Gilles Servat

Canzoni contro la guerra di Gilles Servat

Gilles Servat è un cantautore bretone (sebbene sia nato a Tarbes, nei Pirenei, da una famiglia originaria di Nantes, il 1° febbraio 1945. Prima della fase più recente della sua carriera, più "tranquilla", ha interpretato moltissime canzoni di lotta sia in lingua bretone che in francese, tra le quali notissime sono "La blanche hermine", "Les prolétaires" e "La vie s'écoule, la vie s'enfuit", da un testo del filosofo situazionista belga Raoul Vaneigem.

Riporto anche la seguente biografia completa in lingua francese:


Gilles Servat, issu d'une famille d'origine nantaise, est l'un des chanteurs Gilles Servat va littéralement faire vibrer les remparts de la Ville-Close le samedi 19 août 2000 bretons les plus emblématiques. Il débute sa carrière en 1972, en véritable militant du combat pour le renouveau de l'identité bretonne, avant de chanter la musique poétique de Bretagne.

Il est né le 1er février 1945, à Tarbes. Dès ses premiers mois, sa famille rejoint Nantes, puis Cholet où il reste jusqu'à l'obtention de son baccalauréat. En 1969, Gilles Servat découvre l'Ile de Groix. C'est le coup de foudre. L'année suivante, emporté par la vague musicale des années soixante-dix, il décide de s'engager dans la chanson, trouvant ainsi à s'exprimer selon ses envies. Dès le début des années 70, il fonde le label Kelenn, qui produit Tri Yann An Naoned. En 1972, il y édite son premier disque, La Blanche Hermine. Le disque porte le titre d'une chanson, devenue un hymne en Bretagne. Ce chant pour l'indépendance de la Bretagne fera de Gilles Servat un auteur engagé. Le disque dépasse l'or. La même année, il accepte de vendre le catalogue de Kelenn à Phonogram. Il entre ainsi, avec les Tri Yann et Alan Stivell, dans le circuit de la grande distribution.

L'année suivante, il sort l'Hirondelle. Déjà, il mêle à ses propos violents des chansons poétiques et d'autres sur l'Ile de Groix, son paradis celtique. Trois ans auparavant, il y avait rencontré celle qui devint sa femme et la première chanson en breton qu'il appris fut Me Zo Gannet E Kreiz Ar Mor, de Yann-Ber Kalloc'h, barde originaire de Groix.

Il poursuit sa carrière sur des thèmes poétiques et écologiques concernant laGilles Servat en Ville-Close le samedi 19 août 2000 Bretagne et se produit dans de nombreux festivals et salles de concert. Entre 1973 et 1975, il participe à trois films, dont un en rôle principal. En 1984 et 1985, il monte sur les planches du Théâtre de la Chimère, sous la direction de Michel Ecoffart, pour deux pièces.

Puis en 1993, il présente aux Tombées de la Nuit, son spectacle Le Fleuve, avec une mise en scène d'Alain Mollot, sur une musique de Jean-Marie Sénia. La musique du disque sorti la même année est composée, elle, par Michel Devy, qui a déjà signé de nombreux arrangements des chansons de Gilles Servat.

Gilles Servat est aussi écrivain, il signe une fascinante épopée de Parmi les excellents musiciens de Gilles Servat : Nicolas Quéméner (Guitare) Ronan Le Bars (Uillean Pipe) science-fiction en cinq volumes, Les Chroniques d'Arcturus, d'un profond dépaysement. Il est aussi sculpteur (de formation), dessinateur et graveur (il présenta ses œuvres en 1986, à Morlaix).

En 1993, Gilles Servat, qui n'avait plus joué avec Dan Ar Braz depuis 1991 (L'Albatros Fou avec Triskell), participe à l'expérience de l'Héritage des Celtes, aux côtés de 74 autres musiciens (dont Yann-Fañch Kemener, Didier Squiban...). Il sera présent sur les quatre premiers albums de cette nouvelle formation. Gilles Servat fait donc, à nouveau, son entrée dans le circuit de la grande distribution, en signant chez Sony Music un nouvel album : Sur Les Quais de Dublin, ou l'accompagne le Bagad Ronsed-Mor Locoal Mendon, Ronnie Drew (des Dubliners), Andy Irvine et Rita Connolly.
En 1998 est sorti le disque Touche pas à la Blanche Hermine (Sony Music) en réponse au Front-national qui avait utilisé cet hymne, au cours de ses réunions.
Gilles Servat ne l'avait certainement pas écrit pour le FN et, dans sa réponse, qui est un manifeste en faveur de la Bretagne, ne le lui envoie pas dire.

