour.

Voyez les murs sont pavoisés
Des trois couleurs, c'est la liesse.
Amis nous sommes appelés,
Montons l'escalier et sans faiblesse;
Voyez la roue tourner,
C'est elle qui va juger
Du numéro qu'on va tirer :
Ou bien heureux destin ou triste destinée.

C'est d'une fille et d'un garçon
Qui s'étaient mis l'amour en tête.
Quand vient le jour de la conscription,
Pour le tirage au sort s'apprêtent.
Regardez la trembler :
Son galant a tiré ;
Voilà que la roue a tourné
Et c'est la fleur de guerre qu'on lui a donnée.

‎" La belle, il faut nous dire adieu,
A toi ces fleurs et à moi les armes.
Dès mon retour, si tu le veux,
Je viendrai te prendre pour femme. "
Ecoutez la pleurer,
Triste et désespérée :
‎" Sept ans, c'est bien du temps,
Sept ans, c'est trop longtemps,
Sept ans de peines et de tourments,
Je voudrais être morte là, mon cher amant ".‎

inviata da Dead End - 9/1/2013 - 09:15


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org