Raymond Levesque

Canzoni contro la guerra di Raymond Levesque


Raymond Lévesque naît le 7 octobre 1928, à Montréal. Il étudie le piano avec Rodolphe Mathieu et l'art dramatique avec Jean-Louis Audet. à 15 ans, Lévesque écrit ses premières chansons ; en 1947, il interprète déjà ses compositions au poste CKAC à l'émission de Fernand Robidoux. Auteur-compositeur-interprète et comédien, Lévesque participe aussi, à titre de chanteur et d'animateur, à Paulette et Raymond, toujours à la radio (CHLP), Il anime également plusieurs autres émissions. En 1954, le chanteur part pour la France où, pendant cinq ans, il acquiert une solide e xpérience de cabaret. Eddie Constantine fait un enregistrement de sa chanson Les trottoirs en 1954 et Bourvil popularise La Vénus à mimile, Lévesque enregistre sa célèbre chanson Quand les hommes vivront d'amour en 1956. à son retour, vers 1958-1959, il obtient le rôle principal dans Médée de Marcel Dubé et joue dans plusieurs autres pièces du même auteur. À ce titre, il est chanteur-parodiste, notamment avec Serge Deyglun. Lévesque fonde Les Bozos avec Clémence DesRochers, Claude Léveillée, Hervé Brousseau et Jean-Pierre Ferland. Il chante au bar du Music-Hall, au Parlement et à L'évêché. Il présente ses monologues et ses chansons à la Butte à Matthieu et se produit dans des salles de plus grande envergure. En 1968, il donne un spectacle solo à la Comédie-Canadienne, Lévesque met sur pied la troupe de théâtre la Jeune scène avec Guy Godin, Monique Miller et Robert Rivard. Il écrit encore des poèmes et d'autres livres. Lévesque figure dans les grands rassemblements politiques du Québec contemporain ; ses chansons portent d'ailleurs les marques de son engagement social. Il enregistre un dernier disque en 1977, Le p'tit Québec de mon cour, et décide de mettre fin à sa carrière de chanteur. En 1980, il mérite le titre de Patriote de l'année, décerné par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal ; l'ADISQ lui remet le trophée Témoignage. Pour souligner son apport à la chanson québécoise, la station de radio CIEL-MF crée un prix à son nom, CIEL/Raymond-Lévesque, et lui décerne la première bourse.