Lingua   

Crapoeuf

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Voilà le porc
Celui-ci l'a tué
Celui-ci lui a brûlé les soies
Celui-ci l'a mangé
Celui-là a été oublié.
L'enfance est muette
Elle ne sait à qui parler.
Parler est miraculeux.
Parler vraiment, s'entend
Ce qui compte,
Ce sont ces mois,
Où chaque instant est un siècle,
Où les choses s'inventent.
La parole ou la peinture signifiantes
Changent le monde,
Libèrent des limites
De la mort et du temps.
Ne pensez pas que je préfère la pénombre confuse,
Le monde des innocents et des âmes mortes
Je connais le poids de pierre des mots
Et la lumière resplendissante.
Une cantilène de mon enfance disait, à peu près, ceci :
"Il était une fois un œuf, ovillon, crapoeuf,
Mais ensuite vinrent les maîtres et les valets
Qui mangèrent l'œuf, ovillon, crapoeuf,
Le détruisirent et l'anéantirent".
Les maîtres rongent, dévorent,
Et détruisent la vie.
C'est le monde du marché,
Où avec le mètre et la balance,
Tout est vendu et acheté.
Comptine des mères et des nourrices,
Avec une cuillère pleine de jaune d'œuf.
Chez l'enfant, la répulsion
Tourne en admiration
Il casse l'œuf, le mange
Et devient valet,
Du grand et du petit monde.
L'enfant,
Dans un paysage calciné
De coquilles vides et d'os de seiche
Subit le règne des maîtres.
Voilà l'œuf
Celui-ci l'a cassé
Celui-ci lui a ôté la coquille
Celui-ci l'a mangé.
Celui-là a refusé,
Il a gardé sa liberté.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org