Lingua   

Krieg dem Kriege

Linard Bardill


Lingua: Tedesco


Ti può interessare anche...

Rückkehr zur Natur
(Kurt Tucholsky)
Kyrie Eleison
(Linard Bardill)
La Guerre de Cent mille ans
(Marco Valdo M.I.)


Testo: poesia di Kurt Tucholsky [13.06.1919], pubblicata sotto lo pseudonimo di Theobald Tiger
Worte: Gedicht von Kurt Tucholsky [13.06.1919], veröffentlicht unter dem Decknamen von Theobald Tiger
Testo ripreso da questa pagina

Musica di Linard Bardill
dall'album di canzoni antimilitariste e contro la guerra Strampedemi:Lieder gegen den Krieg[1991]

La più famosa poesia contro la guerra di Kurt Tucholsky, che significativamente (e non casualmente: i due si conoscevano e militavano assieme nelle file dell'anarchismo tedesco) lo stesso titolo della raccolta fotografica di Ernst Friedrich contro gli orrori della guerra. Linard Bardill l'ha messa in musica nel 1991 ed eseguita nel suo album di canzoni contro la guerra.
Sie lagen vier Jahre im Schützengraben.
Zeit, große Zeit!
Sie froren und waren verlaust und haben
daheim eine Frau und zwei kleine Knaben,
weit, weit –!

Und keiner, der ihnen die Wahrheit sagt.
Und keiner, der aufzubegehren wagt.
Monat um Monat, Jahr um Jahr ...

Und wenn mal einer auf Urlaub war,
sah er zu Haus die dicken Bäuche.
Und es fraßen dort um sich wie eine Seuche
der Tanz, die Gier, das Schiebergeschäft.
Und die Horde alldeutscher Skribenten kläfft:
»Krieg! Krieg!
Großer Sieg!
Sieg in Albanien und Sieg in Flandern!«
Und es starben die andern, die andern, die andern ...

Sie sahen die Kameraden fallen.
Das war das Schicksal bei fast allen:
Verwundung, Qual wie ein Tier, und Tod.
Ein kleiner Fleck, schmutzigrot –
und man trug sie fort und scharrte sie ein.
Wer wird wohl der nächste sein?

Und ein Schrei von Millionen stieg auf zu den Sternen.
Werden die Menschen es niemals lernen?
Gibt es ein Ding, um das es sich lohnt?
Wer ist das, der da oben thront,
von oben bis unten bespickt mit Orden,
und nur immer befiehlt: Morden! Morden! –
Blut und zermalmte Knochen und Dreck ...
Und dann hieß es plötzlich, das Schiff sei leck.
Der Kapitän hat den Abschied genommen
und ist etwas plötzlich von dannen geschwommen.
Ratlos stehen die Feldgrauen da.
Für wen das alles? Pro patria?

Brüder! Brüder! Schließt die Reihn!
Brüder! das darf nicht wieder sein!
Geben sie uns den Vernichtungsfrieden,
ist das gleiche Los beschieden
unsern Söhnen und euern Enkeln.
Sollen die wieder blutrot besprenkeln
die Ackergräben, das grüne Gras?
Brüder! Pfeift den Burschen was!
Es darf und soll so nicht weitergehn.
Wir haben alle, alle gesehn,
wohin ein solcher Wahnsinn führt –

Das Feuer brannte, das sie geschürt.
Löscht es aus! Die Imperialisten,
die da drüben bei jenen nisten,
schenken uns wieder Nationalisten.
Und nach abermals zwanzig Jahren
kommen neue Kanonen gefahren. –
Das wäre kein Friede.
Das wäre Wahn.
Der alte Tanz auf dem alten Vulkan.
Du sollst nicht töten! hat einer gesagt.
Und die Menschheit hörts, und die Menschheit klagt.
Will das niemals anders werden?
Krieg dem Kriege!
Und Friede auf Erden.

inviata da Riccardo Venturi - 23/4/2006 - 11:42




Lingua: Italiano

Versione italiana di Riccardo Venturi
23 aprile 2006
GUERRA ALLA GUERRA

Siete stati quattro anni nelle trincee.
Tanto, tanto tempo!
Gelando fra i pidocchi, e avete,
a casa, una moglie e due bambini.
Via, via!

