Lingua   

Σωματική ανάγκη (Μια στιγμή ειρήνης)

Dionysis Savvopoulos / Διονύσης Σαββόπουλος




Ti può interessare anche...

Τα παράλογα
(Manos Hatzidakis / Μάνος Χατζιδάκις)
Le cinque anatre
(Francesco Guccini)
Παράγκα
(Dionysis Savvopoulos / Διονύσης Σαββόπουλος)


[1988]
Στίχοι: Διονύσης Σαββόπουλος
Μουσική: Διονύσης Σαββόπουλος
Πρώτη εκτέλεση: Διονύσης Σαββόπουλος
Απó: "Ο κ. Σαββόπουλος ευχαριστεί τον κ. Χατζιδάκι και θα'ρθη οπωσδήποτε"
Testo di Dionysis Savvopoulos
Musica di Dionysis Savvopoulos
Primo interprete: Dionysis Savvopoulos
Da: "Ο κ. Σαββόπουλος ευχαριστεί τον κ. Χατζιδάκι και θα'ρθη οπωσδήποτε"
("Il sig. Savvopoulos ringrazia il sig. Hatzidakis e verrà senz'altro")


cacca"Per caso mi sono imbattuto in questa canzone di Savvopoulos. E' un musicista che non conosco bene; né sapevo molto di un suo conflitto con Manos Hatzidakis (del quale però canta una canzone, il "Cavallo di Omer Vrionis" in "Ta Paraloga"). Vagamente so che era sempre incavolato con gli altri musicisti, che lo sovrastavano in fortuna popolare.
Ma mi diverte vedere qui come descrive lo scoppio della pace: le cui vie evidentemente sono infinite. Sembrerà una cosa un po' volgare, non lo nego: ma che la guerra sia vissuta come un escremento che portiamo in corpo, di cui facciamo male a non liberarci, beh, non è un'idea spiacevole. Anche le vie della guerra, però, sono infinite: mi viene in mente una novella del Sacchetti (non sto a cercarne il numero) nella quale si narra di come un'intera cittadina delle vostre in Toscana andasse "a romore" e scoppiasse un conflitto intestino, perché in pieno mercato un vecchio corvo era andato a curiosare col becco (e si dice, infatti, "mettere il becco") nel buco del culo di un mulo grande e tiglioso. Si rovesciarono tutti i banchi delle mercanzie; e le varie corporazioni corsero alle armi temendo che fosse un assalto delle rivali."

Così il nostro Gian Piero Testa. Per quel che mi riguarda, invece, trovo questa canzone tutt'altro che "volgare", oppure volgare sì, ma in quel modo elegantissimamente popolare che è L'inno del corpo sciolto di Roberto Benigni (per non dire di Luca Cava, autentico nume della mitologia popolare toscana); e bene ha fatto GPT a citare il toscano Sacchetti, perché noi toscani abbiamo con la merda un rapporto del tutto particolare, anzi unico. Una canzone, questa greca di Savvopoulos, che riesce anche a fare il paio con quella di un altro toscano, Lello Vitello, La Pierina voleva pisciare: se nella canzone di Lello, ispirata da un fatto autentico, una pisciata scatena la guerra, qui è invece una cacata che scatena la pace. Parafrasando il grande Tommaso da Kempis (o Thomas à Kempis), così come citato da Umberto Eco nel Nome della Rosa: In omnibus requiem quaesivi, et nusquam inveni nisi in latrina cum libro. L'originale diceva in angulo, ma quale angolo migliore del cesso può esservi per trovare la pace con un bel libro? Una risposta indiretta anche a Francesco Guccini, che nella sua "Avvelenata" dichiarava stizzito di non avere "un suo momento" neanche dentro al cesso...cosa assolutamente tragica! [RV]
Πολεμούσαμε απ' το βράδυ ως το πρωί - τατζούμ παπατζούμ
Από 'δω εμείς από κει και οι εχθροί

Κι ούτε νερό - εν δυο
Ούτε ψωμί - τρία τέσσερα
Κι ούτε νερό, ούτε ψωμί ούτε φαϊ
Βασιλιάς πατρίς θρησκεία μας οδηγεί
Πλημμύρισε από αίμα όλη η γη

Να όμως που το άλλο βράδυ φτάνει
Αρκετοί είναι οι εχθροί
Μας σφίγγει μια σωματική ανάγκη
Δεν παίρνει αναβολή

Τα όπλα παρατάμε
Και πίσω από τα δέντρα πάμε
Το ίδιο κι οι εχθροί
Κι ακολουθούν κι οι αξιωματικοί

Τώρα όλα πήγανε στο βρόντο
Πατρίς θρησκεία βασιλιάς
Κι έμεινε ο κυρ Πόλεμος στον τόπο
Σαν απόπληκτος μπαμπάς

Έγινε ειρήνη για λόγους "ανωτέρας βίας"
Ας κράταγε, αλήθεια, για όλη τη μικρή ζωή μας.

inviata da CCG/AWS Staff - Ελληνικό Τμήμα - 5/2/2010 - 20:25




Lingua: Italiano

Gian Piero Testa.
Gian Piero Testa.

