Lingua   

Au bistro du coin ( la danse des chômeurs)

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

So what
(Franz-Josef Degenhardt)
Le Tambour et mon grand Amour, Nosferatu le Vampire
(Marco Valdo M.I.)
Eleven Cent Cotton, Forty Cent Meat
(Bob Miller)


Au bistro du coin
ou la danse des chômeurs

Chansonchôme wallonne de langue française – Marco Valdo M.I. – 2010
Parodie de « La Danse des Canards » de Werner Thomas et Tony Rendall – 1980




Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! …, s'écrie Lucien l'âne en se roulant par terre avec (forcément) ses quatre pieds dressés vers le ciel et découvrant ainsi un très joli pelage ventral et certain attribut dont la nature généreuse l'a doté... Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! …

Lucien mon ami l'âne si bien doté, dit Marco Valdo M.I. qui tente de calmer ce fou-rire tonitruant, je t'en prie arrête... Je sais qu'il y a de quoi rire tellement cette histoire de canards est stupide, mais enfin, c'est une scie inusable et internationale de surcroît. Sais-tu au moins que cette Danse des Canards a été écrite en allemand et par un Suisse encore bien sous le titre de « Der Vogeltanz ». Cela dit, en long , en large et en travers, je te l'accorde, c'est une immense connerie, mais précisément, en l'occurrence, c'est ce qui fait tout son intérêt. Car, je te rappelle que pour faire une parodie, il faut une scie que le maximum de gens connaissent et je t'assure qu'il y en a beaucoup qui la connaissent... Je dirais même que c'est un succès monstrueux, mais enfin, tu sais comme moi que dans cet univers médiatique, la connerie est reine tous les jours.

Oui, je le conçois bien, dit Lucien l'âne en se redressant et en retrouvant son calme. Mais quel est donc le vrai thème de ta chansonchôme... Je sais déjà qu'elle parle du chômage et des chômeurs...

Son vrai thème, c'est çà; ce sont les chômeurs, leur désespérance, le vide de leurs jours, le silence angoissé de leurs nuits... leur vie quotidienne. La vie quotidienne d'une grande partie d'entre eux, à tout le moins :
la danse des chômeurs
C'est d'aller tous les matins
Au bistro du coin
(Jusqu'à la fin)

Et qui pour certains d'entre eux se termine abruptement « à la fin ». Vois-tu, on ne parle jamais de çà, du suicide des chômeurs...
Ceci dit, j'en ai refait une chansonchôme pour accueillir les millions de nouveaux chômeurs qui vont arriver cette année 2010 sur le « marché de l'emploi (qui n'existe pas) ».

Je vois, je vois..., dit l'âne soudain plus sérieux. L'année qui vient est assez peu enthousiasmante... Ça va nous changer du triomphalisme habituel, quasiment soviétique de la croissance à deux chiffres et autres fariboles libérales.

Cela dit, cette chansonchôme est un constat, une photographie. Elle prend note, elle décrit, elle creuse dans l'écume des jours; mais crois-moi, je sens en elle comme une tempête en profondeur...

On en reparlera, dit Lucien l'âne. En attendant, retournons tisser le linceul de ce vieux monde cacochyme et déliquescent.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
C'est la danse des chômeurs
Qui se lèvent de bonne humeur
Et prennent le café le matin
Au bistro du coin
Ils s'appuient au comptoir
Ils boivent et ils se marrent
En se racontant les potins
Au bistro du coin

Ils ont conduit les enfants
Ils parlent des nouvelles et du temps
Ils se disputent pour des riens
Au bistro du coin
Alors, ils boivent un coup
En pensant au temps où
Ils avaient des sous


C'est ma tournée, c'est la fête
J'offre encore un coup
Pour pas qu'on s'embête
On n'est pas des marionnettes
Même si on fait les fous...

C'est la danse des chômeurs
À la dérive sur les trottoirs
Ils foncent dans le noir
Car ils sont en retard
Au contrôle du matin
Puis, les jeunes et les anciens
Prennent un petit noir
au bistro du coin
Ils lisent un peu les journaux
Avant de s'en aller tantôt
Se présenter pour un boulot
Qu'ils n'auront pas
Il y a longtemps qu'ils ont compris
Que ce sera toujours ainsi
Alors, ils vont tous les matins
Au bistro du coin

C'est ma tournée, c'est la fête
J'offre encore un coup
Pour pas qu'on s'embête
On n'est pas des marionnettes
Même si on est dans le trou...

C'est la danse des chômeurs
Qui se lèvent de bonne humeur
Et prennent le café le matin
Au bistro du coin
Ils ont conduit les enfants
Ils parlent des nouvelles et du temps
Ils se disputent pour des riens
Au bistro du coin
C'est la danse des chômeurs
Ceux qu'on a mis au rancart
Qu'on jette hors de l'histoire
Ceux qu'on pousse au trou
Certains en deviennent fous
C'est atroce et c'est pareil partout
Et si vous voulez des sous
Activez-vous...

C'est ma tournée, c'est la fête
J'offre encore un coup
Pour pas qu'on s'embête
On n'est pas des marionnettes
Même si on est dans le trou...


C'est la danse des chômeurs
Qui se racontent leurs malheurs
Et prennent le café le matin
Au bistro du coin
Ils s'appuient au comptoir
Ils boivent et ils se marrent
En se racontant les potins
Au bistro du coin
C'est la danse des chômeurs
Qui en ont marre du malheur
Qui les désespère et leur fait peur
Et qui fout leur vie en l'air
Du soir au matin
C'est la danse des chômeurs
C'est d'aller tous les matins
Au bistro du coin
(Jusqu'à la fin)

inviata da m - 3/1/2010 - 00:14


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org