E nessuno che vi dica la verità.
Nessuno che osi ribellarsi.
Mese dopo mese, anno dopo anno...

E quando una volta uno era in licenza
vedeva, in patria, tutte quelle pance grasse
mangiare a strippapelle, ballare
e ostentare lusso, i trafficanti d’armi.
E l’orda dei pennivendoli pantedeschi strepita:
„Guerra! Guerra!
Grande vittoria!
Vittoria in Albania e vittoria nelle Fiandre!"
Tanto morivano gli altri, gli altri, gli altri...

Vedevano cadere i compagni.
Di quasi tutti era la sorte:
Ferite, penare come bestie e morte.
Una piccola macchia rossa sporca,
lo si portava via e lo si sotterrava.
Chi sarà il prossimo?

E il grido di milioni di persone saliva alle stelle.
Gli uomini non impareranno mai?
Esiste qualcosa per cui ne valga la pena?
E chi è quello che troneggia lassù
infarcito di decorazioni dalla testa ai piedi,
e che comanda sempre: Uccidere! Ammazzare! –
Sangue, ossa stritolate e merda...
Poi all’improvviso si disse che la nave faceva acqua.
Il capitano ha fatto i saluti
e poi se l’è filata a nuoto alla chetichella.
E i grigioverdi non seppero più che fare.
Per chi è stato tutto questo? Per la patria?

Fratelli! Fratelli! Serrate le fila!
Fratelli! Non deve accadere mai più!
Ci danno la pace dell’annientamento,
e lo stesso destino è deciso
per i nostri figli e per i vostri nipoti.
E ancora dovranno innaffiare di rosso sangue
i fossati dei campi e l’erba verde?

Fratelli! Dite qualcosa ai ragazzi!
Non deve, non può andare ancora così.
Lo abbiamo visto tutti, tutti quanti
dove porta una simile follia.

Ardeva il fuoco che vi incenerisce.
Spegnetelo! Gli imperialisti,
quelli che nidificano lassù in cima,
ci mandano ancora nazionalisti.
E ancora una volta, dopo vent’anni
eccoli tornare con nuovi cannoni.
Non sarebbe pace,
sarebbe una pazzia.
La vecchia danza sul vecchio vulcano.
Non uccidere!, ha detto uno.
E l’umanità lo ha sentito, l’umanità piange.
Non vorrà mai essere altrimenti?
Guerra alla guerra!
E pace sulla terra.

23/4/2006 - 13:14




Lingua: Danese

Danish translation
Krig mod Krigen

De lå fire år, der varede længe,
i skyttegravskrig.
Der var lus og utøj i soldaternes senge.
Der hjemme en kone og to små drenge.
Krig! Krig -!

Og sandheden om den har ingen sagt.
Soldaterne blev drevet ud med magt.
År efter år. For hvad? For hvem?

Når én fik orlov og rejste hjem,
så han folket fråde og troede næsten,
at hele landet var smittet af pesten,
hvor dansen om guldet var eneste mål.
Han hørte de stortyske digteres skrål
»Krig! Krig!
Sejr i krig!
Sejr overalt! Vi går sejren i møde!«
Og soldaterne døde, og døde, og døde ...

De så deres kammerater falde.
Det var skæbnen for næsten alle.
Forgiftet, stukket ihjel, og død.
Tilbage: en plet, smudsigrød -
De graver en grav og bærer ham ud.
Hvem blir ramt af det næste skud?
Millionernes råb steg til himlens sfære.

Vil menneskeheden da aldrig lære?
Hvad er det, der er al det værd?
Hvem er det, der befaler her?
Overklistret med masser af ordner,
Som råber: Mord! Mord! Og som truer og tordner!
Raser, som om forstanden er væk ...
Og så hed det pludslig, at skibet var læk.

