Lingua   

Attento, Colonnello!

Dario Fo


Lingua: Italiano


Ti può interessare anche...

Canzone dei padri
(Dario Fo)
Ogni giorno all'alba
(Dario Fo)
La G.A.P.
(Dario Fo)


[1973]
Testo e musica di Dario Fo
Dallo spettacolo "Guerra di popolo in Cile"

Guerra di popolo in Cile
Colonnello, poi non ti lamentare
per il fatto che mi hai fatto imparare a sparare
mi hai insegnato che cos'è un otturatore
come si mette un caricatore, fare pum! pum!
attento a te!
colonnello, tu mi dici che dovrò sparare
contro il mio nemico ed ammazzarlo
ma chi è il nemico per un proletario
ti sei dimenticato di pensarlo.
Attento a te!
colonnello, tu mi dici che dovrò sparare
imparare a sparare, mi hai insegnato
cos'è un otturatore,
come si mette un caricatore, e fare pum! pum! badababum!
Attento a te!
colonnello, dovresti studiare di più
studiare la storia, imparartela a memoria
la storia di quello che è successo nel '19 a Torino
e a Milano, quando gli operai hanno preso le fabbriche
col fucile in mano,
e gli avete mandato contro i soldati
con l'ordine che gli operai fossero arrestati,
e invece quelli agli operai si sono uniti,
hanno distribuito i fucili
e contro ai carabinieri e ai fascisti hanno sparato
attento a te, colonnello!
E chi ha sparato nella rivoluzione bolscevica
ad indovinarlo non devi far fatica
e nella rivoluzione rossa dei cinesi
chi ha sparato contro le truppe dei borghesi
erano contadini, erano proletari
che avevano fatto il militare
nell'esercito regolare.
Attento a te, colonnello!
dovresti studiare di più
e poi non ti lamentare per il fatto che
m'hai fatto imparare a sparare
Attento a te! badababum!

inviata da Riccardo Venturi - 11/6/2005 - 11:12



Lingua: Francese

Version française – ATTENTION, COLONEL  ! – Marco Valdo M.I. – 2017
Chanson italienne – Attento, Colonnello ! – Dario Fo – 1973
Texte et musique : Dario Fo

Crear Poder Popular


Ces derniers temps, souviens-toi Lucien l’âne mon ami, on avait rencontré deux chansons qui mettaient en scène un colonel. Enfin, ce n’était pas à chaque fois le même colonel, mais – disons-le ainsi – la figure, la silhouette, le personnage du colonel nous était apparu.

Pour sûr que je m’en rappelle, rétorque Lucien l’âne en riant. Il y avait La Chanson du Colonel et La Chanson du Colonel (et du régiment au couvent), qui m’avait bien fait rire.

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, j’en ai trouvé une encore, mais en italien, cette fois. J’en ai donc établi une version française. Le titre italien « Attento, Colonnello  ! » est facile à comprendre ; il signifie « Attention, colonel  ! » ; elle a cependant une caractéristique un peu particulière, que je m’en vais t’expliquer. Il te souviendra que La Chanson du Colonel (et du régiment au couvent), qui t’a tant faire rire, était tirée d’une opérette du XIXième siècle – La Femme à Papa, un titre qui donne à comprendre le genre léger auquel elle se rattache ; un genre d’autant plus prisé en ce temps-là du fait qu’il n’y avait pas encore de comédies musicales ou de films du même genre que l’on peut voir à présent.

En effet, dit Lucien l’âne ; mais encore.

Celle-ci – « Attento, colonnello ! » – est tirée d’un spectacle de Dario Fo, intitulé Guerra di popolo in Cile – Guerre du peuple au Chili ; spectacle qui date de 1973, année historique pur le Chili, où une révolution (relativement) tranquille était en cours et donnait les plus grandes espérances au peuple, jusqu’au moment – le 11 septembre où tout fut détruit par un coup d’État militaire. La suite fut sanglante et Pinochet s’installa au pouvoir dans le feu et dans le sang.
Ce qui m’amène à parler du spectacle théâtral pratiqué par Dario Fo, genre également pratiqué au Chili, qui s’inscrit dans une lignée, une forme de spectacle et de théâtre révolutionnaire qui s’est développé à partir du début du XXième siècle, spécialement en Allemagne et en Russie. Après la deuxième Guerre, il s’est développé sous le nom de théâtre populaire. En Italie, il se développa notamment à Milan avec Giorgio Strelher et Dario Fo.

Ho, Marco Valdo M.I. mon ami, ce n’est pas l’heure, ni le lieu de faire un cours sur le théâtre populaire. Ici, il est surtout question de chanson.

Tu as raison, Lucien l’âne mon ami, je me laissais encore entraîner par mon indécrottable habitude de la digression. Que le grand Sterne, nous en préserve  ! Donc, la chanson Attento, colonnello  ! ; j’y viens dans sa liaison avec le théâtre, car son auteur et son interprète est principalement un homme de théâtre, de théâtre-action, de théâtre « engagé », d’un théâtre qui une volonté d’expression politique ; un théâtre qui a rompu avec le modèle classique – tant dan son contenu, que dans sa forme, que dans ses instruments – dont la chanson. C’est un spectacle qui se place volontiers dans la perspective de la Guerre de Cent Mille Ans et qui dans cet affrontement se situe délibérément du côté des pauvres. En ce sens, ce théâtre et la chanson qu’il porte en lui sont des armes.

Je comprends bien tout ça, Marco Valdo M.I. mon ami, d’autant qu’il m’est arrivé d’en voir et même d’y figurer. Ainsi, le spectacle, la chanson comme instrument de spectacle et comme armes, l’image est exacte. Quant à nous, trêve de considérations, il nous faut reprendre notre tâche et tisser le linceul de ce vieux monde militaire, guerrier, oppresseur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
ATTENTION, COLONEL  !

Attention à vous, Colonel !
Et ne venez pas vous lamenter
De m’avoir appris à tirer : pan pan !
Vous m’avez enseigné ce qu’est un obturateur,
Comment on met un chargeur,
Comment faire pan pan !

Attention à vous, Colonel !
Vous me dites de tirer
Sur l’ennemi et de le tuer,
Mais qui est l’ennemi pour un prolétaire,
Vous avez oublié de le préciser.

Attention à vous, Colonel !
Vous me dites de tirer,
D’apprendre à tirer, vous m’avez enseigné
Ce qu’est un obturateur,
Comment on met un chargeur,
Et à faire pan ! pan ! Boum
Et badababoum !

Attention à vous, Colonel !
Vous devriez étudier davantage
Étudier l’histoire, apprendre par cœur
Ce qui s’est passé en ’19 à Turin
Et à Milan, quand les ouvriers ont pris les usines
Le fusil à la main,
Et que vous avez envoyé les soldats
Avec l’ordre d’arrêter les ouvriers,
Et qu’au contraire, les soldats aux ouvriers se sont unis,
Ils ont distribué les fusils
Et contre les carabiniers et les fascistes, ils ont tiré.

Attention à vous, Colonel !
Qui lors de la révolution bolchevique a tiré
Vous n’aurez pas de peine à le deviner
Et lors de la révolution rouge des Chinois
Qui a tiré contre les troupes des bourgeois.
C’étaient des paysans, c’étaient des prolétaires
Qui avaient servi comme militaires
Dans l’armée régulière.

Attention à vous ! Colonel !
Il vous faut étudier davantage
Et ne pas vous lamenter
De m’avoir fait apprendre à tirer.
Attention à vous ! Badababoum !
Boum !

inviata da Marco Valdo M.I. - 22/12/2017 - 22:46



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org