Lingua   

Évangéline

Michel Conte


Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Réveille
(Zachary Richard)


ÉVANGELINE 2003

Chanson acadienne – Michel Conte – 2003



Évangéline est une chanson qui fait vibrer une corde sensible chez les Acadiens. C'est une histoire d'exil, d'espoir et d'amour reprise par les plus grandes voix d'Acadie, dont Marie-Jo Thériault, Rose-Marie Landry, Isabelle Roy et Annie Blanchard.

La chanson conte la déportation réellement vécue du peuple acadien, en 1755, de leur Acadie natale, du village de Grand-Pré (Nouvelle-Écosse), et, plus précisément,  cela conte l'histoire d'une Acadienne, Évangéline, qui a recherché toute sa vie, par la suite, son grand Amour, son fiancé, Gabriel, et ce n'est qu'à la fin, alors qu'elle soignait des malades dans un centre, elle retrouve Gabriel et le reconnaît, malade, juste avant qu'il ne meure, dans ses bras.

La chanson – un peu mélodramatique – commence avec Évangéline dans les bras de Gabriel et finit avec Gabriel mourant dans les bras d'Évangéline.
Toi dans les bras de Gabriel
Il faisait beau, c'était dimanche
Les cloches allaient bientôt sonner
Et tu allais te marier
Dans ta première robe blanche
L'automne était bien commencé
Les troupeaux étaient tous rentrés
Et parties toutes les sarcelles
Et le soir au son du violon
Les filles et surtout les garçons
T'auraient dit que tu étais belle
Évangéline, Évangéline

Mais les Anglais sont arrivés
Dans l'église, ils ont enfermé
Tous les hommes de ton village
Et les femmes ont dû passer
Avec les enfants qui pleuraient
Toute la nuit sur le rivage
Au matin, ils ont embarqué
Gabriel sur un grand voilier
Sans un adieu, sans un sourire
Et toute seule sur le quai
Tu as essayé de prier
Mais tu n'avais plus rien à dire
Évangéline, Évangéline

Alors pendant plus de vingt ans
Tu as recherché ton amant
À travers toute l'Amérique
Dans les plaines et les vallons
Chaque vent murmurait son nom
Comme la plus jolie musique
Même si ton cœur était mort
Ton amour grandissait plus fort
Dans le souvenir et l'absence
Il était toutes tes pensées
Et chaque jour il fleurissait
Dans le grand jardin du silence
Évangéline, Évangéline

Tu vécus dans le seul désir
De soulager et de guérir
Ceux qui souffraient plus que toi-même
Tu appris qu'au bout des chagrins
On trouve toujours un chemin
Qui mène à celui qui nous aime
Ainsi un dimanche matin
Tu entendis dans le lointain
Les carillons de ton village
Et soudain alors tu compris
Que tes épreuves étaient finies
Ainsi que le très long voyage
Évangéline, Évangéline

Devant toi était étendu
Sur un grabat, un inconnu,
Un vieillard mourant de faiblesse
Dans la lumière du matin
Son visage sembla soudain
Prendre les traits de sa jeunesse
Gabriel mourut dans tes bras
Sur sa bouche tu déposas
Un baiser long comme ta vie
Il faut avoir beaucoup aimé
Pour pouvoir encore trouver
La force de dire merci
Évangéline, Évangéline

Il existe encore aujourd'hui
Des gens qui vivent dans ton pays
Et qui de ton nom se souviennent
Car l'océan parle de toi
Les vents du sud portent ta voix
De la forêt jusqu'à la plaine
Ton nom c'est plus que l'Acadie
Plus que l'espoir d'une patrie
Ton nom dépasse les frontières
Ton nom, c'est le nom de tous ceux
Qui, malgré qu'ils soient malheureux
Croient en l'amour et qui espèrent
Évangéline, Évangéline
Évangéline, Évangéline

inviata da Marco Valdo M.I. - 5/12/2010 - 14:44


Un petit film en chanson "2vangéline" sur la déportation des Acadiens en 1755.



Cordial
Lucien Lane

Marco Valdo M.I. - 29/1/2012 - 11:14



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org