Og skibets kaptajn tog afsked og flygted
af angst for den hævn, han længe har frygtet.
Rådløse stod de feltgrå og sa:
»Hvad sloges vi for? Pro patria?«

Drenge, piger, kvinder og mænd!
Den slags må aldrig ske igen!
Skal deres vilkår bestemme freden,
så spirer hadet og hæsligheden!
Og vores sønner og sønnesønner
blir slået ihjel, imens de stønner,
når der igen blir løsnet skud!
Brødre! Smid de forbrydere ud!
Nu skal det endelig være forbi.
For vi har set, hvad der sker i en krig,
når vanviddet får os i sin magt -

Så brænder bålet, som de har lagt.
Sluk det før krigsgale idioter
med imperialistiske rovdyrpoter
atter skaffer os hadpatrioter.
For så får vi krig om tyve år
med nye kanoner og slagtefår,
Det er ikke fred,
men en vanvittig plan.
Den gamle dans på den gamle vulkan.
Du må ikke dræbe, har én sagt engang.
Kan det ikke standse den blodige trang!
Skal vi forgå i jamren og smerten?
Nej! Krig mod krigen!
Og fred i verden!
Tekst: Theobald Tiger.

inviata da Holger Terp - 1/3/2010 - 21:23




Lingua: Francese

Version française - GUERRE À LA GUERRE – Marco Valdo M.I. – 2011
Chanson allemande - Krieg dem Kriege – Linard Bardill – Texte de Theobald Tiger, alias Kurt Tucholsky – 13-06-1919
d'après la version italienne de Riccardo Venturi

Le plus fameux poème contre la guerre de Kurt Tucholsky, qui volontairement (et pas par hasard, les deux se connaissaient et militèrent ensemble dans les rangs de l'anarchisme allemand), porte le même titre que la collection photographique de Ernst Friedrich contre les horreurs de la guerre.
Linard Bardill l'a mise en musique en 1991 et chantée dans son album contre la guerre.
GUERRE À LA GUERRE

Dans les tranchées, vous fûtes quatre ans
Du temps, tant de temps !
Vous eûtes des poux , froid et faim
Et chez vous, une femme et deux enfants
Loin ! Loin !
Et personne pour vous dire la vérité
Personne pour oser la rébellion
Mois après mois, année après année.
Et quand on était en permission
On voyait à l'arrière ces grosses panses
Se rouler dans la goinfrerie et la danse
Et suer le marché noir et la cupidité.
Et la horde des écrivassiers panallemands gueuler :
« Guerre ! Guerre !
Grande Victoire !
Victoire en Albanie et victoire en Flandres »

Et meurent les autres, les autres, les autres !
Devant, les camarades s'effondrent
Pour presque tous, c'était le sort
Blessure, souffrance de bête, mort.
Une petite tache, rouge sale
Et on t'emporte et on t'enterre
Mais qui donc sera le prochain ?
Et le cri des millions monte aux étoiles.
Les hommes apprendront-ils enfin ?
Y a-t-il une chose qui vaille la peine ?
Qui est là qui là en haut trône
Du haut en bas constellé d'Ordres
Et qui toujours commande : Tuez ! Tuez !
Sang et os broyés et pourriture...
Et alors, d'un coup, on dit que le bateau a coulé
Le capitaine a fait ses bagages
Et subitement est parti à la nage
Et les troufions restent là indécis
Pour qui tout cela ? Pour la patrie ?

Frère ! Serre le rang ! Serre !
Frère ! Cela ne doit plus jamais se produire !
On nous donne la paix du néant
Est-ce le même destin qui attend
Nos fils et nos petits-enfants ?
Répandra-t-on à nouveau le sang
Dans les fossés et sur le vert des champs ?
Frère ! Siffle quelque chose aux gars
Cela ne doit, cela ne peut continuer comme ça
Nous avons tous, tous vu
Dans quoi une telle folie nous a foutu.