Versione italiana di Gian Piero Testa [2010]

"Pisciare è un nostro diritto"
"Pisciare è un nostro diritto"
BISOGNO CORPORALE (UN ATTIMO DI PACE)

Combattemmo dalla sera alla mattina – papparappà zum zum
Di qua noi e di là i nemici

E niente acqua – uno o due
Niente pane – tre o quattro
E niente acqua, niente pane niente da mangiare
Re patria religione ci conducono
Di sangue s’inondò la terra intiera

Ecco però che arriva un altra sera
I nemici sono in buon numero
Ci preme un bisogno corporale
Non ci dà tregua

Deponiamo le armi
E andiamo dietro gli alberi
Sempre nemici
E ci vengono dietro anche gli ufficiali

Ora tutto è finito in un brontolio
Patria religione e re
E rimase sul posto sora Guerra
Come una vecchia con lo sturbo

Venne la pace per causa “di necessità maggiore”
E durasse, davvero, per tutta la nostra piccola vita.

5/2/2010 - 20:42




Lingua: Francese

Version française – UN MOMENT DE PAIX – Marco Valdo M.I. – 2010
d'après la version italienne BISOGNO CORPORALE (UN ATTIMO DI PACE) de Gian Piero Testa [2010] d'une Chanson grecque Σωματική ανάγκη (Μια στιγμή ειρήνης) de Dionysis Savvopoulos / Διονύσης Σαββόπουλος – 1988

"Je suis tombé par hasard sur cette chanson de Dionysis Savvopoulos / Διονύσης Σαββόπουλος. C'est un musicien que je ne connais pas bien …
Et je me suis diverti à voir comment il décrit le but de la paix, dont les voies sont infinies. Cela semblera une chose un peu vulgaire, je ne le nie pas. Mais que la guerre soit vue comme un excrément que nous portons dans le corps, dont nous avons du mal à nous libérer, eh bien, ce n'est pas une idée déplaisante. Même si, pour sûr, les voies de la guerre sont infinies. Il me vient en tête une nouvelle de Sacchetti... dans laquelle on raconte comment une petite ville entière de votre Toscane se mit en alarme et éclata un conflit en son sein, car en plein marché un vieux corbeau était aller fouiner de son bec ( et il dit, en fait, « mettre son bec ») dans le trou du cul d'un grand mulet teigneux. Il se renversa tous les étals des marchands; et les différentes corporations coururent aux armes en craignant une attaque de leurs rivaux."

Ainsi raconte notre Gian Piero Testa. Pour ce qui me regarde, par contre, je trouve cette chanson pas du tout « vulgaire », ou alors vulgaire , mais de cette façon très élégamment populaire de « L'hymne du corps libéré Faites caca, pas la guerre ! » de Roberto Benigni; et il a bien fait GPT (c'est cas... cas de le dire NDT) de citer le Toscan Sacchetti, car nous autres Toscans avons avec la merde un rapport particulier, carrément unique. Une chanson grecque de Savvopoulos, qui pourrait même faire la paire avec celle d'un autre Toscan, Lello Vitello. Vu sous un autre angle, Riccardo Venturi le connaît vraiment bien, La Pierina voleva pisciare; si dans la chanson de Lello, inspirée d'un fait authentique, une pisse déclenche la guerre, ici par contre c'est une cacade qui déclenche la paix. Paraphrasant le grand Thomas à Kempis, tel qu'il est cité par Umberto Eco dans Le Nom de la Rose : In omnibus requiem quaesivi, et nusquam inveni nisi in latrina cum libro. L'original disait in angulo (dans un coin) , mais quel coin meilleur que les chiottes pour trouver la paix avec un bon livre ? Une réponse indirecte à Francesco Guccini qui dans son «  Avvelenata », déclarait agacé qu'il ne pouvait avoir « un moment à soi », même aux chiottes... ce qui est absolument tragique. [RV]

Ah ! Ah ! , Lucien l'âne mon ami, as-tu vu ce qui arrive sur ce marché de Toscane ? Culotté ce vieux corbeau... Enfin, on trouve son bonheur où on peut ...

Oui, Marco Valdo M.I. mon ami, je connais cette nouvelle de Franco Sacchetti que j'avais d'ailleurs croisé sur un marché près de Florence vers 1370 et qui me l'avait lui-même racontée – un peu comme toi, en riant avec un soupçon d'ironie dans la voix... Mais, je vois ton sourire en coin et tes yeux qui pétillent... Il est bien dit que c'était un mulet grand et teigneux... et puis, je ne me laisse pas approcher de ce côté-là; souviens-toi de ma devise, qui est celle de tous les ânes : « Ni la carotte par devant, ni le bâton par derrière ». Va voir à ce sujet ma chanson: Nous, les ânes. Pour le reste, tissons le linceul de ce vieux monde décrépit et cacochyme. Ora e Sempre : Resistenza !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

P.S. pour gpt et rv (pas de majusCULes entre nous) : Nous avons fait du mieux qu'on a pu et voici ce qu'il en est sorti.
UN MOMENT DE PAIX

On a combattu du soir au matin – taratata boum boum
Nous par ci et par là l'ennemi

Et pas d'eau – un ou deux
Pas de pain – trois ou quatre
Et voici qu'arrive une autre soirée
Les ennemis sont en nombre
Soudain, nous avons besoin
Il n' y a pas de trêve

Nous déposons les armes
Et nous allons derrière les arbres
Toujours ennemis
Et les officiers aussi nous suivent

Maintenant tout est fini dans un gargouillis
Roi, religion et Patrie
Et reste seule sœur Guerre
Comme une vieille avec un dérangement

Vienne la paix pour cause de « force majeure »
Et qu'elle dure, pour sûr, toute notre petite vie.

inviata da Marco Valdo M.I. - 7/2/2010 - 22:13



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org