Militant de l’émotion
"Je chanterai ce que je voudrais". Gilles Servat sort un nouvel album le 7 mars intitulé « Ce que je voudrais »
Le chanteur parle de sa création, à travers quelques-uns des titres, pour le moins opportun… De commerce agréable, comme souvent, l’artiste en profite pour pousser un solide coup de gueules à propos de l’affaire Erika.
« Je crois que cet album donne l’illustration d’un bon mariage d’instruments et de sonorités. C’est le premier album de chanson nouvelles depuis « Sur les quais de Dublin », publié en 1996. A part deux chants traditionnels bretons et un irlandais, je chante mes propres compositions sur ce disque. Je pense qu’il marque une continuité dans mon travail. On peut avoir l’impression qu’il a une coloration plus bretonne qu’irlandaise. Encore qu’une telle distinction n’a pas forcément de sens.
Cet album est tout simplement fait par quelqu’un qui ne vit pas dans sa tour d’ivoire. Je crois d’ailleurs qu’un artiste ne peut pas se retirer dans son coin pour créer. On ne peut pas ne pas être influencé par ce qui se passe autour de nous. Quand j’ai fait la maquette, c’était très ballade. Puis au fil du disque, j’ai écrit sur différents événements liés à des choses qui me tiennent à cœur. Lorsque j’ai écrit « Où nous entraîne la haine » je quittais la Sicile : le soleil se couchait sur la mer calme. Pendant ce temps-là, des avions bombardaient le Kosovo.

« Ce que je voudrais », la chanson qui a donné son nom à l’album, s’adresse par exemple au ministre qui voudrait que la France soit monolingue. Il y a encore cette chanson sur l’Erika : C’est quelque chose qui touche les gens. Moi je me sens souillé, humilié… Maintenant, il s’agit peut-être pas tant de secouer les gens que de faire passer des idées par l’émotion. Ce n’est pasGilles SERVAT et sa fille l’idéologie qui importe, c’est l’émotionnel.
J’ai mis deux bonnes années pour écrire tout ça. J’ai d’abord travaillé tout seul face à mon ordinateur. Je suis allé à Dublin. Avec Nicolas Quéméner et le batteur de l’Héritage, nous avons répété ensemble pendant deux ou trois jours. J’ai gardé ce travail de base et puis j’ai retravaillé avec des musiciens bretons. Des gars de chez moi, tels que Dédé Le Meut, le penn sonneur du bagad de Locoal Mendon . j’ai laissé les professionnels travailler le mixage de leur côté. Quand j’ai réécouté, j’ai vraiment été ému ».

Celte de l’imaginaire
Gilles Servat, l’ex-indépendantiste des années soixante-dix, défend aujourd’hui une Bretagne de Cœur. L’homme est doux, tranquille et à cinquante cinq Gilles Servat mettra le feu aux poudres dans la Ville-Close à Concarneau le samedi 19 août 2000 ans, ce père de famille cache sous sa gueule d’ours des timidités d’enfance.

Qui eut dit que le grand Gilles serait tellement présent aujourd’hui. Il n’y a pas deux comme lui pour chanter de sa bonne voix chaude les douceurs de l’île de Groix, les ailes du moulin de Guérande, les brumes, les rocs et les genêts… Au fond c’est la Bretagne qui est venue à Servat. Elle l’a attrapé en douceur dans les filets d’une enfance au Croisic. Et lui, très tôt, délaissant des études aux Beaux-Arts, l’a bercée de ses premières chansons.

Breton dans l’âme, et humain jusqu’au bout des ongles, le barde breton, bourru et convaincu, est devenu un monument incontournable de notre paysage musical. Porté par une vague celtique, Gilles Servat prisé par des milliers de familles mettra le feu aux poudres dans la Ville-Close à Concarneau le samedi 19 août 2000. Ce rendez-vous populaire sera un élan que les Bretons appellent la « Celte Attitude » une « Envie d’être ensemble que ressentent des minorités longtemps excentrées et finalement sauvées par la culture ». « La tradition est innocente ! Ce sont les discours dont on l’habille qui changent tout ». « La Bretagne est notre patrie, le reste est géographie ».

Servat a compris ce que Glenmor lui répétait : « La Bretagne n’existe que dans le rêve et l’imaginaire, et tant qu’un Breton rêvera la Bretagne, elle continuera d’exister ».
Plus massif et plus léger à la fois que jamais, Gilles Servat va littéralement faire vibrer les remparts de la Ville-Close le samedi 19 août 2000, célébrant la Bretagne, en français, en breton, avec des accents de bronze à faire vibrer toutes les cloches de l’Armor et de l’Argoat.