Le feu brûle qu'on a attisé
Qu'on l'éteigne ! Les Impérialistes
Qui nichent entre eux là de l'autre côté
Nous offrent à nouveau des Nationalistes !
Et une nouvelle fois après vingt ans
Ramènent leurs nouveaux canons
Ce ne sera pas la paix,
Ce serait de la folie.
La vieille danse sur le vieux volcan.
Tu ne dois pas tuer ! A dit quelqu'un.
Et l'humanité entend, et l'humanité se lamente.
Y aura-t-il jamais autre chose ?
Guerre à la guerre !
Et paix sur la terre.

inviata da Marco Valdo M.I. - 20/1/2011 - 20:01




Lingua: Francese

Version française – GUERRE À LA GUERRE – Marco Valdo M.I. – 2011
Chanson allemande – Krieg dem Kriege – Texte de Theobald Tiger, alias Kurt Tucholsky – 13-06-1919


Photographie de Ernst Friedrich
Photographie de Ernst Friedrich


Le plus fameux poème contre la guerre de Kurt Tucholsky, qui volontairement (et pas par hasard, les deux se connaissaient et militèrent ensemble dans les rangs de l’anarchisme allemand), porte le même titre que la collection photographique de Ernst Friedrich contre les horreurs de la guerre.

« Guerre à la Guerre ! » est un titre des plus nets, des plus explicites qui soit, un cri que Theobald Tiger, alias Kurt Tucholsky lance en 1919. On l’a entendu depuis à de multiples occasions et il servira encore à l’édification des enfants et des jeunes de tous les pays.

Et ce serait une bonne chose, dit Lucien l’âne sentencieusement. Ç calmerait peut-être les ardeurs de certains ou mieux encore, les conduirait à penser le monde en des termes moins bellicistes.

Oui, un cri si généreux parle au cœur de l’humaine nation. Cependant, derrière ce presque-unanimisme pacifiste, il y a souvent une sorte de naïveté optimiste qu’il faut mettre en garde contre les retours de flammes. C’est le sens de la chanson de Theobald Tiger, alias Kurt Tucholsky ; elle est d’une lucidité décapante et en même temps, c’est un formidable appel à la volonté à la fois, individuelle (essentielle, celle-là) et collective de vraiment mettre fin à la guerre.

De quelle lucidité peut-il bien s’agir ? Comment peut-elle s’exprimer dans un contexte aussi nettement utopique ?

Reprenons : Theobald Tiger, alias Kurt Tucholsky, est évidemment d’accord pour promouvoir cette idée de Guerre à la Guerre et il le fait, mais l’autre versant de l’histoire ne lui échappe pas, celui de la réalité allemande de son temps, de 1919.
En quelques mots, l’Allemagne impériale vient de s’écrouler, la révolution qui l’a emportée s’est quasiment dissoute et va l’être plus encore, écrasée par ceux qui auraient dû être ses propres partisans et qui se proclamaient tels : les sociaux-démocrates.

Parallèlement à ça, les partisans de l’ancien régime, qui n’ont digéré ni l’effondrement de l’Empire, ni la révolution, ni la reddition militaire relèvent la tête et organisent un coup d’État permanent, un inextricable chaos afin de déstabiliser le nouvel État républicain. Pr parenthèse, ils finiront pas y passer aussi, mais plus tard. Et Theobald Tiger, alias Kurt Tucholsky, pressent – et c’est très perceptible dans la chanson – où tout cela va mener l’Allemagne. Les maîtres d’hier et jusqu’à leurs cadres subalternes sont restés en place ; ils sont partout dans le nouvel État républicain, qu’ils n’ont de cesse de détruire. C’est toute l’aventure de la République de Weimar. En somme, comme ce sera également le cas plus tard au sortir de la guerre suivante en Allemagne, mais aussi en Italie ou en France, il n’y a pas eu d’épuration, justement, car on voulait la paix et l’ordre (surtout l’ordre, d’ailleurs !), mais un ordre qui ferait barrage à tout renversement de l’ordre établi. Il y avait derrière tout ça, la grande crainte de voir finalement naître une république républicaine et antimonarchiste, qui prendrait à revers les maîtres d’hier, les héritiers de la Prusse de Bismarck et saperait les bases de leurs privilèges.

