Lingua   

L'assassin assassiné

Julien Clerc
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Free Until They Cut Me Down
(Iron&Wine)
Joe Hill's Last Will
(Joe Hill)
Assez... assez
(Julien Clerc)


[1980]
Album "Sans entracte"
Scritta nel 1978 dal giornalista, scrittore, drammaturgo, chansonnier e poi accademico di Francia Jean-Loup Dabadie

Testo, e dettagliata scheda di approfondimento sulla storia della pena di morte in Francia, trovato su l'histgeobox

Caricature de Plantu.
Caricature de Plantu.


Questa canzone contribuì in modo significativo alla battaglia per l'abolizione della pena di morte in Francia, di cui fu alfiere l'avvocato e politico socialista Robert Badinter.
La pena capitale fu abolita in Francia, all'epoca unico paese dell'Europa occidentale che ancora l'applicasse, sotto la presidenza Mitterand, al governo Pierre Mauroy, con la legge n.81-908 del 9 ottobre 1981.
C'était un jour à la maison
Je voulais faire une chanson
D'amour peut-être
À côté de la fenêtre
Quelqu'un que j'aime et qui m'aimait
Lisait un livre de Giono
Et moi penché sur mon piano
Comme sur un établi magique
J'essayais d'ajuster les mots
À ma musique...

Le matin même, à la Santé
Un homme... un homme avait été
Exécuté...
Et nous étions si tranquilles
Là, au coeur battant de la ville
C'était une fin d'après-midi
À l'heure où les ombres fidèles
Sortant peu à peu de chez elles
Composent doucement la nuit
Comme aujourd'hui...

Ils sont venus à pas de loup
Ils lui ont dit d'un ton doux
C'est le jour... C'est l'heure
Ils les a regardés sans couleur
Il était à moitié nu
Voulez-vous écrire une lettre
Il a dit oui... il n'a pas pu
Il a pris une cigarette...

Sur mon travail tombait le soir
Mais les mots restaient dans le noir
Qu'on me pardonne
Mais on ne peut certains jours
Écrire des chansons d'amour
Alors j'ai fermé mon piano
Paroles et musique de personne
Et j'ai pensé à ce salaud
Au sang lavé sur le pavé
Par ses bourreaux
Je ne suis président de rien
Moi je ne suis qu'un musicien
Je le sais bien...
Et je ne prends pas de pose
Pour dire seulement cette chose
Messieurs les assassins commencent
Oui, mais la Société recommence
Le sang d'un condamné à mort
C'est du sang d'homme, c'en est encore
C'en est encore...

Chacun son tour, ça n'est pas drôle
On lui donne deux trois paroles
Et un peu... d'alcool...
On lui parle, on l'attache, on le cache
Dans la cour un grand dais noir
Protège sa mort des regards
Et puis ensuite... ça va très vite
Le temps que l'on vous décapite

Si je demande qu'on me permette
À la place d'une chanson
D'amour peut-être
De vous chanter un silence
C'est que ce souvenir me hante
Lorsque le couteau est tombé
Le crime a changé de côté
Ci-gît ce soir dans ma mémoire
Un assassin assassiné
Assassiné...
Assassiné...

inviata da Alessandro - 17/12/2009 - 11:38



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org