Lingua   

Karabigniere blues

Skiantos


Lingua: Italiano


Ti può interessare anche...

Il Proibizionista
(Skiantos)
Iconoclasta
(Fluxus)
Riprendiamoci la Corsica!!!
(Skiantos)


[1978/2003]
Album “MONO tono”, il secondo degli Skiantos, ristampato in cd nel 2003 con alcune bonus tracks tra le quali questa.
Scritta da Roberto "Freak" Antoni e Fabio "Dandy Bestia" Testoni

31178371
Io mi metto la divisa
Per servizio fino a Pisa
Poi domani sono a scuola
E non ci vado se non trovo la pistola

Karabignierebignierebignierebigniere blues
blues blues

Quando poi arrivo a Pisa
Io mi godo la Luisa
Vado fuori a far la spesa
Poi mi tolgo la divisa che mi pesa

Karabignierebignierebignierebigniere blues
blues blues

Blues blues blues

Quando arriva la pensione
Mi rilasso con passione
E` finita la tensione
Di sparare col cannone… un, du…

Karabignierebignierebignierebigniere blues
blues blues

inviata da Bartleby - 23/8/2011 - 09:25



Lingua: Francese

Version française – LE BLUES DU CARABINIER – Marco Valdo M.I. – 2011
Chanson italienne – Karabigniere blues – Skiantos – 1978/2003
LE BLUES DU CARABINIER

Moi je mets l'uniforme
Pour le service jusqu'à Pise
Puis demain, je suis à l'école
Et je n'y vais que si j'ai mon arme.

Carabinierbinierbinierbinierblues
Bluesblues

Quand j'arrive à Pise
Je me tape la Louise
Je vais faire les courses
Puis j'enlève cette tenue qui me pèse.

Carabinierbinierbinierbinierblues
Bluesblues

Blues blues blues

Quand arrivera ma pension
Je me relaxerai avec passion
C'en sera fini de la tension
De tirer avec mon canon...

Un, deux...

Carabinierbinierbinierbinierblues
Bluesblues

inviata da Marco Valdo M.I. - 26/8/2011 - 17:19


Juste un petit commentaire pour le titre de la version française : "Le Blues du Carabinier"., tel qu'il fut choisi par Marco Valdo M.I. Avec lui, il faut toujours aller voir derrière, s'il n'y a pas une petite intention ou une allusion... et il y en a un et c'est "le blues du dentiste" (1959).

On était encore dans l'après-guerre et les Zétazunis faisaient encore rêver certains... On importait tout de là-bas : les voitures, les radios, les frigos,le rasoir électrique, les disques, les films, les armes, les soldats, les services secrets, l'Otan... et la haine du socialisme et toute forme de société solidaire.

Comme il le fit pour le rock, Vian introduisit en France et en français ces musiques syncopées, venues du fond des lointains outre-atlantiques.

Pour ce qui est du blues, Boris Vian, qui s'y connaissait en jazz et autres dérivés de musique afro-étazunienne, écrivit un blues désopilant, précisément à l'encontre du caractère un peu lamentable du genre (car le blues est une lamentation...), qui fut splendidement interprété par Henri Salvador en 1959 – il était intitulé "Le Blues du dentiste". J'en propose plusieurs versions : une de Paul Personne et Ticky Holgado (2000) et celle de Mangane Ousseynou et Gilles Favreau lors de la soirée hommage à Boris Vian à La Fourmi à Limoges le 20 mai 2009 et même le texte de la chanson pour qu'on puisse apprécier le caractère quelque peu décalé de la méthode "Vian".

Ce matin-là en me levant
J’avais bien mal aux dents
Oh oh la la
J’sors de chez moi
Et j’fonce en pleurant
Chez un nommé Durand, Mm, Mm
Qu’est dentiste de son état
Et qui pourra m’arranger ça

La salle d’attente est bourrée de gens
Et pendant que j’attends oh oh la la
Sur un brancard
Passe un mec tout blanc
Porté par deux mastards Mm Mm
Je m’lève déjà pour fout’ le camp
Mais l’infirmier dit: “Au suivant !”
Je suis debout devant le dentiste
Je lui fais un sourire de crétin
I’ m’pouss’ dans l’fauteuil et me crie: “En piste.”
Il a des tenailles à la main
Oh oh oh oh Maman
J’ai les guiboll’s en fromag’ blanc-anc
Avant même que j’ai pu faire ouf
Il m’fait déjà sauter trois dents

En moins d’un’ plombe mes pauvres molaires
Sont r’tournées dans leur tombe
Oh oh la la
Voilà qui m’plombe
Mes deux plus bell’s dents
Cell’s que j’ai par devant Mm Mm
I’ m’grill’ la gueul’ au chalumeau
Et il me file un grand verre d’eau
Il me dit faut régler votre dette
Je venais d’être payé la veille
Ce salaud me fauche tout mon oseille
Et me refile cinquante ball’ net
Oh oh oh oh Maman
Et il ajoute en rigolant
J’suis pas dentist’ je suis plombier
Entre voisins faut s’entr’ aider
Oh oh
Et moi je gueul’ ce soir
Le blouse du dentiste dans le noir



Lucien Lane

Lucien Lane - 26/8/2011 - 17:55



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org