Ce Guerre à la guerre ! De Theobald Tiger, alias Kurt Tucholsky, est un chant assez désespéré, un appel à faire barrage à la démence militariste renaissante, mais au fond il sait déjà ce qu’il en sera. C’est un peu une « vox clamans in deserto », un chant de Cassandre et cette sinistre prédiction sous-jacente à son propos va effectivement se réaliser et pire encore que ce qu’il craignait. Kurt Tucholsky, alias Theobald Tiger, finira une quinzaine d’années plus tard par se suicider d’épuisement et de désespoir.

Moi, dit Lucien l’âne pensif, pour conclure, je resituerais cette chanson et les perspectives qu’elle évoque dans le cadre de la Guerre de Cent Mille Ans La Guerre de Cent mille ans que les riches et les puissants font contre les pauvres afin de conserver leur pouvoir et leurs richesses, d’assurer et d’étendre leur domination, d’accroître leurs privilèges, de renforcer l’exploitation et de multiplier leurs profits. Ainsi conçue, la Guerre à la guerre a un but très clair et ne pourra aboutir que du jour où les humains auront définitivement et volontairement abandonné leur penchant à l’avidité, leur goût de l’arrogance et leur attrait pour l’ambition. Évidemment, c’est là un programme apparemment des plus irréalistes, mais c’est le seul possible. Alors pour y contribuer dès maintenant, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde belliqueux, ambitieux, avide, envieux, fat et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
GUERRE À LA GUERRE

Dans les tranchées, vous avez été quatre ans
Du temps, tant de temps !
Vous avez eu des poux, froid et faim
Et chez vous, une femme et deux enfants,
Loin ! Loin !
Et personne pour vous dire la vérité,
Personne pour oser la rébellion,
Mois après mois, année après année.
Et quand on était en permission
On voyait à l’arrière ces grosses panses
Se rouler dans la goinfrerie et la danse
Et suer le marché noir et la cupidité.
Et la horde des écrivassiers panallemands gueuler :
« Guerre ! Guerre !
Grande Victoire !
Victoire en Albanie et victoire en Flandres »

Et meurent les autres, les autres, les autres !
Devant, les camarades s’effondrent
Pour presque tous, c’était le sort
Blessure, souffrance de bête, mort.
Une petite tache, rouge sale
Et on t’emporte et on t’enterre
Mais qui donc sera le prochain ?
Et le cri des millions monte aux étoiles.
Les hommes apprendront-ils enfin ?
Y a-t-il une chose qui vaille la peine ?
Qui est là qui là en haut trône
Du haut en bas constellé d’Ordres
Et qui toujours commande : Tuez ! Tuez !
Sang et os broyés et pourriture...
Et alors, d’un coup, on dit que le bateau a coulé
Le capitaine a fait ses bagages
Et subitement est parti à la nage
Et les troufions restent là indécis
Pour qui tout cela ? Pour la patrie ?

Frère ! Serre le rang ! Serre !
Frère ! Cela ne doit plus jamais se produire !
On nous donne la paix du néant
Est-ce le même destin qui attend
Nos fils et nos petits-enfants ?
Répandra-t-on à nouveau le sang
Dans les fossés et sur le vert des champs ?
Frère ! Souffle quelque chose aux gars,
Cela ne doit, cela ne peut continuer comme ça.
Nous avons tous, tous vu
Dans quoi une telle folie nous a foutu.

Le feu brûle qu’on a attisé
Qu’on l’éteigne ! Les Impérialistes
Qui nichent entre eux là de l’autre côté
Nous offrent à nouveau des Nationalistes !
Et une nouvelle fois après vingt ans
Ramènent leurs nouveaux canons maintenant.
Ce n’était pas la paix des braves,
C’était de la démence
Sur le vieux volcan, la vieille danse.
Il ne faut pas tuer ! A dit un sage.
Et l’humanité entend, et l’humanité se lamente.
Y aura-t-il jamais autre chose ?
Guerre à la guerre !
Et paix sur toute la Terre !

inviata da Marco Valdo M.I. - 14/4/2016 - 22:14


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org